Revenir en haut
Aller en bas
Index - FAQ - Search - Membres - Groupes - Register - Messages Privés - Log in
Game of Thrones
Goto page: <  1, 2, 312, 13, 14
 
Post new topic   Reply to topic    Forum Dr. House FAN Forum Index -> House Fan -> Salle de Repos -> Loisirs -> Séries
Previous topic :: Next topic  
Author Message
antoinette


Offline

Joined: 05 Nov 2009
Posts: 934
Localisation: carcassonne
Personnage(s) préféré(s): house
Episode(s) préféré(s): saison 3

PostPosted: Mon 15 Apr - 19:34 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Je suis excitée comme une puce !!! j'avais peur de ne pas vivre jusqu'à cette saison ! Je ne sais pas de quelle façon vont évoluer les personnages , mais pour moi , mon chouchou reste Tyrion et aussi Jaime .
ça me fait bizarre de revenir sur le forum après si longtemps.......
===============
je sais pas pourquoi j'avais 1000 en année de naissance! j'ai du me tromper , mais pas dans le bon sens! j'ai 65 ans et je pète la forme ! (mais hélas moi je suis + forte que Greg , im me faut 2 cannes pour avancer!
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 15 Apr - 19:34 (2019)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Thu 25 Apr - 01:10 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

@ antoinette : Trop heureuse de te voir encore sur le forum love Je pense bien à toi depuis le début de la saison 8, je sais combien tu aimes la série et je t'imagine prendre un réel plaisir à regarder les épisodes ^^

Mon homme est en vacances depuis dimanche soir, nous avons donc démarré la saison 8 (après avoir regardé le dernier de la saison 7). Je reviendrais faire part de mon ressenti en entrant plus dans les détails (42 pages minimum donc sifle ).

En attendant, quelques réactions en lien avec Jaime et Brienne puisque le 8x02 leur est quasi dédié et qu’ils sont mes personnages préférés (avec Theon et Davos).

Le procès de Jaime





Je redoutais qu’il se défende, face aux accusations de Daenerys, en mettant en avant qu’il avait tué son père pour sauver la population de Port-Réal parce qu’à chaque fois qu’il a essayé d'expliquer la raison de son acte envers le Roi Fou, on lui a renvoyé que, de par son statut de Lord Commandant, il n'avait pas à le faire, se devant de protéger son roi. Du coup, j’ai adoré qu’il renvoie le fait qu’il ne s’excusera pas parce qu’à ce moment-là, ils étaient en guerre.

Je ne dis pas qu'il ne mérite pas d'être reconnu pour ce qu'il a fait, je dis juste que ce n'était pas forcément le moment idéal. Cela viendra, j'en suis certaine mais pas pour se justifier et/ou se défendre. Sa réhabilitation sera alors d'autant plus belle.

En attendant, j’ai été hyper touchée par son regard lorsque Bran répète ce qu'il a dit avant de le pousser de la tour « qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour » parce que ça peut coller tant pour le souvenir qu’ils ont en commun que ce qui a décidé Jaime à venir à Winterfell (parce qu’il est clair que c’est par amour pour Brienne – et pour son honneur - ). Son émotion, à ce moment-là, démontre que son seul regret est cet acte envers Bran, c’est ce qui fait qu’il va, par la suite, à sa rencontre et qu’il s’excuse.

Bref, j'aime beaucoup la manière de Jaime d’expliquer la raison de sa présence à Winterfell (alors même qu’il sait qu’il n’est – presque - entouré que de personnes qui souhaiteraient le voir mort) parce qu’avec les mots que Brienne lui a dit lors du 7x07. C’est ce qui va, entre autres, la décider à parler pour lui. Je n’aurais pas voulu qu’elle le défende en faisant part de ce qu’il lui avait confié dans les bains de Harrenhal. Ça aurait été un peu comme le trahir, elle a eu l’intelligence de le comprendre en percevant qu’il ne se défendait pas ainsi. Elle l’a fait avec ses conviction propres, pour tout ce qu’il a fait pour elle, c’était très beau, je trouve. D’ailleurs son « I do » et « I would » renvoie à ce que l'on dit lors des mariages, ça m'a fait sourire.

Avant de voir l’épisode, je pensais que ce serait Bran qui aurait annoncé le fait qu’il avait sauvé la population de Port Réal. Je trouvais que ça aurait son effet et que c’était plausible puisqu’il est au courant de tout. Connaissant son don, tout le monde l’aurait cru. Ça l’aurait réhabilité sans que Jaime ait besoin de le faire. Mais j'avoue être heureuse que ça ne se soit pas fait, j'ai préféré la manière dont les choses ont été amenées. Et puis, c’est chouette que cela reste entre Brienne et Jaime, c’est leur secret à eux, elle reste la seule au courant et j'aime bien cette idée.

L’adoubement de Brienne






J’ai trouvé la scène parfaite, il n’y avait que Jaime pour pouvoir le faire, symboliquement c’est juste énorme. Brienne est d'autant plus touchée qu’elle sait qu’il est le plus à même de savoir qu'elle a toutes les qualités pour être un bon chevalier et qu'elle est la seule à croire en celui qu’il est, s’étant sauvé l’un et l’autre plusieurs fois.

Jaime est un des hommes les plus modernes de ASOIAF / GoT, il est donc celui qui est le plus susceptible de comprendre et mettre en avant la parité homme / femme.

L'adoubement de Brienne est d’autant plus beau qu’il se réalise avec des personnes bienveillantes, ils ne la jugent pas par son physique mais par son mérite : Tormund lui montre suffisamment son admiration – pour ne pas dire autre chose Mr. Green - d’ailleurs l’idée vient de lui, Podrick ne cesse de la percevoir comme un chevalier, Tyrion reconnait ses exploits en particulier concernant Sandor (et serait mal placé pour la juger pour son physique, sachant qu'il ne cesse de dire qu'il en souffre) et Davos est le mec le plus choupi de la planète ASOIAF / GoT.

Pour moi, ça ne pouvait que ce faire ainsi car à l’image de ce qu’est Brienne : pur, authentique, sincère. J’ai rarement félicité D&D (il faut avouer qu'ils m’ont bien souvent mise en colère) mais, là, je ne peux que le faire tant cette scène est en accord avec les personnages. Le fait qu’il n’y ait que des bons acteurs la rend d’autant plus forte en émotion : tout est très justement joué. Quel bonheur de voir Brienne sourire, elle mérite tellement cette reconnaissance !

Ces deux scènes sont comme des déclarations d’amour entre les deux, la première faite par Brienne à Jaime lui permettant de sauver sa vie, la deuxième faite par Jaime à Brienne en réalisant son vœu le plus cher, devenir chevalier.
===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
antoinette


Offline

Joined: 05 Nov 2009
Posts: 934
Localisation: carcassonne
Personnage(s) préféré(s): house
Episode(s) préféré(s): saison 3

PostPosted: Wed 1 May - 11:36 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

C'est toujours un immense plaisir de lire tes commentaires Mnémosyne !
J'enregistre l'épisode en VO la nuit , puis je me le regarde en français le lundi soir et je me le refait en VO le mardi soir !! mon mari n'aime pas du tout , mais comme je le bassinais depuis des semaines à l'approche de cette ultime saison ( bouh ! bouh ) 8 , il va jouer sur l'ordi pendant la diffusion de MA série préférée !
J' ai aussi aimé dans le deuxième épisode la scène dans laquelle Arya perd sa virginité avec Gendry . ça me fait bizarre de voir tous les personnages réunis dans cette saison , et ce qui me plait beaucoup aussi , c'est que cette série est pleine de surpprises , on ne peut en deviner le dénouement puisque on sait que les gentils comme les méchants peuvent mourir , pas de bisounours dans l'histoire !!!
En tout cas , dés que la saison 8 ( aux 6 épisodes , bouh ! bouh ! ) sera finie je l'a commanderai illico sur amazon .
A plus tard Mnémosyne , j'attends avec beaucoup de plaisir ta prochaine chronique .
===============
je sais pas pourquoi j'avais 1000 en année de naissance! j'ai du me tromper , mais pas dans le bon sens! j'ai 65 ans et je pète la forme ! (mais hélas moi je suis + forte que Greg , im me faut 2 cannes pour avancer!
Back to top
antoinette


Offline

Joined: 05 Nov 2009
Posts: 934
Localisation: carcassonne
Personnage(s) préféré(s): house
Episode(s) préféré(s): saison 3

PostPosted: Wed 1 May - 11:39 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Encore un petit mot , j'étais aussi émue que Brienne lorsqu'elle est devenue chevalier , comme quoi je suis un peu "tcharbée finalement !
===============
je sais pas pourquoi j'avais 1000 en année de naissance! j'ai du me tromper , mais pas dans le bon sens! j'ai 65 ans et je pète la forme ! (mais hélas moi je suis + forte que Greg , im me faut 2 cannes pour avancer!
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Tue 7 May - 23:59 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Je n’ai cessé de freiner des 4 pattes pour ne pas poursuivre l’aventure GoT, le 7x06 m’ayant sacrément fait mal au cœur alors même que j’arrivais, jusque-là, à trouver à la série un charme (surtout visuel) qui me permettait de patienter avant la sortie du prochain intégral de GRRM. Les premières saisons - et certains acteurs (qui ont su, par la qualité de leur jeu, faire honneur aux personnages de la saga) - m’ont bien plu, je dois l’avouer. J’ai commencé à serrer des dents à partir de la saison 4 : difficile pour moi d’adhérer à la perception de Dorne et des Martell de D&D.

Si mon homme ne m’impose rien, je me dois aussi de ne rien lui imposer (ce que je fais avec beaucoup de plaisir, je dois dire). Du coup, lorsqu’il m’a annoncé, l’air de rien, qu’il allait profiter de ses vacances pour regarder le dernier épisode de la saison 7 – son deuil du 7x06 étant enfin fait – et enchaîner avec ceux de la saison 8, je savais que j’entrerai dans le côté obscur de la force et regarderai les épisodes avec lui parce que trop dans la curiosité de ce qu’il allait apprécier (ou pas) et dans la frustration de ne pas pouvoir débattre avec lui, comme on aime à le faire pour toutes les séries qu’on regarde ensemble.

Grosse introduction inutile (ça commence bien !) d’autant que tout le monde est à fond dans la saison 8 et se fout donc de savoir ce que je pense d’un épisode qui date de plus de 2 ans ! Mais, bon, j'avais envie de reprendre mes diarrhées émotives qui ne sont certes pas toujours construites, objectives ou encore analytiques… mais qui me ressemblent !

7x07 - The Dragon and the Wolf



Voici l’heure de la rencontre et/ou des retrouvailles. L’heure de convaincre Cersei à rejoindre les vivants pour combattre les morts grâce à celui rapporté par Jon & co (et dont la capture a permis au Roi de la Nuit de récupérer un dragon). Même 2 ans après, je peine toujours avec cette idée tant elle est stupide, Cersei se foutant de tout ça. Sans compter que c’est une insulte pour le personnage de Tyrion que de lui octroyer une telle idée parce que, de par ce que cette dernière lui a toujours fait subir, il est le plus à même de connaitre sa sœur et son incapacité à entendre et/ou négocier dès lors qu’elle ne voit pas d’intérêt pour elle. Ce qu’elle veut, elle, c’est conserver ses p’tites fesses sur le trône mais, bon, toutes les forces de Daenerys étant de sortie, pas facile de dire m*rde, il va bien falloir qu’elle aille jeter un œil, histoire d’être un poil polie.

Bronn et Jaime se préparent au pire, on peut les comprendre après ce qu’ils ont vécu à leur retour de Hautjardin. Ils connaissent déjà la puissance des dragons et découvre l’ampleur de son armée d’Immaculés. Après, on ne peut pas dire que Bronn soit dans un grand jour, même son humour ne vole pas haut, rejoignant Tyrion dans ses blagues douteuses sur les eunuques. Leurs discussions, s’ils se revoient, devraient être des plus enrichissantes. Jaime tente bien de remettre un peu de poésie dans leurs propos sur les Immaculés mais rien à faire la queue revient toujours à l’ordre du jour.

Jon apparaît dans l’incompréhension de Port-Réal, difficile donc de l’imaginer sur le trône. Après, ayant toujours été dans l’idée qu’il était un bâtard, il ne s’est jamais projeté dans cette possibilité. S’il apprenait ses origines et sa légitimité, il s’intéresserait peut-être plus à ce dernier. En attendant, les grandes villes, c’est pas son truc.

Grâce à Sandor, on sait que les figurants (et Thoros) ne sont pas morts pour rien puisque le mort est bien encore en vie et plutôt réactif, sa présentation à la cour devrait donc faire son effet.

Mais, pour le moment, Cersei, elle s’en fout, elle est surtout hyper agacée d’accueillir tout ce beau monde qu’elle rêve de tuer (Daenerys, Tyrion et Jon étant, en toute logique, en tête de liste). Jaime commence à se dire qu’elle est bien allumée mais la suit cependant. Or, quand on voit les personnes qui l’entourent (Gregor, Qyburn et Euron), on se dit qu’il est plus que temps qu’il s’en aille parce que ça donne vraiment pas envie d’être dans sa team.

En attendant de retrouver le comité d’accueil, Missandeï permet d’en savoir plus sur les origines de Fossedragon à travers ses questions. Je trouve bien que Tyrion poursuive la réflexion suite à l’explication de Jorah, ça renvoie – à ce qui semble avoir été oublié (ou tout du moins peu développé) – sa passion pour les dragons.

Les retrouvailles sont nombreuses, du coup, ça fout un peu le tournis. Elles commencent avec Sandor et Brienne qui, après un regard qui ne respire pas la bienveillance, échangent pourtant comme deux parents sur ce qu’est devenue leur fille, Arya, chacun laissant entendre qu’ils y sont attachés et, par là-même, à même de s’apprécier. Puis, ce sont celles de Tyrion, Podrick et Bronn qui apparaissent plus douces et nostalgiques parce qu’il eut un temps où ils étaient dans la même team. Je trouve bien que Tyrion mette en avant son sentiment de trahison envers sa Maison (qu’il a pleinement ressenti dans le 7×04 lorsqu’il voit Jaime faire face à la force de destruction du dragon de sa reine, celle pour qui il œuvre en tant que Main) en avouant qu’il est du côté de l’ennemi et que, même si on ne peut l’en blâmer par rapport à ce qui l’a amené à faire ce choix, Cersei ne pourra ni le comprendre, ni le pardonner. En même temps, elle a toujours eu tendance à le blâmer pour tout ce qui touchait leur Maison, du coup, cette fois, elle a une bonne raison pour le faire (d’autant qu’il a aussi tué leur père). On peut alors comprendre que Tyrion rappelle son offre à Bronn concernant le fait que, si on venait à le payer pour le tuer, il offrirait le double pour qu’il ne le fasse pas. Ce rappel ne peut être anodin, reste à voir quand cette offre va être mise en œuvre. D’ailleurs il est bien, en parallèle, que Tyrion renvoie à Bronn qu’il n’est pas qu’un mec qui agit pour l’argent, qu’il se met en danger en organisant cette rencontre autant qu’il l’a fait en sauvant Jaime de la mort face à Drogon. Il a beau dire (et parler comme un charretier), il est clair que Bronn est attaché aux frères Lannister.

Fossedragon est comme je l’imaginais et c’est ce qui reste, pour moi, l’atout de la série : rendre visuel les lieux de la saga. C’est superbe mais ça fait un poil peur aussi, il faut dire que, de par sa seule issue, ça donne le sentiment d’y être prisonnier. Ça met pas forcément à l’aise d’autant plus que Cersei n’est pas encore là et peut donc tous les piéger. Reste que Daenerys n’est pas encore là non plus et qu’on se dit qu’elle va arriver sur le dos de Drogon, du coup, ses alliés ne craignent, au final, pas grand-chose. En attendant, l’atmosphère pesante est bien retranscrite.

Sandor apparaît, de par son vécu avec eux, peu enclin à apprécier les Lannister, ça peut s’entendre mais je trouve pertinent (c’est rare maintenant donc c’est bien de le préciser), de la part de Tyrion, de lui rappeler qu’il y a toujours un Clegane pour exécuter les idées à la c*n de ces dernier, parce que c’est une réalité aussi. C’est sans doute ce qui va le décider à aller provoquer son frère à son arrivée.

L’arrivée de Cersei parait bien misérable – peu semblant être derrière elle – du coup, celle de Daenerys sur Drogon – histoire de poser tout de suite sa suprématie (tel un bon politicien) – parait démesurée.

Avant cette entrée théâtrale, il y a un jeu de regard entre tous les personnages se connaissant et/ou ayant un lien de parenté (mais étant dans les camps adverses) qui est beaucoup trop visible pour qu’il soit apprécié ou encore source d’émotion. Jaime tente d’ignorer Brienne face au regard de sa sœur – qui a bien reconnu celle qui lui a dit qu’il l’avait sauvée et dont elle a compris les sentiments -, histoire qu’elle ne lui fasse pas la peau en percevant combien sa présence lui fait battre son p’tit cœur. Theon maintient son regard (tout en tentant de ne pas faire pipi dans sa culotte) devant la provocation d’Euron qui apparait, comme d’hab, plus crétin que dangereux. Celui entre Tyrion et Cersei démontre combien leur affection a encore grandi depuis leur dernier échange. Enfin, Sandor ne peut se satisfaire d’un regard (c’est un bonhomme, lui !), il va donc jusqu’à son frère pour le menacer d’être celui qui aura raison de lui (ce qui vient renforcer la théorie en lien avec la Cleganebowl).

Si l’arrivée de Daenerys sur Drogon ne fait pas son effet sur Cersei (qui, sachant qu’elle est dans une démonstration de force, préfère serrer des fesses plutôt que de montrer une quelconque peur), cela a fonctionné sur la téléspectatrice que je suis. On peut dire ce qu’on veut, faire son entrée au dos d’un dragon, ça a de la classe (et ça pose toute suite les bases). Daenerys va jusqu’au bout de la provocation en offrant, du bout des lèvres, ses excuses à Cersei, lorsque cette dernière, histoire de lui montrer qu’elle est nullement impressionnée, lui fait remarquer qu’elle est en retard. Il est clair que ses deux femmes ne peuvent pas s’entendre, reste à voir comment cette rencontre va se terminer.

Que dire d’Euron qui, en menaçant ouvertement Theon de tuer sa sœur – s’il ne se soumet pas – , oublie carrément sa place et les enjeux de cette rencontre au sommet. Ou alors c’était pour décontenancer Tyrion en s’imposant alors même que ce dernier était en train d’expliquer ce qui l’avait motivé à l’organiser, histoire de plaire à Cersei. Quoi qu’il en soit, il poursuit en se moquant de lui, ne lui permettant pas de reprendre son discours. Du coup, ça finit par péter les fesses de Jaime (comme les miennes) qui finit par lui demander de s’assoir parce qu’il est, entre autres, pas d’humeur à ce qu’on fasse ch*er son p’tit frère. Cersei, elle, gênée qu’il se donne ainsi en spectacle, le lui ordonne. Ce qu’il fait, comme tout bon toutou à sa mémère.

Voyant la difficulté, pour Tyrion, de faire face à ses proches, Jon décide de prendre le relai. Il est bien, avant cela, qu’il arrive à glisser que ce n’est plus une question d’amour ou de rancœur, qu’il est essentiel d’aller au-delà. Propos qui vont être repris par Jon et qui, cette fois, vont être entendus parce que sans résonnance affective comme cela pouvait l’être avec Tyrion (mésentente avec Cersei, mort de Tywin…). Jon ne s’embarrasse pas de l’affectif, il va droit au but : l’arrivée des morts représente l’extinction des vivants. Ils se doivent donc d’être tous unis contre ces derniers pour pouvoir leur survivre. Comme toujours l’acteur manque de charisme mais le discours est bon. Cersei ne croit cependant pas en ce qu’il avance et s’adresse donc à Daenerys qu’elle croit être à l’origine de ce qu’elle perçoit être une farce, ayant pour but de l’enfumer et ainsi accéder plus facilement au trône.

Du coup, ben, il ne reste plus qu’à montrer le mort pour la convaincre. C’est Sandor qui gravit les escaliers de la fosse, la caisse où est enfermé ce dernier sur les épaules tel un chevalier du zodiaque (sauf que pour le coup, ce n’est pas son armure qu’il trimbale). C’est c*n mais, du coup, ça m’a fait rire plutôt que me mettre en apnée et dans l’attente de voir la réaction de Cersei.

On reconnait, à l’appréhension de ceux qui sont allés le chercher (nostalgie du 7×06 quand tu nous tiens ! ), que l’horreur qu’ils ont vécu est toujours bien présente, ce qui fait qu’ils sont sur leur garde tout en espérant que cela fasse son effet, histoire qu’ils n’aient pas risqué leur vie (et offert un dragon au NK) pour rien. Le mort n’est pas mort, il finit, incité par Sandor, par sortir tel un diable de sa boite et, en effet, impressionner Cersei – et Gregor aussi puisque ce dernier ne bouge même pas pour la protéger ! – c’est Jaime qui se lève le premier, entrainant avec lui Gregor. Commence alors une conférence sur les morts, leurs particularités, la manière dont ils peuvent être tués. Là encore, c’est dommage parce que le jeu de Kit se prête plus à rire qu’à l’écouter. En tout cas, en ce qui me concerne parce que Cersei et ses alliés sont, eux, bien attentifs. Qyburn va même jusqu’à aller observer la chose de plus près, histoire de progresser encore en matière de sciences occultes.

S’il est clair que Jaime comprend bien la menace et apparait, par là-même, dans la compréhension de la nécessité, au vu du nombre, de tous s’allier pour les combattre, Euron, lui, décide brusquement de quitter Port-Réal (et ses rêves de couronne), ce qui m’interroge sur son personnage et, franchement, je ne pensais pas cela possible tant il m’indiffère mais je suis quand même hyper surprise de son côté pleutre, se satisfaisant de savoir qu’il est en capacité de les éviter en restant planqué – à vie donc – dans les îles de fer (les morts ne pouvant pas nager – info qui aura sans doute son importance pour la suite). Difficile de l’imaginer terrifier, lui, qui – dans le livre – se plait à narguer le danger. Il va jusqu’à faire des avances à Daenerys lui proposant d’être les seuls survivants de l’hiver en se réfugiant sur leurs îles respectives.

Le discours de Cersei semble, de par sa peur perçue face au mort, honnête. L’idée de valider le fait qu’Euron ait raison d’avoir peur mais qu’il a tort de fuir (puisque ça ne peut pas arranger la situation, ni leur donner une chance de survie) apparait cohérente et, par là-même, son acceptation plausible. Il est dur cependant de la croire dès lors qu’elle fait son laïus sur leurs pertes vaines parce que ça va trop dans l’affectif pour coller avec Cersei. Mais, bon, on se dit pourquoi pas, elle est enceinte, elle n’a pas envie que son enfant ne voit pas le jour. Et puis, elle reste dans son idée de faire la peau à Daenerys dès la fin de la guerre, du coup, ça colle pas mal au personnage.

Alors que la trêve est acceptée, v’là’t’y pas que Jon a envie de rendre hommage à Ned en voulant être honnête, il l’informe donc qu’il a déjà une reine et qu’il sera, par là-même, à ses côtés pour la suite. Le mec, il fait ch*er à refuser de ployer le genou depuis sa rencontre avec Daenerys, il sait qu’elle le suivra dans la grande bataille puisqu’elle est là, avec lui, ben, non, il faut qu’il envoie bouler la seule condition donnée par Cersei pour accepter la trêve en sachant l’impact que cela va avoir. Je comprends pourquoi il le fait mais je trouve ça tellement c*n après tout ce que Tyrion, Daenerys & co ont fait (voire même sacrifier concernant cette dernière). D’autant que Cersei demandait seulement qu’il ne bouge pas, qu’il n’intervienne pas dans son conflit avec Daenerys, pas qu’il la trahisse. Alors on va dire que c’est la faute de Cersei (comme d’hab) qui lui rappelle que le fils de Ned serait fidèle à sa parole, du coup, il a voulu être honnête pour pouvoir l’être. C’est beau en soi mais ça fait bien mal aux fesses aussi. D’ailleurs cela se perçoit dans le malaise de tous que ce soit Davos que Tyrion en passant par Daenerys.

Forcément, Cersei l’a mauvaise et balance son plan : les laisser combattre les morts pour ne combattre que les survivants. Jaime est hyper emm*rdé (autant que Jon mais là, pour le coup, ce dernier ne peut que s’en vouloir à lui-même), ce qui fait qu’il est distant avec Brienne puisqu’il a conscience qu’à présent, ils vont devoir se battre l’un contre l’autre, étant dans des camps adverses. Ça lui fait mal (car, comme il lui dit très bien, cela lui a fait plaisir de la revoir) mais il le fait parce que, selon lui, il se doit de protéger Cersei (d’autant plus qu’elle est enceinte de lui). J’ai adoré la réaction de Brienne, le fait qu’elle le bouscule avec un langage qu’il ne lui connait pas, touchant une valeur qu’il sait qu’elle lui tient particulièrement à cœur : la loyauté. C’est ce qui fait qu’il va l’écouter, qu’il va intégrer la réalité de ses propos et, par la suite, tenté de convaincre sa sœur. Le regard de Cersei tant envers Brienne que Jaime m’a mise la chair de poule, il est clair que cette reconnaissance et ce respect entre eux les mettent en danger. D’autant que Cersei a bien perçu que cela allait au-delà (même si les deux concernés n’en sont pas encore pleinement conscients). Il est clair qu’à présent, si Jaime venait à tenter de la convaincre, il ne le pourra pas parce qu’elle saura d’où viennent ses mots, ses arguments… c’est ce qu’il lui fait comprendre quand il perçoit le regard de sa sœur sur eux. Après, personnellement, je m’en fous, du moment que ça le convainc lui de quitter (définitivement) sa sœur pour rejoindre Brienne et combattre à ses côtés, ce serait déjà énorme. Il est temps qu’il rejoigne sa wench et réponde à ses valeurs de chevalier, il n’a pas tué le roi fou pour sauver la population de Port-Réal pour laisser des morts le faire avec celle de Westeros.

La scène suivante valide les propos de Brienne, la loyauté, c’est hyper chouette mais quand elle est bien placée. Là, d’un point de vue diplomatique, celle de Jon ne l’était pas. Du coup, Daenerys se positionne face à ce dernier et je trouve bien qu’elle lui rappelle que, si elle est touchée par son allégeance, ça ne retire pas le fait qu’elle a perdu un dragon pour cette rencontre et l’alliance qu’elle devait amener et que ce serait terrible que cela n’ait servi à rien. Après, elle est quand même un poil faux-c*l parce qu’après avoir tapé du pied pour qu’il ploie le genou, elle lui reproche d’assumer son choix de l’avoir fait. Pour se justifier, Jon part dans un discours qui se veut philosophique sur les mensonges, du coup, on sent Tyrion et Daenerys un peu perdu. De mon côté, j’avoue avoir décroché, ce n’était pas très bon tant dans l’écriture que dans le jeu d’acteur. Tyrion et Daenerys ont cependant compris le message qu’il a voulu faire passer, du coup, ben, ils refusent sa proposition d’aller voir Cersei pour arranger les choses, ce c*n pourrait faire encore pire. Sans compter que, comme le dit très bien Tyrion, Cersei le tuerait dans l’immédiat et sans aucun remord. C’est donc Tyrion qui va aller voir sa sœur, seul et, même si ça ne vaut peut-être pas grand-chose, c’est bien que Daenerys montre qu’elle est attachée à la vie de sa Main.

On voit combien Tyrion n’est pas serein, je crois qu’il pensait vraiment y passer d’autant plus avec Gregor à ses côtés. Heureusement, Jaime vient mettre un peu de douceur et de réassurance en l’accueillant, même si Tyrion a compris qu’il ne resterait pas le temps de son entretien, ça n’a pu que lui redonner un peu de courage de savoir que tout le monde ne voulait pas sa mort.

Les hostilités démarrent dès le début, histoire de mettre les choses au clair en commençant par la mort de Tywin et l’impact sur leur Maison. Il est bien que Tyrion assure qu’il œuvre pour la protéger en convainquant, par exemple, Daenerys de négocier (et non de tout détruire à coup de Dracarys). Mais il est essentiel – s’il veut être entendu par la suite – que Cersei aille au bout de ce qu’elle ressent. Elle m’a touchée parce qu’elle lui a craché toute la colère que j’avais eu à ce moment-là pour les raisons qu’elle énonce en particulier le fait qu’il les a fragilisés. Ce n’est un secret pour personne et, à présent, ils se doivent de lutter pour ne pas se retrouver définitivement à terre. Et qu’il veuille l’entendre ou non, elle a perdu ses 3 enfants parce que, même si on se souvient de son affection envers Myrcella et Tommen, il n’empêche que c’est la fissure qu’il a provoqué en tuant Tywin qui a, au final, engendré leur mort. Y compris le suicide de Tommen parce que, si elle a fait de mauvais choix, elle les a aussi fait parce qu’elle avait perdu tous ses repères. Ce qui est touchant, c’est qu’il a beau la provoquer, elle ne le tue pas, tout comme son père ne l’a pas tué à sa naissance, du coup, on se dit que Tyrion va vraiment être la perte de sa famille alors même que cette dernière lui a toujours sauvé son p’tit c*l (que ce soit par son argent que par sa protection). Bon, après, je pense qu’elle ne le fait pas non plus parce qu’elle se doute que Daenerys lui fera la peau, vu qu’il est sa Main, mais bon je trouve beau qu’elle ne le fasse pas. Tyrion enchaîne d’une manière plutôt pertinente en mettant en avant que les cartes vont être redistribuées – tout le monde devant s’allier pour combattre les morts – et que cela peut donc leur permettre de remettre de la superbe à leur Maison en se reconstruisant d’une manière honorable. Après, je ne le rejoins pas complètement quand il lui assure que Daenerys rendra le monde meilleur, que c’est pour ça qu’il est de son côté parce que cette dernière a démontré qu’elle n’était pas forcément très saine d’esprit et ouverte à un monde nouveau. En réalité, il n’avait pas d’autre choix que de s’allier à elle s’il ne voulait pas mourir, c’est d’ailleurs ce qui le sauve aujourd’hui. Il s’auto-rassure en assurant qu’elle écoute ses conseils et refrène donc ses pulsions. Reste à voir si c’est lui ou Cersei qui aura raison concernant Daenerys. En attendant, Il comprend, à sa manière de se toucher le ventre, qu’elle est enceinte, ce qui, pour lui, est une aubaine pour lui faire accepter l’accord avec Daenerys, tout du moins, le pense-t-il. Je trouve dangereux qu’il vante les qualités de reine de cette dernière auprès de sa sœur parce qu’il est clair qu’il est hors de question pour Cersei de lâcher son trône. D’ailleurs cela ne peut que la motiver à tous les enfumer pour se faire.

Jon, depuis sa bourde, se sent c*n, du coup, ben, il fait le tour de fossedragon, examinant les os qui s’y trouvent. Ça permet à Daenerys (qui l’a rejoint pour, dans un premier temps, reparler des propos qu’il a tenu à Cersei et leur conséquences) de lui faire part de ce que représente fossedragon pour sa Maison. Je trouve touchant qu’elle ait conscience que la force de cette dernière était les dragons et qu’elle a été détruite du jour où ils les ont enfermés, les rendant ainsi plus petits, plus vulnérables (cela se perçoit bien à la taille du crâne que tient Jon dans les mains). Il est donc important, pour elle, de ne pas l’oublier afin de ne pas refaire la même erreur. Ce qui est dommage, c’est qu’elle dit clairement que, pour ne pas être rien, elle se doit d’inspirer la peur, cela renvoie à quelque chose d’inconfortable et non de salvateur. Jon en profite pour tenter de lui montrer ses sentiments, lui assurant qu’elle n’est pas commune, que sa famille n’est pas éteinte puisqu’elle est là. Du coup, elle lui fait part de sa stérilité, mettant en avant le fait qu’elle ne pourra pas avoir de descendants et que sa Maison mourra donc avec elle. Ça sent la coucherie et la grossesse à plein nez, de quoi m’enthousiasmer.

Tyrion est de retour et est perçu comme un héros, Cersei assurant à Daenerys sa participation à la Grande Bataille et cela, sans condition ou encore compromis. Je serais Daenerys je ne regarderais pas Tyrion avec autant d’admiration parce que rien de ce qu’elle dit ne lui ressemble. Il apparaît donc fort probable qu’elle ne fasse rien de ce qu’elle est en train de promettre. Elle donne juste le sentiment de dire ce que Daenerys veut entendre pour la voir se casser avec ses dragons, loin de son trône. Et que Tyrion n’en est pas conscience est aberrant, comment peut—il la croire alors qu’il connait ses ambitions et ses vices mieux que quiconque.

Baelish est sur la fin, cela se voit (malheureusement) depuis longtemps. Il n’arrive plus à convaincre, ni à argumenter pour pouvoir le faire alors que Sansa ne cesse de progresser. Il apparaît donc clair que l’élève est en voie de dépasser le maître. C’est dommage cette perte de finesse, ça appauvrit terriblement ce personnage par rapport à ce qu’il a été. Je comprends que Sansa soupire tant son discours – pour expliquer pourquoi Jon a ployé le genou – est sans intérêt. Sansa n’est pas c*n, elle a bien compris qu’il l’avait fait par amour et que, comme Robb, l’amour lui fait faire des c*nneries, sa loyauté amoureuse encore plus. Et, s’il est normal que Sansa soit dépitée qu’il l’ait fait sans lui demander son avis, ce n’est pas pour ça qu’elle va l’évincer. Ça va juste lui permettre d’être vigilante à ses actions. Elle sait que destituer Jon lui mettrait au moins Arya à dos et elle sait combien il est important, actuellement, que l’ensemble des Stark soit solidaire. Cette dernière percevrait ce geste comme de la jalousie envers Jon et non un désir de protéger le nord. Arya pense suffisamment que Sansa est ambitieuse pour ne pas, en plus, lui donner des billes pour la conforter. Littlefinger fait le c*n et laisse entendre qu’il n’a même pas peur des Sans-Visage – dont il ne connait apparemment pas grand-chose – ce qui va forcément lui jouer des tours, alors que ça n’aurait pas dû. C’est, pour moi, une erreur de débutant et, pour un tel stratège, c’est décevant. Il doit sacrément se sous-estimer s’il pense que Sansa n’a rien appris à ses côtés (comme elle a appris de Cersei et Ramsay d’ailleurs). Tout comme Tyrion, il a perdu de sa superbe, ses dialogues deviennent quasi ridicules voire, quand ils se veulent pertinents, incompréhensibles, ce qui est, entre autres, le cas pour son jeu du pire. Le mec, il croit que Sansa va se lancer dans ce type de tripe. Oui, Arya est un Sans-Visage, oui, Sansa est consciente qu’elles ne se sont pas toujours entendues mais elle sait que sa sœur n’est pas c*n, qu’elles ont suffisamment souffert de perdre des proches pour s’entretuer. Sans compter Bran qui est en capacité de dire la vérité à ses sœurs concernant Littlefinger en particulier son rôle dans la destruction de leur famille. Pour finir, la cerise sur le gâteau : l’insinuation qu’Arya veut être la dame de Winterfell à sa place. Là, Sansa ne peut que comprendre qu’il est en train de la manipuler, vu que cette dernière a toujours voulu être un chevalier plus qu’une lady.

Du côté de Daenerys, Jorah rappelle ce que renvoie les Targaryen dans le nord et qu’il serait donc plus prudent qu’elle arrive par les airs sur le dos de Drogon, histoire de les tenir en respect. Après, Jon a raison, s’ils veulent être des alliés il faut qu’ils se comportent en tant que tels, sans rapport de force. Jon remporte sur Jorah qui se doit alors d’accepter que ce dernier est plus entendu. Et, pour lui, ça va même plus loin, ça sent l’histoire d’amour à plein nez et, s’il fait en sorte de se montrer bon joueur, on voit, quand même, que ça le fait bien ch*er !

Avant de partir, Theon va voir Jon pour lui dire qu’il a eu raison de ne pas mentir, d’être loyale et honnête – histoire qu’on n’en veuille pas trop à ce couillon – , et que son discours lui a permis de penser à ce qui est juste, tout comme Jon, selon lui, ne cesse de faire (alors qu’au fond, il ne pense qu’à mettre Daenerys dans son lit). Depuis qu’il a trahi les Stark, Theon est dans l’appréhension de faire des erreurs, il a donc besoin de réassurance. Or, Jon, à ce moment-là, compare ce qui n’est pas comparable. S’il a vécu avec le statut de bâtard, Ned était cependant là pour le soutenir et le reconnaître comme son fils. Theon, lui, n’en était pas hein mais, de par son statut de pupille des Stark, il est devenu l’enfant de personne. Theon essaie bien de lui faire comprendre mais, tout comme Jaime, dès lors qu’il essaie d’expliquer son acte, il n’est pas entendu. Alors, oui, Jon se la joue bon seigneur qui pardonne mais il n’entend pas. Après, c’est bien qu’il lui dise qu’il y a du Ned en lui et qu’il est donc possible qu’il s’en sorte. D’autant qu’il n’a pas à choisir entre deux familles, à lui de prendre ce qu’il souhaite de ces dernières. Son histoire le façonne mais il peut être celui qu’il veut être. Du coup, ben, Theon part chercher sa sœur, parce qu’elle est la seule à avoir eu envie de le sauver et l’avoir tenu en considération. C’est beau en soit mais ça reste pauvre pour la complexité du personnage. La scène suivante casse un peu tout ce beau discours par sa violence gratuite mais elle permet de montrer que Theon est déterminé et bien décidé à ne plus être arrêté dans ses actes par autrui. Cette fois-ci, il ne fuit pas, il se bat pour devenir ce qu’il souhaite être, c’est un bon début mais j’aurais préféré que ça ne se fasse pas en mode bourrin. Après, on peut voir une symbolique dans le fait qu’il remporte le combat grâce à ce qu’il a vécu auprès de Ramsay (et ce qu’il lui a retiré) : en gros, on ne peut plus me faire de mal, je ne peux donc plus qu’avancer et me reconstruire. C’est dommage que D&D ne savent pas quoi faire de Theon (il faut dire que GRRM ne fait que se lancer réellement dans son développement) parce que l’acteur est vraiment bon et aurait donc pu incarner l’évolution de son personnage parfaitement.

Sansa a pris la décision de faire convoquer Arya pour qu’elle réponde de son comportement et on ne peut que se dire qu’elle est soit complètement crétine d’avoir cru Littlefinger, soit c’est lui qui est crétin d’avoir cru pouvoir la manipuler. Ce sera donc lui le crétin, le grand manipulateur manipulé. On s’en doute dès lors que Bran est à côté de Sansa, il ne peut, en effet, faire assassiner sa sœur alors même qu’il connait toute l’histoire. L’idée est bonne, la manière de faire relativement bonne aussi, tout le monde jouant bien le jeu pour une meilleure surprise. Même s’il est clair que, dès le départ, les mots renvoient plus à Littlefinger qu’à Arya. Du coup, voir qu’il ne comprend rien, qu’il n’a rien vu venir et être aussi pitoyable quand, enfin, il comprend fait mal à la lectrice que je suis, ne voyant absolument pas Littlefinger chouiner ainsi devant Sansa. Après, mon homme a trouvé sa réaction assez cohérente pour ce type de personnages qui se cachent derrière autrui pour faire leur jeu, ils ne peuvent qu’être, selon lui, des pleutres dès lors qu’ils sont démasqués (ne sachant travailler que dans le confort et la sécurité de l’ombre). Sansa démontre à quel point elle est devenue douée, reprenant contre lui son jeu du pire. Même si elle fait un peu peur la p’tite, j’ai adoré qu’Arya, ne voulant pas se faire ch*er à entendre les chouinements de Littlefinger plus longtemps, l’égorge sans préavis. En tout cas, je suis contente que les Stark connaissent, à présent, le rôle de Littlefinger dans leur conflit avec les Lannister, ça les rendra peut-être plus clément quand Jaime arrivera à Winterfell (parce que si c’est honorable de partir répondre à sa promesse de se battre pour les vivants, il est téméraire de le faire sans l’armée promise par Cersei).

Après la mise en lumière de la trahison de Littlefinger, c’est au tour de celle de Cersei. Dès lors qu’on la voit regarder Jaime en train d’organiser leur départ pour Winterfell, on comprend qu’elle n’a jamais envisagé d’honorer sa parole. Comme d’hab, elle le prend pour un abruti (pour le coup, elle rejoint complètement le personnage du livre). La seule bêtise de Jaime, dans la série, c’est d’avoir suivi sa sœur jusque-là. En cela, elle a raison, c’est un crétin de première. En tout cas, c’est bien qu’elle montre son vrai visage, ça va lui permettre de la quitter, il est sacrément temps (dans le livre, ça fait déjà un moment qu’il n’est plus fourré dans ses jupons !). Il essaie pourtant de la raisonner (on ne peut pas dire qu’il n’aura pas essayé), mettant en avant le fait qu’ils seront tous morts, s’ils ne se réunissent pas pour remporter cette grande bataille pour la vie. Mais Cersei s’en fout, Cersei pense – peut-être à raison, c’est ce qu’on verra dans la saison 8 – qu’elle se fatiguera moins et aura plus de chance de réussir si elle laisse Daenerys et Jon s’affaiblir lors de cette dernière. Elle ne pense même pas que le NK a peut-être une stratégie autre que s’arrêter à Winterfell. S’il décide de scinder son armée en deux groupes pour en lancer aussi une sur Port-Réal (non préparée car en attente de la fin de la bataille et sans verredragon à leur disposition) et, hop, voilà, la population de Port-Réal dans les rangs du NK. Le million, sauvé par Jaime, se retrouvant contre lui. Du coup, ben, Aerys n’était pas fou, il avait peut-être connaissance via une prophétie de ce qui allait se produire et faisait juste en sorte que cette dernière ne se produise pas quand il avait en tête de brûler Port-Réal 😛 En attendant, Cersei, voyant Jaime lui échapper, tente de l’attendrir avec leur enfant à venir (D&D l’ont mise enceinte pour lui donner encore de l’humanité et garder le lien entre le frère et la sœur, ces derniers étant leur ship préféré, en fait, ils font du fan service pour eux-mêmes). Sauf qu’il a raison de lui dire qu’il ne naîtra pas si elle laisse les morts remporter la bataille en ne renforçant pas les troupes de Jon et Daenerys. Jaime a raison aussi de lui dire que c’est un pari débile car si les morte gagnent, ils meurent et si Jon et Daenerys remportent, ils meurent aussi parce qu’ils les auront trahis. Histoire de lui montrer qu’il a rien compris (et qu’il n’a rien vu venir), elle lui avoue l’ensemble de son plan (la compagnie dorée, la flotte d’Euron), c’est là qu’il comprend qu’elle se fout de sa gueule puisqu’elle en a parlé à ce dernier mais pas à son Lord Commandant (et, accessoirement, son frère, son amant et le père de son fœtus). Cersei démontre sa perspicacité en lui faisant remarquer qu’il manquait un des dragons de Daenerys et qu’il est donc possible de les tuer, elle n’a pas compris que, du coup, c’est le NK qu’il l’a dans ses forces mais, dans le fond, elle a raison, les dragons peuvent être tués. Quand Jaime comprend qu’il ne peut plus rien tant pour elle que pour leur relation, il lui annonce qu’il compte honorer sa promesse et partir pour Winterfell. J’avoue avoir flippé pour lui quand elle l’a menacé de le tuer, je me suis dit que D&D seraient capable de la faire tuer Jaime, alors même qu’elle n’a pas pu le faire avec Tyrion. D’autant qu’elle en donne l’ordre à Gregor qui tire son épée. Ça aurait été aberrant mais on n’est pas à une aberrance près avec eux. Heureusement, quitte à mourir, Jaime tente sa chance en partant. Cersei peut serrer des dents en le voyant s’éloigner, l’air de rien, elle perd son meilleur allié et protecteur.

Winter is coming et j’aime que cela se voit avec Jaime alors qu’il se lance vers Winterfell. Il va en ch*er d’autant qu’il est seul et qu’il rejoint des personnes qui peuvent potentiellement avoir envie de le tuer (Daenerys en tête parce que, même si elle sait que son père était fou, l’impact sur sa vie a été important). Seuls Brienne et Tyrion sont susceptibles d’être bienveillants avec lui. J’espère que Sansa se rappellera que (presque) tout vient de Littlefinger (concernant le conflit Stark / Lannister) et que Bran sera en capacité d’aller au-delà de ce qu’il lui a fait (qui est peut-être un geste que la corneille lui a imposé pour que ce dernier le devienne à son tour, ce serait gros mais je me suis parfois posée la question car la corneille apparaît dès sa chute) d’autant qu’il doit savoir pour Port-Réal (où alors il a pas eu le temps de s’y pencher mais ça m’étonnerait car c’est un événement important de l’histoire de Westeros), bref qu’on ne lui tapera pas trop sur la gue*le. Dans tous les cas, je suis heureuse de le savoir parti, je me dis qu’il va pouvoir enfin rejoindre le Jaime du livre : libéré de l’emprise de sa sœur et dans la possibilité d’être le chevalier qu’il a toujours voulu être (auprès de Brienne cela va s’en dire). Il est clair, à présent, que Jaime a compris qui était sa sœur et jusqu’où elle pouvait aller alors qu’il a tout accepté (et réalisé) par amour pour elle. Son regard, quand il en prend conscience, était hyper touchant, on voit combien c’est un choc pour lui. Pour moi, il ne reviendra pas auprès d’elle. Quelque chose s’est brisé en lui. Alors que Cersei apparaît en capacité de le tuer, Brienne ne cesse de le protéger, entre les deux, le choix devient facile.

Sam, Gilly et p’tit Sam arrivent à Winterfell et, la première chose que Sam fait, c’est d’aller voir Bran pour évoquer, avec lui, les origines de Jon et lui annoncer que il n’est pas un bâtard puisque le journal d’un grand septon stipule le fait que Rhaegar a répudié sa femme (trop la classe le mec) et donc épousé Lyanna dans les règles, c’est y pas parfait tout ça ! J’aime le rapport qui existe entre Sam et Bran : Sam ne s’arrête pas au changement de Bran en corneille, il le comprend et l’accepte, il s’intéresse à ce que cela représente et l’intérêt que cela peut avoir pour la suite de l’histoire. J’aime aussi son humilité quand Bran lui dit qu’il est un homme bon et qu’il lui répond qu’il n’en est pas si sûr. J’ai souri quand, ayant compris le don de vervue de Bran, Sam pense que ce dernier a perçu l’arrivée de Daenerys et Jon grâce à ce dernier alors qu’il a juste reçu un message l’annonçant. Ça casse pas des briques mais c’était sympa.

J’aurais préféré ne pas voir les noces de Lyanna et Rhaegar parce que, déjà, je trouve que ça fait hyper guimauve (j’aime pas la guimauve c’est trop sucré et ça m’écœure) mais, en plus, voir Rhaegar avec la tête de Viserys, c’était trop pour moi (sans compter qu’on revoit Ned jeune et que ce dernier a toujours son charisme d’huître… ça fait mal tant on est loin du jeu d’acteur que Sean Bean a su mettre dans le personnage de Ned). En parallèle, on voit la scène d’amour entre tatie et son neveu, aucune alchimie mais on va dire que c’est d’avoir connaissance de l’inceste, ça casse un peu l’éventuelle émotion de les voir ensemble. Après, on nous a pas forcément préparés à cette scène, leur amour étant venu un peu comme un poil sur la soupe. Jon sera donc Aegon, au moins, c’est dit, ça permettra aux lecteurs de ne pas attendre son arrivée. Je comprends que Tyrion soit déprimé d’autant que la négociation avec Cersei devait être en lien avec sa grossesse (sachant qu’il pense Daenerys en incapacité d’avoir un enfant). Ce sera encore un raté pour Tyrion (décidément, le personnage préféré de GRRM est bien mis à mal), parce que ça sent sacrément la grossesse surprise tout ça.

Avant de rejoindre l’au-delà du Mur, une p’tite scène choupi entre Arya et Sansa qui font la paix en se faisant des compliments, ça vole pas bien haut mais ça fait du bien. Il est vrai que ça aurait pu se faire bien avant mais on va dire que D&D voulaient faire monter la tension pour mieux nous surprendre de la mort de Littlefinger. J’ai aimé qu’elles expriment le fait que leur père leur manque, ça fait du bien aussi d’évoquer les morts, c’est ce qui les rend encore vivants.

La fin est belle visuellement, au moins on sait que la mort du dragon n’était pas inutile, cela n’excuse pas le 7×06 mais bon ça rend la scène plus impressionnante. Étrangement, je ne suis pas inquiète pour Tormund je ne vois pas le dernier sauvageon connu de la série mourir tout de suite. Tout pareil pour Béric, s’il n’est pas mort dans le 7×06, c’est pas pour mourir maintenant, il doit bien avoir encore un rôle à jouer. Affaire à suivre cependant.

===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Thu 9 May - 02:01 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Au vu de la qualité bancale de la saison 7, je ne m’attendais vraiment pas à grand-chose, dans ma tête, je ne prenais que la photographie de la série en attendant la cohérence du livre (si GRRM veut bien remuer ses p’tites fesses - sans perdre la qualité d’écriture et du récit - ). Du coup, j’ai apprécié cet épisode, il faut dire que j’aime la lenteur, le fait de prendre le temps de se poser, d’autant plus que c’est la dernière saison et que nous allons très certainement perdre pas mal de personnages en route, c’est donc bien de leur rendre un minimum hommage (avec D&D, j’appréhende toujours que ce ne soit pas à la hauteur de ces derniers mais j’ai besoin de me raccrocher à un minimum d’espoir).

Un premier épisode chargé en retrouvailles au point qu’on avait l’impression d’être aux 100 ans de mon papy. Il y avait foule à Winterfell, ce qui faisait vraiment contraste avec Port-Réal qui apparait plus que désert. Ce que je retiens, c’est qu'on peut faire court et sans dialogue (avec D&D, c’est même préférable) et être hyper puissant au niveau émotionnel comme le regard de Jaime à Bran à la toute fin de l’épisode.

8x01Winterfell



Tout l’épisode est construit comme un jeu de miroir avec le premier de la saison 1 est j’avoue avoir beaucoup aimé cette idée. Ça va de ce p’tit garçon qui cherche à voir la procession de Jon et Daenerys et qui nous rappelle Bran lors de l’arrivée de Robert à Winterfell jusqu’au regard entre Jaime et Bran qui fait écho à cette dernière scène où Jaime jette Bran de la tour. C’est c*n mais ça m’a émue. Ça renvoie à une certaine nostalgie de ce qu’a été la série à ses débuts. J’ai trouvé que c’était respectueux et élégant et c’est suffisamment rare pour ne pas le mettre en avant. Cela permet aussi de percevoir pleinement l’évolution des personnages.

L’arrivée de Jon et Daenerys se fait donc côte à côte, comme l’avait suggéré Jon, afin de ne pas engendrer un sentiment de menace auprès des nordiens. Et, au vu de leur regard et leur accueil, il a bien fait. D’autant que ça n’a pas empêché Daenerys de montrer sa suprématie via les dragons, les immaculés et les dothrakis.

Arya apparait frustrée car elle aurait bien aimé être reconnue dans la foule mais que ce soit Jon, Sandor ou Gendry aucun ne l’aperçoit. En même temps, elle a sacrément grandi la p’tite. Et puis, ce n’était pas forcément le bon moment pour des retrouvailles, sachant que Jon n’allait pas sauter de son cheval pour la prendre dans ses bras, ni faire un p’tit coucou débile en passant.

Démarrer les dialogues avec les blagues sur les couilles de Varys, ce n’est pas forcément très élégant et, même si on se dit que c’est un clin d’œil par rapport à l’hiver qui est, à présent, bien arrivé, on ne peut pas dire que ça mette en valeur Tyrion. Au vu de sa non évolution en matière de blagues, on ne peut que craindre qu’il en soit de même en matière de stratégies et de conseils et là, pour le coup, ça fout bien les boules Razz C’est étrange de voir Varys encore présent, il représente tellement le jeu du trône que ça colle pas forcément avec la grande bataille à venir. Il aura certainement un rôle à jouer par la suite mais, pour le moment, il ne sert à rien (si ce n’est permettre à Tyrion de faire ses blagues à la c*n, ce dont on se passerait bien) et je n’aime pas ce sentiment d’inutilité, ça renvoie à l’absence d’écriture qui apparait de plus en plus visible au fil des saisons.

Pendant que Missandeï ne se sent pas à l’aise, ayant le sentiment de ne pas être la bienvenue et, par là-même, de se retrouver en terre hostile, Daenerys apparait, tel Don Salluste, toute déconfite de ne pas avoir ses acclamations. Alors, certes, elle n’a pas encore fait ses preuves mais on se dit aussi que Sansa n’a pas non plus aidé à sa popularité. Leur arrivée est à l’image de ce que cette dernière ressent : de l’interrogation et de la méfiance. Du coup, on voit combien Daenerys jubile quand elle perçoit la frayeur qu’engendrent ses dragons lorsque ces derniers se mettent à survoler la foule. Son sourire fait un poil peur, son ego mal placé aussi mais c’est sa p’tite revanche pour l’accueil qui lui a été réservé et on peut aussi le comprendre. Après, il est clair que s’ils leur permettent de remporter la grande bataille, ils ne seront plus associé à de la peur mais à de la protection, ce qui pour le coup va permettre à Daenerys d’être populaire, là où elle n’aurait jamais pu l’être si elle était venue en conquérante. Elle peut donc sacrément remercier les évènements. Reste que je trouve qu’elle compte beaucoup trop sur eux, ce qui peut être une fragilité. Ça renvoie d’ailleurs à ce qu’elle avait dit à Jon dans le 7x07 concernant le fait que les Targaryen n’étaient rien sans leurs dragons.

Si Arya apparait en admiration devant Drogon et Rhaegal, Sansa, elle, en reconnait la force, la puissance et le danger qu’ils peuvent avoir par la suite, si Daenerys venait à vouloir s’en servir contre le nord pour s’imposer à eux. Même si Jon a fait le choix de ployer le genou, je ne suis pas certaine qu’elle accepte de la laisser faire ce qu’elle veut du nord.

Vient le temps des retrouvailles, les premières entre Jon et Bran et, si ce dernier est toujours aussi glacial dans son attitude, un p’tit sourire permet à Jon de percevoir un peu de lui dans la corneille. Je ne suis pas une grande amoureuse du jeu de Kit mais, pour le coup, il a une émotion relativement juste. Après, il y a eu tellement de retrouvailles entre les enfants Stark lors de la saison 7 que je n’arrive plus trop à en être émue.

C’est aussi le temps des présentations, Sansa serre donc des fesses, Bran est dans l’observation active (ça doit être hyper stressant quand on sait qu’il connait tous les évènements et qu’on ne peut donc pas lui mentir sur les faits) et, Arya, ben, comme d’hab, elle traine, elle ne sera donc pas là pour accueillir Daenerys. Ce qui tombe bien puisque je n’avais pas envie qu’elle soit là lors de ses retrouvailles avec Jon. Depuis le temps que je les attends, je préfère que ça se fasse dans l’intimité.
On voit que le compliment de Daenerys - qui apparait une manière de se faire bien voir de la sœur de son boyfriend - pique Sansa qui lui montre qu’elle n’a pas envie d’aller plus loin que la reconnaissance de ce qu’elle est pour le nord depuis que Jon a ployé le genou devant elle : sa reine. Ne pas répondre à l’aspect affectif de son approche est une manière, pour Sansa, de lui dire que tout n’est pas joué d’avance, que ce n’est pas parce que Jon l’aime qu’il en est de même pour elle. Bran, égal à la corneille, ne la nomme même pas, lui rappelant juste qu’il faut penser à se bouger, qu’on n’a pas le temps pour les politesses (ni les histoires de fesses) d’autant que cette c*nne a perdu un de ses dragons, ce qui a permis à l’armée de morts de passer le Mur et d’être en marche vers Winterfell. Du coup, forcément, Sansa jubile en la voyant complètement décontenancée.

Sansa démontre qu’elle a tout pour être la dame de Winterfell, elle a tout organisé en l’absence de Jon, n’attendant pas son retour pour le faire, tous les bannerets sont donc présents. J’aime que le p’tit Omble s’adresse surtout à elle, qu’il ne perçoit Jon qu’après : Sansa est resté près des siens, ces derniers ont forcément plus de lien avec elle et de respect aussi. Finir par Daenerys est maladroit, il en a conscience mais, en même temps, il est logique de répondre à la personne qui s’est adressé à lui d’autant qu’à ce moment-là, elle ne s’était pas encore installée à leur table. Ce que je trouve plutôt intelligent de la part de Daenerys : pour être accepté, il est important de ne pas s’imposer.

Il aurait été décevant que Lyanna n’intervienne pas, ça aurait retiré de la prestance à son personnage qu’on aime, entre autres, pour sa franchise. Heureusement, ce n’est pas le cas, elle finit par se lever pour dire tout haut ce que tous les nordiens pensent tout bas : son incompréhension face à la décision de Jon à ployer le genou, imposant au nord une reine qu’ils ne connaissent pas et qu’ils n’ont pas choisi puisque c’est lui qu’ils ont proclamé roi et non elle. Je comprends que Sansa laisse Jon se dém*rder, après tout, elle a les mêmes questions, la même colère, Jon ne l’ayant même pas concertée avant de le faire. Après, je trouve bien que Jon lui renvoie qu’il n’est plus question de politique ou encore d’ego mais de survie et qu’il était essentiel, pour se donner toutes les chances de remporter contre les morts, d’avoir des alliés de taille. On ne peut pas dire que son speech convainc l’assemblée, du coup, Tyrion prend le relai (comme Jon l’avait fait dans le 7x07 quand ce dernier était en difficulté face à son frère et sa sœur) en rappelant cette réalité qu’est la menace des morts et affirmer que, si le nord s’en sort, il pourra remercier Jon pour ce qu’il a fait pour lui. Il ne dit pas grand-chose de plus, il ne fait qu’appuyer le choix de Jon de laisser sa couronne pour sauver son peuple et le réhabiliter en assurant qu’il a mis sa vie en danger pour offrir l’armée de Daenerys qui apparait essentielle à leur victoire. Le fait qu’il évoque, par la suite, l’arrivée prochaine de celle des Lannister ravive les colères et les protestations mais, au moins, c’est dit, ils vont avoir le temps de le digérer avec que cette dernière arrive. En même temps, ça permet de valider, là encore, les propos de Jon : on a besoin de tout le monde y compris de nos ennemis d’hier pour être encore en vie demain. Cela semble satisfaire Lyanna puisqu’elle n’en dit pas plus. Il est préférable qu’elle ne sache pas les raisons réelles de son choix – l’amour - , Jon n’aurait pas réussi à le lui faire accepter, il s’en sort donc pas mal.

Sansa aborde alors la question d’intendance, mettant en avant le fait qu’elle n’a pas ce qu’il faut pour nourrir tout ce beau monde puisque les réserves ont été réalisées sans la connaissance de l’arrivée d’immaculés, de dothrakis ou encore de dragons. Cette fois, Daenerys n’a pas envie d’être tendre, elle a bien compris son p’tit jeu, su coup, comme d’hab, elle joue avec la peur en répondant que les dragons mangent ce qu’ils veulent, pouvant laisser entendre : tous ceux qui la feront ch*er. Le regard qu’elle lance à Sansa est suffisamment explicite et clôt donc le débat.

Les retrouvailles entre Sansa et Tyrion sont relativement froides et injustes pour ce dernier qui a toujours pris soin d’elle (et respecté ses sentiments), la faute à Daenerys apparemment puisqu’il en est la Main et qu’elle n’aime pas cette dernière. C’est un poil facile comme critique et injuste puisqu’elle ne la connait pas encore. Elle est donc dans un jugement gratuit. Heureusement, elle finit par reconnaitre qu’il était le moins pire des trois maris qu’elle a eu. Pour le reste, même si les téléspectateurs ne peuvent que la rejoindre quand elle dit qu’elle le pensait plus intelligent, venant d’elle, c’est limite d’autant plus quand on sait combien Tyrion l’a aidé lorsqu’elle était encore jeune et naïve. Alors, oui, ça permet de montrer combien elle a changé, combien elle est devenue douée dans la compréhension (et la manipulation) d’autrui mais il y avait possibilité de le faire d’une manière, justement, plus pertinente. Après, il est clair qu’elle a raison en lui assurant que Cersei ne tiendra pas sa promesse. On va dire que tout est dit entre eux (y compris la fuite de Sansa - suite à la mort de Joffrey - et l’impact que cette dernière a eu sur la vie de Tyrion), le bon ne peut donc que venir, la chaleur entre eux aussi.

On enchaîne avec les retrouvailles entre Jon et Arya (on notera, l’air de rien, que Jon n’a pas entendu cette dernière arriver, son passage chez les Sans-Visage a été bien efficace) que j’attendais depuis leur séparation en saison 1 car j’ai toujours trouvé leur relation belle (en particulier dans les livres), un poil déçue parce que dans une trop grosse attente, mais l’épisode reste dans son fil conducteur qui est d’être en miroir avec le premier épisode de la saison 1, la scène est donc un reflet de celle où Jon offre aiguille à Arya. L’émotion était moins juste que pour Bran au niveau du jeu de Kit, en tout cas, pas à la hauteur de l’affection de Jon pour Arya mais le fait qu’il finisse par s’enlacer, comme ils l’avaient fait avant le départ de Jon était sympa. On voit combien Arya a grandi puisque Jon n’arrive plus à la soulever. Le point le plus important, selon moi, de cette scène, c’est le fait qu’Arya défende Sansa (et la réhabilite à sa juste valeur) et qu’elle souffle à Jon qu’elle espère qu’il se rappellera qu’ils sont de la même famille et qu’ils se doivent donc de se protéger parce que ça ne peut être anodin. Alors, c’est sans doute par rapport à ses origines mais j’espère que ce sera un poil développé.

Le passage sur Port-Réal était inintéressant, j’aurais préféré rester dans l’ambiance Winterfell mais, bon, il faut bien rappeler les personnages s’y trouvent. La scène permet de voir que Cersei s’en bat les couilles des morts, elle est dans la jouissance de savoir que ses ennemis vont s’en prendre plein la gue*le sans jamais penser que, s’ils viennent à perdre, c’est la fin de Westeros. En même temps, même si elle est enceinte, je crois qu’elle s’en fout de la mort, elle a tout perdu, elle ne peut que prendre le risque de gagner. Et puis, voir tout s’éteindre avec elle, la connaissant, ça doit l’exciter. Personne ne survivra à elle, son trône lui appartiendra pour l’éternité, de quoi lui plaire aussi.

De son côté, Euron est tout content, la compagnie dorée aussi, on ne sait pas vraiment pourquoi parce que je ne pense pas que D&D vont vouloir recoller avec l’histoire de cette dernière. Après, on ne sait jamais ils peuvent nous surprendre mais ce serait étonnant que Cersei ne soit pas sur ses gardes concernant cette possibilité, elle doit bien en connaitre les origines.

La scène entre Euron et Yara ne ressemble à rien, elle fait écho au côté famille qui est mis en avant dans cet épisode mais qui, pour le coup, sonne faux, Euron ayant démontré, à plusieurs reprises, que cette dernière n’avait aucune valeur pour lui. C’est juste histoire de la laisser en vie pour que Theon se mette en valeur en la sauvant. Ce qui est c*n, c’est que, de par la manière où s’est amené (et expédié), ça ne le met même pas en valeur - tout comme le coup de boule de Yara qui démontre combien les Fer-nés ne sont pas encore prêts à évoluer, leur mode de communication étant toujours aussi bourrin et peu évolué. Même si on comprend le message qu’elle veut lui passer, honnêtement, je m’en serais bien passée (Theon aussi, je pense). Ce dernier décide de partir à Winterfell, du coup, rédemption oblige, il devrait y mourir, au nom de la morale. Nan, nan, je ne l’ai pas mauvaise. Yara sera donc la dernière Greyjoy (parce que, bon, je donne pas cher de la peau d’Euron) et devrait donc finir sur le trône de Grès. En attendant, elle compte récupérer les îles de fer et, si D&D ont assez de budget pour l’aider, se refaire une p’tite flotte pour aller combattre son oncle, histoire d’aider un peu sa reine (et, accessoirement, la mettre dans son lit). Il n’y a que la fin - quand ils se disent que ce qui est mort ne saurait mourir - qui est touchante et encore, ça confirme mon angoisse de voir Theon mourir parce que ce type de scène (et de phrase) sent fortement le sapin pour lui.

La bêtise d’Euron est toujours plus flagrante lorsqu’il est en présence de Cersei. Il a le don de me hérisser les poils, je n’arrive vraiment pas à adhérer à son personnage et ce n’est pas par comparaison avec celui du livre – impossible, au vu de la différence, de pouvoir les comparer – mais parce que l’homme me répugne. Son seul but étant de baiser la reine (quelle qu’elle soit). En attendant, on nous donne les chiffres : 20 000 mercenaire de la compagnie dorée, pas rien en effet, mais pas les éléphants parce que ça coute trop cher, du coup, on l’annonce tout-de-suite comme ça les fans ne nous en feront pas la remarque, on les avait prévenus. On peut donc se gratter pour le visuel. Cersei est déçue, elle est sensée nous représenter, D&D deviennent expert en la matière. La seule chose que j’ai aimé, c’est que Ser Harry Paisselande – j’imagine que c’est lui - est comme moi, il ne tient pas compte d’Euron tant ce dernier est c*n.

Que dire de l’insistance d’Euron à baiser la reine et du fait qu’il y soit arriver, je ne sais pas si ce n’est, sans doute, pour lui faire un p’tit ourson, histoire d’avoir une descendance et pour arranger Cersei qui va pouvoir faire passer son p’tit lion (qui est déjà en route) pour un p’tit ourson et ainsi pouvoir le légitimer. Tout fait faux et apparait, par là-même, sans intérêt. Je trouve que ça desserre vraiment le personnage de Cersei tant ça ne ressemble à rien, ça enlève tout l’attachement que je pouvais avoir pour elle. D&D sont trop dans la répétition concernant son personnage. Ils l’ont mise enceinte car ils savent que sa seule sensibilité, ce sont ses enfants sauf que là ça ne marche plus, c’est tellement venu de nulle part ce gosse, le retour de Jaime auprès d’elle n’avait aucun sens pour que cela soit crédible. Ils auraient dû rester sur le fait qu’elle perdait la tête suite à la perte de tous ses enfants, ses actions auraient été plus crédibles (comme lorsqu’elle empoisonne la fille d’Ellaria devant elle). Ils aiment tellement son personnage qu’ils ont pas eu les cou*lles d’aller au bout de cette idée, ils veulent encore nous la rendre attachante. L’idée de sa grossesse est, pour moi, aussi nulle que l’expédition du 7x06, c’est pour dire ! Et savoir qu’elle va être la boss de fin me donne de l’urticaire. Après je comprends qu’Euron s’impatiente : attendre la fin de la guerre, ça fait petite fille qui trouve une excuse pour ne pas le faire, normal qu’il veuille un début de ce qu’elle lui a promis, il lui a tout apporté et si ça doit se faire autant que ça se fasse maintenant d’autant que rien ne dit qu’ils vont survivre à cette dernière.

Bronn est tombé sur des prostituées bavardes, pas facile de se concentrer mais, ce n’est pas bien grave puisqu’il est interrompu par Qyburn. Même si ça se voulait aussi être un clin d’œil à la saison 1, pour le coup, j’ai trouvé la scène mauvaise, peut-être parce que la demande de Cersei est mauvaise. Il n’y a pas plus débile que de demander à Bronn de tuer Jaime et Tyrion alors même qu’on a perçu dans le 7x04 qu’il était au-dessus de l’argent, abandonnant celui donné par Jaime pour aller tirer sur Drogon ou encore suffisamment attaché aux frère Lannister pour, entre autres, sauver Jaime (lors de sa chevauchée suicidaire pour tenter de tuer Daenerys) au risque de perdre sa vie. Donc soit, il le fait et ça sera complètement incohérent par rapport à l’évolution du personnage, soit, il ne le fait pas et la scène aura été inutile voire grossière pour avoir pu laisser entendre qu’il le ferait. Bref, pour se faire, Cersei a choisi l’arme pour lui : l’arbalète qui a permis à Tyrion de tuer Tywin. Même si on comprend la symbolique de son choix (Tyrion l’ayant utilisée et Jaime lui ayant permis de le faire en le libérant), le fait que ça ne puisse pas coller avec Bronn et que ça fasse hyper cliché a rendu risible cette dernière. J’aime la symbolique quand elle est subtile. J’imagine que c’est pour laisser un rôle pour à l’acteur mais quelle grossièreté, quel manque de respect que de lui faire endosser celui-ci. J’ai juste aimé quand Qyburn annonce qu’une des prostituées va mourir dans l’année d’une vérole et que Bronn s’inquiète de savoir laquelle, heureusement pour lui, ce n’est pas celle qu’il avait entre les jambes à l’arrivée de Qyburn (oui, oui, je suis allée vérifier en regardant ; de nouveau, la scène). Ainsi que les mots de ce dernier concernant le fait que Cersei avait d’autres plans pour Daenerys, forcément, ça interpelle et met les neurones en ébullition, cherchant à savoir lesquels mais ça casse pas des briques non plus.

Euron ne fume pas après l’amour, il cause, il demande s’il a été bon… tout ce que j’aime chez un homme quoi ! Il veut être celui qui a été le meilleur pour Cersei, c’est tellement mature comme discussion que je crois que j’ai eu envie de pleurer. J’ai failli le faire quand ma crainte de faire passer l’enfant de Jaime pour celui d’Euron s’est révélée être vraie. Même Robert a été cité, là encore un clin d’œil à la saison 1 mais aussi la confirmation que l’histoire se répète pour Cersei, élever des enfants avec un mari qui n’en est pas le père. J’ai juste aimé qu’elle l’arrête et le menace quand il aborde Jaime, je la remercie, je n’avais pas vraiment envie de connaitre ce côté-là de lui, je ne préfère pas, une comparaison aurait été mal venue. L’émotion de Cersei, à la fin, pourrait être touchante, mais, pour moi, ça ne fonctionne pas. Oui, elle a perdu son grand amour, son allié, son frère mais, pour le coup, c’est carrément de sa faute alors elle ne va pas me la jouer d’autant qu’elle a commandité Bronn pour le tuer. Comme toujours, D&D veulent embellir Cersei en lui donnant de l’humanité mais ça ne colle définitivement plus.

J’aime Davos et Tyrion mais, là, leur trio avec Varys ne ressemble à rien, il ne sert qu’à faire un p’tit résumé de ce qu’a réalisé Jon, comme réunir le nord. Là encore, ça se répète, du coup, on a l’impression de les faire parler uniquement pour les faire apparaitre dans l’épisode. Bref, une discussion qui n’apporte rien et qui ne peut que s’envoler dans le vent en particulier le fait que Jon et Daenerys forment un beau couple. Je suis désolée, je ne crois pas en ce dernier, il sort de nulle part avec deux personnages qui n’ont pas les mêmes aspirations. Une seule chose qui, là encore, a chatouillé mon oreille et mis en branle mes neurones, c’est le « rien ne dure » de Varys. Est-ce parce qu’il est au courant des origines de Jon et qu’il se dit que le couple ne survivra pas à ce que représentent ces dernières ou a-t-il un plan de derrière les fagots en vue d’imposer quelqu’un d’autre sur le trône.

Daenerys est déjà ch*ante, elle veut que son chéri ne voit qu’elle et se plaint donc de Sansa, mettant cependant en avant une réalité : cette dernière ne l’aime pas. Jon la rassure en lui assurant que c’est elle qui compte plus que tout mais, dès qu’elle le voit la défendre ou justifier son comportement, son égo reprend le dessus et lui rappelle que, si elle n’est pas là pour être son amie, elle se doit cependant de l’aimer puisque sa reine. Daenerys, dès lors qu’elle est en difficulté, apparait dans la menace. Difficile de comprendre l’attachement tant de Jon que de Tyrion à cette dernière.

La scène de l’initiation de Jon au vol de dragon est très mal amenée et pas assez développée mais à le mérite d’être visuellement très belle. Du coup, l’excuse bidon (les dragons de Daenerys ne s’alimentent plus parce qu’ils ont le mal du pays) nous passe au-dessus. Ce qui est plus compliqué à digérer, c’est le fait que Daenerys ne craigne pas pour la vie de son boyfriend, au contraire, ça la fait sourire de savoir que Jon peut être tué soit par un refus de Rhaegal de l’avoir sur son dos (une pensée pour Quentyn), soit une chute potentielle mortelle. C’est étonnant, en voyant que tout roule, elle ne s’interroge pas, à un moment, sur le fait que Jon, étant un bâtard et ne connaissant pas sa mère, ne puisse pas avoir du sang Targaryen. Bref, on a l’impression que la scène n’existe que pour que Jon sache monter Rhaegal avant la grande bataille et ainsi pouvoir le diriger lors de cette dernière. On n’explique rien, on impose tout. La scène restera une belle balade, non pas à cheval, mais à dragon. Il n’y a pas à dire, ça en jette. Et puis, on a suffisamment été en manque des dragons - tout au long des saisons - pour bouder notre plaisir à les voir. Sans compter que Jon connait un p’tit coin bien romantique avec des cascades, de quoi faire aimer le nord à Daenerys. Après, franchement, on pouvait se passer de la tête de Drogon, ça casse un peu le moment « bisou baveux » pour rien, difficile d’avoir peur pour Jon tant il est clair qu’il ne lui arrivera rien.

Gendry prend très à cœur sa mission de réaliser toutes les armes avec du verredragon, il va même jusqu’à prendre les commandes et faire du mesure, ce qui est le cas pour Sandor à qui il a réalisé une hache. Du coup, Arya veut aussi la sienne, elle lui donne donc les plans de cette dernière tout en lui faisant du gringue. Je peine vraiment avec Gendry alors voir Arya être, comme dirait ma fille, en crush, c’est un poil compliqué, d’autant que je ne trouve pas que ça colle entre les deux acteurs. Après c’est clair qu’ils ont vécu des moments forts ensemble, c’est donc le seul qui apparait cohérent pour une éventuelle histoire d’amour avec elle. Ce qui me gêne, c’est pourquoi donner une histoire d’amour à Arya (j’espère que ce n’est pas pour une symbolique Robert - Lyanna, sachant qu’il a toujours été dit qu’Arya était celle qui lui ressemblait le plus). Elle sort des Sans-Visage, je ne la vois donc pas s’intéresser aux mecs ou alors elle redevient pleinement Arya et perd, progressivement, la dureté acquise chez les Sans-Visage. Les deux en même temps, c’est hyper perturbant. Je ne sais pas si c’est fait exprès mais j’ai apprécié le « As you wish » que j’ai vu comme une référence à un de mes films préféré (Princess Bride). Si la référence est la bonne, cela veut dire que Gendry l’aime et du coup Arya devrait le pecho (ils sont jeunes, je prends des expressions de jeunes).

Sandor, lui, est fier de son bébé qui est aussi dur que lui en ne s’excusant pas de l’avoir laissé pour mort, rajoutant même qu’elle l’a, en plus, dépouillé. Forcément, ça ne peut que plaire à Sandor qui n’a pas évolué des masses finalement mais, bon, ça colle à ce qu’ils ont été au moment de leur périple.

De son côté, Jon jette avec dépit son gant en apprenant que les Glover – les saligauds - ne viendront pas se battre avec Daenerys, parce qu’ils n’ont pas signé pour l’avoir comme reine. Ça peut se comprendre, c’était le principal risque en ployant le genou. Après ce n’est pas une Maison qui va faire la différence, je ne pense pas, mais si toutes avaient fait de même ça aurait été plus compliqué. Sansa a raison aussi de lui dire que, s’il ne voulait pas être roi, il n’avait cependant pas à amener un reine Targaryen. Normal que chacun se sente trahi. D’autant qu’il sait très bien qu’ayant vu l’armée des morts par elle-même, Daenerys était d’accord pour les aider, il a ployé le genou quand elle ne lui demandait plus de le faire donc c’est un faux-c*l qui n’assume pas son choix qui a été fait uniquement par amour, et, là encore, il n’avait pas besoin de le faire pour l’avoir dans son lit, il était clair qu’elle était déjà amoureuse. Bref, Sansa a raison de lui faire comprendre qu’il a fait le c*n parce qu’à la base il partait sur un pied d’égalité, là, ce n’est plus le cas. Et, je le trouve bien présomptueux d’assurer qu’elle sera une bonne reine, ok, elle lui a sauvé les miches, sacrifiant au passage un de ses dragons mais rien ne dit qu’elle sera une bonne reine, c’est juste une femme amoureuse. D’ailleurs Sansa n’est pas dupe, lui demandant s’il a vraiment ployé le genou pour sauver le nord ou par amour pour elle. Ça fait du bien que les choses soient remises dans leur contexte, que Jon ne se mente pas à lui–même et, par ricochet, aux autres.

Si je trouve choupi que Jorah veuille présenter Sam à sa reine, mettant en avant que c’est grâce à lui qu’il est toujours en vie, c’est étonnant qu’il n’ait pas pensé que la mort de son père et son frère ne pourrait pas le bousculer, c’était assez maladroit au final. Après, c’est bien que Sam le sache, ça permettra d’avoir un œil sur Daenerys et de veiller à alerter si elle venait à péter un plomb. J’ai été émue par sa souffrance, l’acteur joue, il faut dire, très bien, on voit l’horreur monter en prenant conscience de ce qu’elle est en train de lui annoncer : elle a cramé son père et son frère juste parce qu’ils ne voulaient pas ployer le genou, ce n’est pas vraiment signe d’une évolution positive. Sa peine est d’autant plus touchante qu’elle démontre combien, dans les familles, on a beau engue*ler, voire même se détester, ça n’enlève en rien le fait que nous sommes un même arbre, nous avons les mêmes racines et perdre un des membres ne peut qu’être douloureux. Un père même tyrannique reste un père et on peut pleurer ce dernier alors même qu’on l’a fui toute notre vie. L’humain est complexe, c’est ce qui fait tout son charme. Et puis, il y a la violence et la signification de cette mort qui sont terribles. Ce qui bouscule définitivement Sam, c’est son frère, là, il s’est dit qu’elle est capable de tuer n’importe qui, sachant que ce dernier ne méritait pas de mourir. C’est dommage parce que la démarche de Jorah était belle, la reconnaissance de Daenerys aussi, voulant le récompenser à sa juste valeur (ce qui démontre d’ailleurs qu’elle a un réel attachement pour Jorah). On voit combien Daenerys est emm*rdée dès lors qu’elle entend le nom de sa famille et c’est tout à son honneur qu’elle avoue son crime, j’espère donc que cette expérience - et la perception du mal qu’elle a fait en agissant ainsi - lui servira pour ne pas reproduire un tel geste.

Je suis surprise que Bran demande à Sam de dire les origines de Jon à ce dernier, pourquoi ne lui dit-il pas lui-même. Après tout Jon est, de par la connaissance de son don de vervue, plus en capacité de croire Bran que Sam. Peut-être est-ce parce que c’est lui qui a découvert qu’il n’était pas un bâtard puisque Rhaegar a épousé Lyanna (j’ai mal rien qu’en l’écrivant) et puis c’est une personne de confiance, extérieure à la famille, finalement, pourquoi pas. Je n’attendais rien de l’annonce, j’avais déjà été hyper déçue de la vision de Bran et, du côté guimauve de cette dernière, j’avoue que je ne suis donc pas surprise de la scène qui en ressort. Je crois que je m’en fous pour tout dire, ayant fait le deuil de Jon depuis longtemps. C’est bien cependant que Sam lui dise que Daenerys a tué son père et son frère pour ne pas avoir ployé le genou, il avait besoin de le vomir, voilà qui est fait et ça permettra peut-être à Jon de la regarder autrement qu’à travers ses yeux d’amoureux transi d’autant plus maintenant qu’il sait qu’il est plus légitime qu’elle. Alors, oui, il n’a jamais souhaité être roi, avoir une quelconque légitimité pour l’être mais le fait qu’il le soit, quoi qu’il veuille en dire, sera peut-être bien pratique à un moment donné, surtout si elle déc*nne. En attendant, au vu du jeu de Kit, difficile de savoir ce qui le perturbe le plus : savoir qu’il a fait l’amour avec sa tatie ? Que cette réalité va foutre le Bronx dans leur histoire de c*l ? Que sa légitimité l’emm*rde ? Que Ned a menti alors qu’il le croyait parfait ? Qu’il risque de la perdre s’il lui évoque sa légitimité ? On ne sait pas et je ne sais pas si on le saura réellement un jour. Ce que je retiens, c’est ce que lui dit Sam : sera-t-elle capable de faire ce qu’il a fait pour elle, c’est-à-dire ployer le genou et reconnaitre sa légitimité en tant que Aegon Targaryen.

Ok c’était peu probable, la cohérence n’est donc pas à l’honneur mais j’avoue, je sais être de mauvaise foi et ainsi tout pardonner dès lors que certains personnages que j’affectionne sont encore en vie d’autant qu’il m’a bien fait rire en assurant qu’il a toujours eu les yeux bleus. Bref, Tormund est en vie, Béric aussi, ils ont donc encore un rôle à jouer. Pour ce qui est de Tormund, je soupçonne que ce soit pour permettre à Jaime de percevoir que Brienne est en capacité d’avoir des prétendants et ainsi de prendre pleinement conscience de ses sentiments pour elle. En tout cas, il va apporter un peu de légèreté et ça fait du bien aussi. De même, je suis contente pour Edd, c’est un personnage que j’affectionne dans le livre. Par contre, je trouve mauvais le fait qu’il n’y ait que des personnages connus des téléspectateur qui sont en vie, ça fait vide et, au final, ça retire (encore) en cohérence mais aussi du plaisir de les voir en vie. Même si on sait que ça pue pour eux dans les prochains épisodes, on ne craint plus pour leur vie, en tout cas, dans l’instant. On devine le rôle de chacun et quand leur mort va se produire. Pour finir, ça m’a peinée pour les Omble, encre une maison qui s’éteint et pas n’importe laquelle par rapport à son histoire avec les Stark (même si ce n’est pas le cas dans la série, une pensée pour la bataille des bâtards).

Je suis une grande amoureuse d’Aragorn (et de tout plein d’autres personnages, c’est dans ma nature), l’arrivée de Jaime m’a fait penser à celle où on voit ce dernier, pour la première fois dans le SdA, dans la taverne, dans l’ombre avec une capuche aussi, du coup, forcément, ça m’a plu. C’est vrai que c’est un poil too much mais ça colle quand même. Il a raison de se planquer, ça lui a permis de voyager incognito et d’entrer dans Winterfell sans qu’on le reconnaisse.

Bran va pouvoir enfin se mettre au chaud, son vieil ami est enfin arrivé. Qu’il le nomme un vieil ami et plutôt bon signe, je ne pense pas qu’il soit celui qui va lui taper sur la tronche, il n’est pas c*n, il a compris comment ce dernier fonctionnait, je pense que c’est lui qui va évoquer le roi fou et le fait qu’il ait sauvé la population de Port-Réal. Jaime, lui, ne le fera pas, il ne l’a dit qu’à Brienne parce que la fièvre le faisait délirer et qu’il était en confiance avec cette dernière, je ne le vois pas en parler pour sauver ses miches d’autant qu’à chaque fois qu’il a tenté de s’expliquer, on l’a envoyé ch*er (cf. Ned, Robert, Catelyn, Edmure…). Brienne ne le fera pas non plus car elle n’osera pas intervenir lors de son audience mais elle aura très certainement vanté ses valeurs chevaleresques à Sansa qui, rien que pour faire ch*er Daenerys et lui montrer qu’elle peut s’opposer à elle, pouvant toujours rappeler que, bruler son grand-père et son oncle, ce n’était pas top non plus, sans compter son propre comportement avec le père et le frère de Daenerys. Affaire à suivre donc.

En tout cas, le regard de Jaime est juste parfait, tout est dit dans ce dernier : la culpabilité et la prise de conscience qu’il est vraiment allé dans la gueule du loup ! L’acteur est vraiment très bon, je crois qu’il l’est même de plus en plus.

Pour finir, j’ai bien aimé le nouveau générique, il montre bien ce qui nous attend et apparait toujours aussi magnifique au niveau de la réalisation. J’aime bien que les lieux soient plus développés, allant jusqu’à nous faire entrer carrément à l’intérieur de Winterfell et Port-Réal.

===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Sat 11 May - 02:04 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Je ne sais pas si c’est parce que c’est le calme avant la tempête (parce que je flippe quand même pas mal à l’idée que le prochain est La Grande Bataille, celle qui est annoncée depuis des lustres, celle qui va, très certainement, briser mon p’tit cœur) mais, pour le moment, les épisodes ne me mettent pas en colère. Il est vrai que Port-Réal me fout de l’urticaire, certains personnages aussi mais j’arrive à apprécier ce début de saison 8, peut-être parce qu’elle apparaît, jusqu’ici, bien au-dessus de la saison 7.

L’épisode a été écrit pour moi : rien que le titre m’a plu (et quand j’ai compris sa double signification, je l’ai trouvé encore plus beau d’autant que je ne m’y attendais pas). Il est lent, il est posé et met en lumière la plupart de mes personnages préférés. J’ai aimé la manière dont la tension pré-bataille a été traitée, en particulier à travers cette veillée autour de la cheminée. On ressent tout le poids de l’attente de cette dernière sans entrer dans le pathos. Le regard de ces hommes et de cette femme perdu dans les flammes, leur besoin de se rassurer, de donner un sens au moment (qui sera peut-être le dernier) sonnaient très juste.

8x02 - A Knight of the Seven Kingdoms



Jaime a vraiment une grande élégance que ce soit dans son attitude que dans son regard envers ceux qui le jugent, attendant respectueusement leur décision sans pour autant se mettre à genou pour sauver sa peau (comme feu Littlefinger dans cette même salle).

Je redoutais qu’il se défende, face aux accusations de Daenerys, en mettant en avant le fait qu’il avait tué son père pour sauver la population de Port-Réal parce qu’à chaque fois qu’il a essayé d'expliquer la raison de son acte envers le Roi Fou, on lui a renvoyé que, de par son statut de Lord Commandant, il n'avait pas à le faire, se devant de protéger ce dernier. On voit d’ailleurs combien il est las d’entendre la même histoire (même si, pour le coup, elle a tout lieu d’être évoquée, Daenerys étant directement concernée) dans sa manière de baisser les yeux à ce moment-là. Je suis donc heureuse qu’il ne l’ait pas fait.

J’ai aimé sa façon de dire les choses, d’annoncer que Cersei lui a menti, enchaînant sur le plan de cette dernière et les forces dont elle dispose, il ne le dit pas pour sauver ses fesses, ni pour trahir Cersei, juste parce qu’il sait ces informations essentielles pour que chacun comprenne ce qui l’attend (y compris lui). C’est ce qui fait d’ailleurs qu’il dit « nous », s’associant à leurs troupes. Même si ses promesses sont du vent pour la plupart des personnes présentes, je trouve beau qu’il assure vouloir se battre pour les vivants, comme il avait été convenu lors des négociations à Fossedragon parce qu’en ce qui me concerne, je sais – autant que le sait Brienne – qu’il le fera.

Il est étonnant que Sansa laisse entendre qu’il n’ait pas un homme de confiance parce qu’en dehors de Ned (et encore, ce n’est pas lui qui l’a blessé), il n’a pas fait grand-chose pour détruire sa Maison : il a été défait par Robb à la bataille du Bois-aux-Murmures et n’est en rien responsable des Noces Pourpres puisqu’il était, lors de ces dernières, toujours dans son périple avec Brienne. C’est d’autant plus étonnant qu’elle sait, à présent, que c’est Littlefinger qui est à l’origine du conflit Stark / Lannister. Elle aurait donc pu être plus nuancée voire même aller à l’encontre de Daenerys - elle qui en rêve depuis le début - en lui rappelant ce qu’a fait son père à son oncle et son grand-père. Du coup, j’ai adoré qu’il renvoie le fait qu’il ne s’excusera pas parce qu’à ce moment-là, ils étaient en guerre et qu’il a agi pour défendre sa Maison et sa famille.

Là où il se voit être déstabilisé - parce que c’est l’acte dont il se sent le plus coupable- , c’est quand Bran répète ce qu'il a dit avant de le pousser de la tour « qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour » . Son émotion, à ce moment-là, m’a touchée. On perçoit, dans son regard, combien il regrette (et combien il panique aussi à l’idée que Bran puisse le dévoiler à l’assemblée), c’est ce qui fait qu’il va, par la suite, à sa rencontre et qu’il s’excuse.

J’ai aimé qu’il explique la raison de sa présence à Winterfell (alors même qu’il sait qu’il n’est – presque - entouré que de personnes qui souhaiteraient le voir mort) avec les mots que Brienne lui a dit lors du 7x07. C’est ce qui va, entre autres, la décider à parler pour lui. Je n’aurais pas voulu qu’elle le défende en faisant part de ce qu’il lui avait confié dans les bains de Harrenhal. Ça aurait été un peu comme le trahir, elle a eu l’intelligence de le comprendre en percevant qu’il ne se défendait pas ainsi. Elle l’a donc fait avec ses conviction propres, pour tout ce qu’il a fait pour elle, c’était très beau, je trouve. D’ailleurs son « I do » et « I would » renvoie à ce que l'on dit lors des mariages, ça m'a fait sourire. On voit d’ailleurs combien Jaime est touché.

Cette scène est d’autant plus belle qu’elle est hyper symbolique dans leur histoire commune, elle renvoie à celle de l'ours où Jaime saute dans l'arène pour lui sauver la vie, sans autre arme que la possibilité que les hommes de Bolton ne le laissent pas mourir. Là, c'est elle qui se jette dans l'arène (alors qu'on sait combien elle est timide et déteste se faire remarquer en public) pour le sauver des loups et du dragon, sans autre arme que la garantie de son honneur. Le geste de Brienne ne peut que le toucher et, à ce moment-là, c'est ce dont il a besoin (d'autant qu'il est clair qu'il est venu pour elle).

J’ai aimé la reconnaissance de Sansa envers ce qu’a fait Brienne pour elle, on voit que les mots de cette dernière la touchent parce qu’elle sait qu’elle a raison. Même Daenerys est émue en particulier de savoir qu’elle a été défendue du viol par Jaime parce que c’est un sujet qui reste douloureux, ayant (dans la série) été violée. Elle ne peut donc pas nier que c’est un geste honorable. Quand à Jon, ben, il apparaît blasé ou alors il dormait et Daenerys l’a réveillé et donc ne sait pas trop quoi en penser – vu qu’il n’a pas tout suivi – si ce n’est qu’ils ont besoin de tous les hommes disposés à se battre. J’ai aimé que Tyrion respire de nouveau lorsque Daenerys accepte que Jaime ne soit pas condamné, on voit combien il était en apnée pour lui, combien il n’avait pas envie de le perdre. Reste Ver Gris qui fait de l’intimidation à Jaime comme un frère en fait au futur mari de sa sœur, histoire de lui faire comprendre qu’il a intérêt d’être bien. J’ai trouvé ça gratuit et bien loin de l’élégance de Jaime qui non seulement ne bronche pas mais montre sa reconnaissance envers la décision de Daenerys en l’appelant « My grace » afin de lui démontrer que, s’il ne ploie pas le genou, il respecte cependant le statut qui lui a été donné.

Avant de voir l’épisode, je pensais que ce serait Bran qui aurait annoncé le fait qu’il avait sauvé la population de Port Réal. Je trouvais que ça aurait son effet et que c’était plausible puisqu’il est au courant de tout. Connaissant son don de vervue, tout le monde l’aurait cru. Ça aurait réhabilité Jaime sans que ce dernier ait besoin de le faire. Mais j'avoue être heureuse que ça ne se soit pas fait, j'ai préféré la manière dont les choses ont été amenées. Et puis, c’est chouette que cela reste entre Brienne et Jaime, c’est leur secret à eux, elle reste, pour le moment, la seule au courant (parce que, de par sa sensibilité, elle l’a écouté jusqu’au bout) et j'aime bien cette idée. Après, il est clair que cela va se savoir et qu’il va être réhabilité aux yeux de Westeros mais je crains que cela se fasse post mortem et ça va bien me foutre les boules parce qu’honnêtement, il ne mérite pas de crever sans avoir pu profiter de cette reconnaissance.

Ne se sentant pas à l’aise parmi les nordiens, Jaime cherche le regard de Brienne mais cette dernière, bousculée par ce que représente son choix de venir à Winterfell, préfère être dans la fuite.

De son côté, Jon fuit aussi Daenerys mais pas pour les mêmes raisons, reste à savoir ce qui le gêne : sa légitimité (et le sentiment de la lui voler) et, par là-même, la peur de perdre son amour ou le fait qu’elle est sa tante, qu’il a couché avec elle et qu’il ne veut plus avoir à le faire ? Les deux sont possibles aussi. Varys a bien perçu la déconvenue de Daenerys face à cette fuite et doit se dire qu’il a vu juste : les choses changent vite, même s’il ne pensait pas que ça irait si vite et qu’il se demande bien pourquoi. Frustrée par Jon, Daenerys s’en prend sévèrement à Tyrion parce qu’elle a cru en ce qu’il lui disait (et qu’elle est passée pour une cruche) et parce qu’il ne cesse de se tromper (là, difficile de la contredire). Bref, elle est fâchée et quand elle fâchée, ben, elle menace. Du coup, elle lui fait comprendre que si Tyrion ne l’aide pas plus face à Cersei, il ne sera plus sa Main. Du coup, je me dis qu’il va bien falloir qu’il joue, à un moment, un rôle important parce que jusqu’ici, il enchaîne surtout les déceptions et les bourdes. Après, je trouve facile de chouiner plutôt que se remettre en question.

Gendry poursuit la confection des armes, Arya à le draguer en lui montrant ses capacités en matière de maniement de ces dernières. Un Sans-Visage amoureux, ça fait drôle, ça fait encore plus peur je crois. Et puis, le problème avec la fratrie Stark, c’est qu'on les a connus enfants, du coup, les voir draguer, ça fait bizarre. Sans compter que les acteurs ne semblent pas forcément à l’aise avec cet aspect du jeu, il faut avouer que je n’aurais jamais pu être actrice pour ces raisons : jouer l’amour, je ne sais pas, du coup, je serais en permanence tombée amoureuse de mes partenaires ou en incapacité de mettre de l’alchimie parce que n’ayant pas les sentiments pour le faire. Bref, ils se cherchent, ils vont se trouver, c’est un fait. En attendant, l’arme d’Arya m’intrigue parce qu’ayant eu un entrainement poussé chez les Sans-Visage, elle doit savoir exactement quelle arme il lui faut pour ce genre de bataille et d’ennemis. Histoire d’en savoir plus sur ces derniers, Arya interroge Gendry, sachant qu’il a fait partie de l’expédition du 7x06. Si elle semble bousculée par le fait qu’il lui lâche qu’ils sont la mort, il est clair aussi que les Sans-Visage sont ceux aussi qui donnent la mort, elle devrait donc trouver sa place dans la bataille. Comme elle lui dit très bien, elle connait cette dernière et ses différents visages, elle n’en a donc pas peur, elle est même plutôt curieuse de connaitre ce visage ci de la mort. Du coup, Gendry est en mode fan et lui assure de lui réaliser rapidement son arme.

Jaime est humble, il est fatigué aussi, il a donc décidé de régler tout ce qu’il a réglé (mon dieu, ça sent le sapin pour lui, je vais être en deuil) en commençant par aller voir Bran et s’excuser parce que, pour le coup, son seul regret est ce geste qu’il a eu envers lui. Même si on sait qu’il l’a fait pour sauver sa sœur et ses 3 enfants de la mort certaine si Bran avait parlé, même si on sait qu’il a agi sous l’influence de Cersei alors même qu’il n’en avait pas l’idée au départ, ça n’empêche que c’était un enfant et que cette image hante. Ce qui est bien, avec Bran, c’est qu’il n’y a pas de filtre, il dit la vérité d’une manière brute parce qu’il la connait parfaitement, il n’y a pas d’interprétation ou de faux souvenirs, ses mots sont la réalité. De son côté, Jaime n’essaie pas de nier, il veut juste lui faire part de ses regrets et savoir pourquoi il n’a rien dit lors de son audience, sachant que, s’il l’avait fait, il aurait été condamné. J’espérais que Bran lui dise que certaines de ses actions ont été plus que louables (comme sauver la population de Port-Réal) et qu’il ne se voyait donc pas lui faire payer sa chute mais, au lieu de ça, il reste ce qu’il est, la corneille, froide comme l’hiver, et lui fait donc comprendre qu’il a un rôle à jouer et que, s’il avait pensé à venger Bran Stark, il aurait bousculé les événements, il se doit donc de le laisser en vie. Le fait qu’il lui laisse entendre qu’il n’y aura pas forcément un après a fait s’emballer mon p’tit cœur. Déjà que je flippais pas mal pour lui, là, forcément, je flippe encore plus, lui aussi d’ailleurs. D’autant que je ne suis pas dupe, la morale devrait frapper Jaime, rédemption à la c*n oblige. Après, j’essaie de me rassurer comme je peux : même s'il a perdu de sa superbe au combat, il s'est beaucoup entraîné avec Bronn, il devrait donc encore savoir se battre. Sans compter que Brienne va veiller sur lui (comme d'hab). Et puis, si je dois être honnête, je ne pense pas que ce soit maintenant que son rôle va se jouer. Il reste toujours Cersei en fond (et l’amour de D&D pour son duo avec Jaime).

Ça fait du bien de revoir les frères Lannister ensemble, eux aussi ont des choses à régler mais, pour le moment, ils profitent juste du plaisir d’être de la même famille et, par là-même, de la bienveillance qu’ils peuvent s’apporter, sachant qu’ils ne sont, en effet, pas les bienvenus à Winterfell. Je trouve bien que Jaime interroge un peu Tyrion sur sa reine, ce qui fait qu’il la sert, s’il a confiance en elle… ça peut se comprendre, après tout, il a tué son père qui était paranoïaque, il peut se demander si cette dernière n’est pas potentiellement capable de l’être aussi d’autant plus depuis qu’il a vu ce qu’elle faisait à ses hommes via la puissance de ses dragons. Alors, soit, ils étaient en guerre à ce moment-là mais il est en droit de se demander si cette facilité d’action ne peut pas la pousser à utiliser ses dragons, y compris en dehors d’un contexte de guerre. De son côté, Tyrion a besoin d’évoquer Cersei, ça l’a pas mal bousculé qu’elle lui ait menti, on sent que sa fierté en a pris un coup en se trompant sur la sincérité de sa sœur (il faut dire que Daenerys l’a pas mal secoué aussi dans son ego), au point qu’il demande à Jaime si la grossesse était aussi un mensonge pour mieux le duper. Ben, non, malheureusement, ce n’est pas le cas, Cersei est bien enceinte. J’en serre les dents à chaque fois. Bref, Sansa avait raison, Tyrion tort parce que trop dans l’affectif. Je trouve étonnant mais touchant que Tyrion renvoie à Jaime qu’il ne s'est jamais fait duper par Cersei, que c’est son amour qui l’a empêché de s’avouer ce qu’elle était vraiment. J’espère que ça va permettre, si Jaime survit à la grande bataille, de l’empêcher de recourir dans les jupons de cette dernière parce que, personnellement, je ne tolérerai pas un énième retour en arrière dans l’évolution de son personnage (même si je crains qu’il y retourne pour d’autres raisons - prophétie du Valonqar quand tu nous tiens - ).

Heureusement, la scène suivante est plutôt rassurante puisque Jaime abandonne Tyrion (et sa réflexion sur la possibilité de tuer Cersei après sa mort) en apercevant Brienne. Ça renvoie à la scène de la saison 6 où Brienne oublie Podrick, ne l’entendant plus parce que toute à sa perception de Jaime parmi ses hommes, cette fois, c’est à Jaime d’être tout à sa perception de Brienne parmi les siens. Symboliquement, que Jaime lâche Tyrion au moment où il parle de Cersei pour aller observer Brienne est fort, il semble, cette fois, s’être vraiment détaché d’elle. Son regard envers Brienne n’a pas échappé à Tyrion et je trouve bien qu’il ne lui fasse aucune remarque, qu’il ne soit, pour le moment, que dans l’observation des sentiments de Jaime. Il est important de le laisser aller, seul, à la découverte de ces derniers.

Jaime ne s’arrête pas à la regarder de loin, il a besoin de la rejoindre, ce qu’il fait. Brienne apparaît toute gênée parce qu’elle a bien compris qu’il était revenu pour elle, qu’elle a bien perçu son regard avec tout plein de cœurs partout et comme elle est timide et sans expérience, elle a tendance à être dans la fuite, ne sachant pas comment se comporter. Et puis, elle a peur parce que, l’amour, c’est excitant mais ça fait peur aussi car on ne sait pas où on se lance et encore plus Brienne qui a fait le deuil d’être aimé depuis longtemps, s’interdisant de croire qu’elle pourrait l’être. Si Jaime n’est pas beaucoup plus à l’aise (n’ayant jamais eu à draguer, connaissant Cersei depuis sa naissance) - d’autant qu’il voit bien combien cela est difficile pour Brienne – il apparaît cependant plus déterminé. Peut-être parce qu’il lui a fallu du temps pour comprendre ce qu’elle représentait pour lui et qu’il craint qu’il n’en ait plus beaucoup devant eux pour jouer au chat et la souris. Ce qui ne l’empêche pas de faire les choses progressivement, au rythme de ce que peut supporter Brienne. J’ai trouvé beau et courageux de la part de Jaime qu’il lui dise qu’il n’est plus aussi bon au combat sans sa main d’épée mais qu’il veut bien être sous ses ordres (et, en gros, prêt à mourir pour elle). C’est ce qui fait que ça la touche (d’autant qu’elle sait pourquoi il a perdu cette dernière) et qu’elle part sans pouvoir répondre à cet aveu. Il a toujours été difficile pour Brienne d’exprimer ses sentiments, elle a besoin d’intégrer les mots avant de pouvoir y répondre. Jaime, en la voyant partir, se dit que ce n’est pas gagné mais il a dit les choses, il sait qu’elle en tiendra compte et qu’elle ne se moquera pas de lui. Le fait que les deux acteurs sont bons permet d’y croire et j’avoue qu’aimant ces deux personnages, c’est hyper appréciable.

Podrick me fait toujours craquer que ce soit dans les livres que dans la série, mais je suis inquiète parce que je rejoins Brienne, il y a encore du boulot (ou alors il ne se donne pas à fond car celui avec lequel il se bat est une bille) et l’imminence de la bataille ne va pas lui laisser le temps de progresser encore. Je trouve la fierté de Brienne belle quand elle le regarde et je ne voudrais pas qu’il meurt pendant la grande bataille, ça lui ferait mal car elle aurait le sentiment de ne pas avoir su le protéger. Et si, en plus elle protège Jaime mais pas lui, elle s’en sentira d’autant plus coupable. Du coup, ça va être chaud pour elle de veiller à défendre les deux.

Jorah parle en la faveur de Tyrion à Daenerys – ce qui fait bien mal aux fesses quand on sait les bourdes que ce dernier a fait depuis qu’il est sa Main - , mettant en avant le fait qu’elle a eu raison de le choisir, même si ça lui a brisé le cœur qu’elle le fasse à son détriment. C’est bien qu’elle l’entende parce qu’à l’époque, elle ne connaissait en rien Tyrion, qui était, qui plus est, un Lannister : il n’y avait rien de cohérent à ce qu’elle le prenne comme Main, il est donc clair que cela a dû être douloureux pour Jorah mais aussi un poil insultant. Il lui donne son absolution pour Tyrion, elle pour sa trahison passée… p*tain, ça sent le sapin aussi pour mon ours, je vais perdre tous mes personnages préférés ! Après, je ne sais pas s’il aurait fait une bonne Main, parce que, lui conseiller d’aller voir Sansa pour faire ami-ami, ça fait plus faux-c*l qu’autre chose. Sansa ne peut que le percevoir et, si elle décide d’entrer sur ce terrain de jeu avec elle, je ne vois pas Daenerys remporter ce dernier.

Daenerys se lance cependant (on ne peut pas dire qu’elle ne les a pas écoutés ses conseillers !). Les voir glousser comme des gamines est en inadéquation avec ce qu’elles montrent depuis le début, ce n’est absolument pas crédible, du coup, on ne peut y croire. D’ailleurs, dès lors qu’elle ne parle plus d’amour et de futilités, la tension revient. Le seul intérêt de cette scène, c’est qu’on voit que ce n’est pas gagné, Sansa ne compte rien lâcher concernant le nord et son indépendance, ce qui ne peut qu’être source de conflit lorsqu’on voit combien Daenerys n’est pas prête à lâcher quoi que ce soit.

Je trouve bien que Sansa défende sa position concernant Jaime en mettant, une fois de plus, en avant la loyauté de Brienne parce que cette dernière mérite pleinement cette reconnaissance. De même, après avoir été dur avec lui dans le 8x01, je trouve bien qu’elle réhabilite Tyrion, sauf qu’on peut se demander si elle ne fait pas exprès pour que Daenerys se vautre en continuant à écouter ses conseils à la c*n. Il est bien qu’elle lui renvoie sa part de responsabilité mais elle est un poil de mauvaise foi parce que Daenerys ne connait pas Cersei, il est donc normal qu’elle s’appuie sur sa Main qu’il la connait parfaitement, elle ne l’a crue que parce qu’il lui a dit qu’elle le pouvait. Après, si on veut les mettre mal à l’aise toutes les deux, ce serait de rappeler que l’erreur n’est pas celle de Tyrion - qui a juste tenté d’arranger les choses - , à la base, la bourde, c’est que Jon qui a ployé le genou (par amour), engendrant la colère de Cersei qui s’est vue devoir faire face à une coalition suite à la grande bataille.

L’accueil de Sansa au retour de Theon à Winterfell est vraiment beau. On voit combien leur histoire commune auprès de Ramsay (et leur fuite) les ont profondément liés. L’émotion est réelle, ce qui bouscule d’ailleurs Daenerys qui prend conscience à quel point Sansa est apprécié de tous. Daenerys existe via ses dragons et la peur qu’ils engendrent, c’était déjà le cas à Essos. D’ailleurs la situation se dégradait lorsqu’elle en est partie (une pensée pour Daario à qui elle a confié son m*rdier). Sansa via son intelligence et sa capacité à percevoir les choses (Bran doit aussi être un sacré atout pour elle) et ainsi les anticiper. C’est ce qui les distingue.

Davos se retrouve bénévole à la soupe populaire (avec Gilly), ce n’est pas que ça ne peut pas coller avec son personnage, il est suffisamment humble pour proposer son aide mais c’est un peu gros, du coup, ça donne juste le sentiment que D&D ne savent pas quoi faire de lui (il le garde juste pour nous faire plaisir parce qu’il est trop choupi). Ça permet aussi de faire un clin d’œil au personnage de Shôren (et comme rien est fait au hasard, on se dit que ça nous prépare au retour de Mélisandre) via cette enfant (brûlée au visage) qui se veut forte et battante. Ça le touche tellement que c’est Gilly qui se voit lui venir en aide en convaincant la petite de protéger les personnes fragiles au sein de la crypte, histoire qu’elle soit à l’abri sans être atteinte dans son désir de se battre. Je suis hyper surprise qu’on ne cesse de mettre en avant le fait que cette dernière est l’endroit le plus sûr alors même qu’il est de notoriété publique que le NK à le pouvoir de réveiller les morts et ce quel que soit leur degré de putréfaction à en voir les squelettes sortis de terre pour tuer Bran & co dans le 4x10, .

J’ai aimé les retrouvailles entre Edd, Tormund, Sam et Jon. La garde de nuit is back et, pour le coup, Kit joue bien le plaisir qu’à Jon à les retrouver en vie. Ça démontre combien il n’est pas à l’aise dans son rôle de prince qui fut promis, qu’il se voit lui être imposé. Voir Tormund, à peine arrivé, chercher « la grande femme » nous promet des scènes sympas entre Jaime, Brienne et ce dernier (si ça reste léger). Après, on ne peut pas dire qu’il apporte des nouvelles réjouissantes puisqu’il annonce à Jon que les morts seront à Winterfell dans la nuit.

Du coup, hop, hop, hop, réunion au sommet, histoire que Jon annonce la couleur en matière de stratégie… et, là, ben, on est forcé de serrer les fesses parce qu’on ne peut que se souvenir de la bataille des bâtards qui est quand même à des années-lumière de ce qu’on peut attendre d’un Lord Commandant (oui, oui, ça parait loin mais Jon l’a bien été). En même temps, pourquoi réfléchir à une stratégie militaire puisqu’il suffit de tuer le roi de la nuit pour exterminer, dans la seconde, l'ensemble de son armée (c’est donc bien la solution de facilité que je craignais lors du 7x06 qui va être au centre de cette bataille), nos pauvres chevaliers, eux n’auront plus qu’à crever le temps que le NK vienne jusqu’à Bran parce que, tenez-vous bien, les dragons resteront planqués pour pas le faire fuir. Comme si le gars, il avait peur de ces derniers alors même qu’il est le roi du lancée de javelot. Pas étonnant qu’il nous a été annoncés qu’il y aurait plein de morts parce que, pour le coup, si les dragons ne sont pas utilisés, je ne vois pas comment ils vont pouvoir s’en sortir. C’est complètement c*n. Jon se vante d’avoir apporté deux dragons adultes en vue de la grande bataille et il veut ne pas s’en servir. Je crois que je vais aller pleurer un p’tit peu. La raison de tout ce foin, ben, c’est que le NK a décidé d’éliminer la mémoire de Bran pour mettre dans l’oubli l’histoire de l’humanité. En même temps, s’il tue tous les hommes, forcément, il n’y aura plus de mémoire de l’humanité, je ne vois pas en quoi tuer Bran est essentiel dans le plan du NK. Je trouve ça bien c*n. Naturellement, Theon se propose de protéger Bran, bref, de mourir pour lui (rédemption oblige). En ce qui me concerne, je rejoins Jaime : si tout peut s’arrêter avec la mort du NK, pourquoi ce dernier s’exposerait. il peut bien envoyer un de ses sbires tuer Bran. Pourquoi faudrait-il qu’il le tue personnellement. Quel intérêt de se mettre en danger (et de prendre le risque de perdre la bataille) alors que d’autres peuvent le tuer. Ça y est, je sens que j’vais avoir quelques bouffées de colère ! Pour nous embourber, on a droit à une réflexion philosophique sur la mort, l’oubli… c’est beau en soit mais c’est de l’enfumage par rapport à tout ce qui vient d’être annoncé et on ne peut qu’être hyper inquiet pour nos personnages préférés.

Daenerys renvoie Tyrion dans ses buts en lui imposant, sous couvert qu’elle a besoin de sa Main après le combat, de se mettre en sécurité dans la crypte – car rappelons-le, elle est l’endroit le plus sûr - si ça le rassure de voir qu’elle ne compte pas, finalement, changer de Main, il prend un sacré coup dans son ego et son esprit chevaleresque et ça ne peut que le renvoyer à tout ce dont il s’est battu jusqu’ici par rapport à sa condition de nain. En gros, Jorah peut mourir pas Tyrion, voilà, c’est dit. En tout cas, je comprends sa frustration d’autant plus quand on connait son héroïsme lors de la bataille de la Néra.

Pour finir, j’ai adoré le « on va tous mourir » de Tormund qui se félicite de pouvoir le faire avec Brienne à ses côtés. Au moins le gars est content de tout, y compris de mourir. Un peu de positif, ça fait du bien, même si, naturellement, on ne souhaite pas les voir mourir.

Jon fuit, une fois de plus, Daenerys, ce qui commence sacrément à la contrarier, ce qu’on peut comprendre. Ce serait quand même bien qu’il lui parle, histoire de ne pas la laisser à ses interrogations. Après, il est clair que ce n’est pas le moment idéal, puisqu’ils sont à quelques heures de la grande bataille. La légitimité du trône n’apparaît pas, dans le contexte actuel, essentielle d’autant qu’on ne sait même pas si ils vont s’en sortir.

J’ai pas trop compris pourquoi Tyrion prenait le temps de parler avec Bran, de savoir son histoire et je ne vois d’ailleurs pas ce dernier s’amuser à lui raconter mais, bon, peut-être que Tyrion aura des infos qui vont permettre d’aider, sachant que jusqu’ici il a été quand même bien inutile. J’ai trouvé que c’était une scène improbable, d’ailleurs elle s’arrête à la demande de Tyrion, on ne voit rien de plus car je pense qu’il n’y avait rien à montrer et/ou dire de plus.

La scène avec Missandeï et Ver Gris est bien choupi (enfin sauf le côté un peu raciste des nordiens avec ces enfants qui fuient Missandeï, parce qu’elle est une étrangère), ça permet de voir que l’amour rend plus humain Ver Gris mais, je ne sais pas, peut-être l’influence du livre, je peine à y croire. En attendant, ils font des projets, le principal étant d’aller vivre à Naath où Ver Gris se propose de protéger le peuple pacifiste de Missandeï. Là encore, ça sent le sapin pour d’un des deux, je pencherai pour Ver Gris mais ça peut aussi être les deux.

On aperçoit (enfin) Ghost, sur les remparts, un peu en retrait et si je suis contente de le savoir en vie, j’suis quand même drôlement furieuse de voir que D&D n’en font rien. Alors, oui, il semble que les direwolves font du mal au budget mais on ne cessait de les voir dans les premières saisons et, à ce moment-là, le budget était bien inférieur. Et puis, quitte à ne faire qu’une scène, autant qu’elle soit de qualité. La présentation de ce dernier à Daenerys, par exemple, histoire de rappeler que les direwolves sont aux enfants Stark, ce que les dragons sont aux Targaryen. J’ai encore en tête l’image de la gu*ule de Vent Gris face à Jaime, j’aurais aimé voir la réaction de Daenerys en faisant connaissance de Ghost, bref, j’suis hyper frustrée.

Heureusement, j’ai aimé cette scène des anciens de la Garde Nuit en train de veiller comme ils l’ont fait au Mur et retrouver l’humour noir d’Edd. Je sais que Jon veut bien faire mais qu’est-ce que c’est maladroit de proposer à Sam d’aller dans la crypte rejoindre Gilly et p’tit Sam, pour être en sécurité avec eux, il apparaît normal que Sam lui rappelle ce qu’il a fait depuis qu’il est entré dans la Garde, ce n’est pas rien en effet. Il sait que, s’ils perdent la bataille, ils mourront tous. Du coup, il a beau être pleutre, on sait aussi qu’il se battra jusqu’au bout, dans l’espoir de sauver Gilly et son enfant. Edd m’a fait rire en concluant que, s’ils en sont à avoir besoin de Sam, c’est que ça pue sacrément du c*l. Et, surpris de voir Sam avoir de la répartie, il persiste et signe en assurant qu’avec une telle évolution, c’est un signe de la fin du monde Razz J’ai aimé aussi entendre parler de Grenn et Pyp, un hommage ne fait jamais de mal d’autant que je revois encore la mort héroïque de Grenn, scandant les mots de la Garde pour se donner du courage face à sa mort imminente.

C’est bon de voir Jaime et Tyrion ensemble et je trouve pertinent la manière dont Tywin - et le meurtre de Tyrion en fond - est évoqué. On voit que Jaime n’a pas forcément pardonné ce geste et Tyrion à l’intelligence de ne pas essayer de s’en défendre, il souhait juste avoir une pensée pour leur père parce qu’il trouve ironique de savoir qu’ils vont mourir pour Winterfell avec les Stark, ce qui permet à Jaime d’en sourire parce qu’il sait, en effet, que leur père n’aurait pas apprécié cette réalité. Là encore, il y a un clin d’œil à la première saison, rappelant le premier épisode lorsqu’ils sont à Winterfell afin que Robert propose à Ned d’être sa Main. Ils ont vieilli nos lions et, si la nostalgie de Tyrion peut s’entendre, son personnage s’étant éteint, au fil des saisons, perdant de sa superbe, il est normal que Jaime ne le soit pas parce que, comme il le dit très bien, il n’est plus cet homme et n’a pas forcément envie de l’être de nouveau car ce n’était pas forcément plus simple pour lui. Il est bien que Jaime rappelle à Tyrion qu’il peut, s'il le souhaite, toujours redevenir le même.

J’ai adoré la réaction de Jaime à l’arrivée de Brienne (et Podrick), se levant précipitamment en l’apercevant, les yeux tout plein d’étoiles. De quoi valider le sentiment de Tyrion en voyant le regard de Jaime lorsqu’ils étaient sur les remparts : son frère est amoureux, ce qui est, pour lui, une grosse nouveauté puisqu’en dehors de leur sœur, il ne l’a jamais été. En même temps, c’était carrément visible, pour le coup, il ne peut pas passer à côté. J’ai trouvé sympa que Tyrion fasse déborder le verre de Podrick alors que Brienne ne lui autorise qu’un demi-verre. De son côté, Jaime laisse entendre à Brienne qu’ils ne pourront pas dormir et l’incite donc - en lui apportant une chaise - de rester avec eux. Brienne accepte donc de boire une goutte de vin, ce qui est hyper rare chez elle. S’ensuit l’arrivée magique de Davos qui n’a pas pu faire ce qu’il fait habituellement avant une bataille : une promenade en solitaire, craignant de se geler les couilles. Il est suivi de près par Tormund, trop heureux de retrouver sa grande femme pour s’en cacher. J’ai adoré son sourire en croyant, à la réponse de Brienne, qu’elle validait son plaisir à le voir aussi, ce qui l’a faite bafouiller en prenant conscience de l’ambiguïté de ses mots. Tormund, tout comme Tyrion, perçoit les regards entre Jaime et elle en particulier ceux de Jaime qui sont nombreux, donnant le sentiment de ne jamais se lasser de la regarder. Du coup, Tormund part au combat. Ce que j’ai apprécié, c’est que le statut de tueur de roi de Jaime n’est pas une insulte dans la bouche de Tormund, au contraire, il perçoit ce dernier comme une manière de se distinguer, de montrer sa puissance et ça fait du bien ! Pour ne pas être en reste, il évoque son statut de tueur d’ogre pour montrer que, lui aussi, il est costaud. La scène est amusante sans être lourde, si ce n’est la manière de boire de Tormund qui, du coup, décide Davos à se prendre un verre et j’en suis bien aise car je l’aime follement.

P’tite discussion rapide entre Béric et Sandor qui continue à renvoyer à ce dernier qu’il n’a plus son prêtre rouge pour le ressusciter, alors, si on n’a pas compris qu’il allait y passer, ben, on est sacrément c*n d’autant qu’il le répète depuis le 7x06. Et entre Arya et Sandor qui se disent, entre les lignes, qu’ils s’apprécient surtout Sandor qui rappelle à Arya qu’il l’a aidée et sauvée, qu’il n’est donc pas le c*n égoïste qu’elle décrit. C’est dommage cette p’tite réunion était sympa aussi mais Arya en a décidé autrement, elle ne veut pas mourir avec ces deux vieux c*ns, elle préfère perdre son pucelage pour pas mourir vierge. Je ne pensais pas que c’était quelque chose qui pouvait préoccuper Arya, ce qui explique ma surprise, le reste ben je n’ai pas pu regarder, c’est mon bébé, quel parent voudrait voir son enfant faire l’amour ! La seule chose que j’ai retenu, c’est qu’Arya, se voulant une femme indépendante, décide de ce qu’elle veut. Or, l’amour se fait à deux, là, même si Gendry est consentant, il apparaît soumis aux pulsions et besoins d’Arya. L’intérêt – pour que ce soit bon – c’est de pleinement partager, pas imposer. Et puis, faire l’amour avant de mourir, il n’y a pas plus cliché. Du coup, ça me renvoie aux Bronzés font du ski quand Jean‑Claude Dusse (Michel Blanc) tente de coucher avec les filles en assurant que c’est la fin du monde, du coup, difficile de voir la scène d’une manière correcte.

J’ai vraiment beaucoup aimé la veillée autour de la cheminée, on sent bien la mort peser sur chacun des personnages. En étant ensemble, Ils évitent d’être seul face à leur peur, ils se tiennent compagnie. On sent vraiment tout le poids de la menace, c’est sans doute ce qui fait aussi que Jaime décide d’adouber Brienne. J’ai vraiment ressenti, ce que pouvait être l’attente d’une grande bataille et ça m’a fait du bien de me poser avec eux, ça m’a permis d’apaiser un peu de ma peur aussi.

J’ai trouvé touchant la manière dont Brienne se convainc que leur mort sera honorable et le regard bienveillant de Jaime, admirant son courage et sa capacité à toujours vouloir défendre ses valeurs. De même, j’ai aimé le positif de Tyrion, assurant qu’il les voit s’en sortir (ce qui fait marrer Davos) parce que j’en avais besoin, j’ai besoin de me raccrocher à cette possibilité. Le palmarès de Davos est le plus impressionnant quand on connait les deux batailles et, comme il le dit très bien, tout cela sans avoir appris à se battre. J’ai apprécié que Jaime rappelle qu’il a été perdant aux Bois des Murmures, cela renvoie au réel talent qu’avait Robb en matière de stratégie militaire, bel hommage à ce dernier donc. Cette fois, c’est Brienne qui le regarde avec bienveillance, étant touché de son humilité mais aussi de ce qu’a engendré cette défaite puisqu’ils se sont connus suite à cette dernière.

J’aime les sauvageons pour leur liberté et, par ricochet, leur notion de parité. C’est ce qui fait, entre autres, que Tormund est surpris que Brienne ne soit pas ser. Il dit tout haut ce que Jaime pense depuis toujours d’autant qu’il sait combien elle le mérite. Et c’est ce qui va le pousser à le faire. Je trouve touchant la manière dont Podrick regarde Brienne quand elle fait croire qu’elle se fiche d’être ser, il sait qu’elle se ment à elle-même pour se protéger. J’ai aimé que, dans un premier temps, elle ne croit pas Jaime quand il lui propose de l’adouber mais qu’en le regardant elle voit qu’il est sincère. J’ai trouvé la scène parfaite, il n’y avait que Jaime pour pouvoir le faire, symboliquement, c’est juste énorme. Brienne est d'autant plus touchée qu’elle sait qu’il est le plus à même de savoir qu'elle a toutes les qualités pour être un bon chevalier et qu'elle est la seule à croire en celui qu’il est, s’étant sauvé l’un l’autre à plusieurs reprises. Son adoubement était à son image : pur, authentique, sincère et je suis heureuse pour elle parce qu’entourée que de personnes bienveillantes et respectueuses de ce qu’elle est. Le regard de Brienne à Jaime quand elle se relève est tout plein d’amour et il le lui rend bien. Sans les applaudissements enthousiastes et sincères de Tormund, je ne sais pas s’ils auraient pu se détacher l’un de l’autre. En tout cas, quel bonheur de voir Brienne sourire, elle mérite tellement cette reconnaissance. J’ai rarement félicité D&D (il faut avouer qu'ils me mettent bien souvent en colère – et je crains que ça ne soit pas fini) mais, là, je ne peux que le faire tant cette scène est en accord avec les personnages. Le fait qu’il n’y ait que des bons acteurs la rend d’autant plus forte en émotion : tout est très justement joué.

Pour finir avec l’adoubement de Brienne, je trouve qu’il est comme un jeu de miroir avec le bain de Harrenhal : Jaime valide le fait qu’elle soit digne d’être un chevalier comme Brienne avait validé qu’il en était digne aussi puisqu’ayant sauvé la population de Port-Réal.

La scène entre Jorah et Lyanna est à l’image de cette dernière, il était clair qu’il n’arriverait pas à la convaincre de ne pas être au combat avec ses hommes. Après, au vu du nombre de fois où il a été dit que la crypte était un lieu sûr, ça pue du c*l. Du coup, on se dit qu’elle a peut-être raison la p’tite de ne pas y aller.

J’ai été profondément touchée par geste de Sam envers Jorah en lui offrant l’épée de sa famille qui est en acier valyrien. Geste qui n’est pas forcément logique puisqu’il va lui-même participer à la grande bataille mais symboliquement très beau. Finalement, l’ensemble des épées en acier valyrien seront dans des familles différentes : Glace (Ned Stark) chez Brienne (Tarth) et Jaime (Lannister), Grand Griffe (Mormont) chez Jon (Stark) et Corvenin (Tarly) chez Jorah (Mormont). Pour le coup, ça peut laisser entendre qu’on s’ouvre vers une nouvelle ère où les Maisons peuvent s’unir, se mélanger.

La chanson de Podrick était magnifique tant au niveau du chant que des paroles (qui collent parfaitement) et accompagnait bien les images d’avant bataille : Theon et Sansa partageant leur dernier repas ensemble (il n’y a pas photo, ce dernier va mourir), Sam et sa p’tite famille, le bisou Ver Gris / Missandeï…

Il suffit que je fasse un compliment à Jon et il fait le c*n juste après, comme quoi il n’est vraiment pas possible de lui en faire ! Je trouvais bien qu’il ne dise rien avant la bataille concernant ses origines et, par ricochet, sa légitimité au trône (Sam avait d’ailleurs validé le fait que c’était plus prudent qu’il attende le bon moment), ben, le v’là t’y pas qu’il le dit tout juste avant que la m*rde commence, on va dire qu’heureusement, cette dernière démarre aussitôt après, ça n’aura pas permis à Daenerys d’intégrer pleinement ce que cela veut dire, même si elle a très bien compris qu’il était plus légitime qu’elle.

Le son du cor a fait emballer mon p’tit cœur, p*tain qu’est-ce que j’ai peur de voir le prochain épisode, j’ai beau gue*ler, je les aime les personnages de GRRM et, même si D&D nous les ont bien souvent amenés à des années-lumière de ces derniers, ça n’empêche ce sont ceux qui nous ont fait vibrer… j’ai donc la peur au ventre pour eux !

===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Sun 12 May - 01:41 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

D&D nous ayant déjà démontré l’immense talent de Jon en matière de stratégie militaire lors de la bataille des bâtards, j’avoue que, voyant que c’était lui qui gérait, dans le 8x02, le plan d’attaque, je n’en attendais pas moins dans celle-ci. Ils ne m’ont pas déçue, en commençant par la charge des dothrakis qui était complètement débile, je dirais même que c’est un acte meurtrier de les avoir incités à le faire.

Du coup, je vais être honnête, je m’étais préparée à être hyper déçue. Non pas qu’ils aient réussi à me décevoir plus que ce que j’avais imaginé parce que, sincèrement, j’ai réussi à apprécier l’épisode (j’ai beaucoup travaillé sur moi, avant de démarrer la saison 8, afin de prendre le recul nécessaire par rapport à ce que j’attends des livres et ainsi ne pas percevoir la série comme potentiellement le reflet de ces derniers) mais ils ont réussi à me surprendre en me décevant là où je ne pensais pas qu’ils puissent le faire.

8x03 - La longue nuit



Alors, pour commencer, ce que j’ai aimé c’est que le fil conducteur de l’épisode était la peur et que, pour le coup, elle a été omniprésente tant au niveau des personnages qu’au niveau de mon canapé où j’ai été en apnée tout au long de cette bataille, ayant sincèrement peur pour la vie de ces derniers. D’autant plus que la situation apparaissait sans issue (jusqu’à ce que D&D sorte, de leur chapeau de magicien une facilité scénaristique mais, là, pour le coup, au vu du m*rdier où les vivants se trouvaient, elle se devait d’être).

J’ai trouvé pertinent de faire apparaître Sam en premier à l’écran parce qu’il a toujours été perçu, en particulier par son père, comme un pleutre. Or, on sait le chemin qu’il a parcouru et combien il a démontré qu’il pouvait être courageux, du coup, sa peur démontre que, face à la grande menace, même les plus grands guerriers peuvent la ressentir. Il suffit de voir celle de Ver Gris qui est, à la base, un Immaculé. Son comportement est donc logique, ce n’est pas oublier son évolution, c’est entrer dans la réalité de ce qui les attend. Et, c’est ce que les images vont nous montrer, tout au long de l’épisode jusqu’au paroxysme de la bataille, lorsque le roi de la nuit réveille leurs morts.

Tout apparaît confus autour de Sam, du coup, ça interroge sur la préparation de la bataille, on a le sentiment qu’ils se font prendre par surprise, ce qui est un poil étonnant depuis le temps que Jon en parle.

Comme promis, Lyanna n’est pas dans la crypte, elle est auprès de ses hommes, se donnant du courage en leur donnant des consignes.

Tyrion, lui, n’est pas content, il aurait bien voulu avoir peur aussi, du coup, il pique du vin et va bouder dans la crypte.

Comme d’hab, Bran est dénué d’émotion (ce sera donc le seul qui n’aura pas peur) mais on sent l’appréhension chez Theon et Alys Karstark, qui n’en sont pas moins déterminés à le protéger.

Sansa et Arya ne font pas les fières, mes chevaliers non plus (en tout cas, Brienne n’est pas la seule à aller au combat, il y a beaucoup de femmes dans les rangs). L’aspect sombre de l’épisode renforce la notion de peur, on dit toujours que les monstres sortent quand l’obscurité est là. De même, le silence est pesant, on sent la menace mais on ne l’entend pas, on ne la perçoit pas.

Si la charge des dothrakis était débile au niveau stratégie militaire (et l'arrivée de Mélisandre sortie de nulle part, qui plus est sans aucune copine pour l’aider), j'ai aimé le visuel de cette charge. Ne pas voir l'ennemi mais comprendre sa menace et son nombre via les torches qui s'éteignent (très rapidement) a permis de renforcer l’atmosphère de peur (mais a fait crier au scandale mon homme qui ne s’en est toujours pas remis !).

Davos n’est pas dans la bataille, sa tête est ailleurs, auprès de Mélisandre. Jon avait intimé à cette dernière de ne jamais revenir - sous peine d’être exécutée - , du coup, la voir lui fout bien les boules, pas question pour lui de lui pardonner la mort de Shôren, même si elle venait à les sauver des morts ! Davos est choupi, mais il a la rancœur tenace. Heureusement, elle le sait très bien et l’arrête tout-de-suite en lui assurant qu’elle sera morte avant l’aube. En attendant, elle avait promis à Arya qu’elle se reverrait, c’est le cas, et, son regard sur elle interroge forcément. Tout du moins à ce moment-là de l’épisode, hein, parce qu’après, on comprend bien (même si le cheminement de D&D reste un mystère, si ce n’est qu’ils ont voulu surprendre, ce qui, il faut bien l’avouer a bien fonctionné, le souci, c’est que le ressenti que ça engendre ne s’arrête pas qu’à la surprise, il se mélange à tout plein d'autres émotions).

L’intelligence militaire – déjà très peu élevée - s’est arrêtée avec la débandade des dothrakis puisqu'au lieu de continuer à utiliser les catapultes, ils attendent les morts tranquillou. Heureusement, Daenerys n'écoute pas Jon et part les aider avec Drogon et je lui en suis reconnaissante parce que l’idée de ne pas les utiliser - pour ne pas faire fuir le roi de la nuit ! - était complètement stupide. Je ne suis pas une adepte de Daenerys (ni du jeu d’Emilia) mais, pour le coup, elle s’est donnée, tout au long de la bataille, en commençant par ce choix de ne pas en rester au plan de Jon. J’ai trouvé touchant le fait qu’elle veuille aller aider ses hommes, les dothrakis l’ont suivie alors même qu’ils ne voulaient pas prendre la mer, les voir se faire exterminer en un battement de paupière ne pouvait que la décider à intervenir. J’ai aimé qu’elle balance à Jon, obsédé par le roi de la nuit (à juste titre, hein, mais au détriment de ceux qui se battent en-dessous de lui), que si ce dernier ne s’était pas encore montré, les morts, eux, étaient déjà là. On ne peut pas dire que Daenerys n’ait pas joué le jeu, elle a tout fait pour réaliser ce pour quoi elle a suivi Jon : sauver les vivants et tuer le roi de la nuit (c’est juste que ça n’a pas marché concernant ce dernier).

En attendant, on comprend que certains veuillent quitter les rangs. Après, au vu de la vitesse où les morts leur ont sauté dessus, la fuite n’était clairement pas synonyme de survie. J’avoue avoir eu un peu le tournis – beaucoup moins que lors de la bataille des bâtards où j’avais failli vomir - mais je n’ai pas cessé un instant de me battre avec Tormund, Sandor, Sam, Edd, Gendry, Jorah... et de retenir mon souffle dès que Brienne et Jaime se voyaient en difficulté, se sauvant l'un l'autre comme toujours (et prenant soin, au passage, de Podrick). J’ai trouvé bien que D&D aient, pour une fois, satisfait la lectrice que je suis, en les faisant se battre cote à cote : ça renvoie au rêve de Jaime concernant le fait que sa survie viendra de Brienne puisque, son épée s’étant éteinte, il n’y a plus que la sienne qui puisse le protéger, c’est ce qui le décide à retourner à Harrenhal et sauter dans la fosse à l'ours.

Autant dans le 7x04, Drogon me terrifiait pour la survie de Jaime autant, dans cet épisode, j’étais en attente qu’il intervienne pour lui permettre cette dernière. Même s’il n’a toujours pas l’air à l’aise face à la puissance de feu des dragons, il a aussi pu percevoir qu’ils pouvaient être des alliés de taille. Tout pareil pour Sansa, on voit combien elle se dit qu’heureusement que Daenerys les a emmenés et que Jon a compris qu’il fallait bouger ses fesses. J’avoue, je suis dure avec lui, parce qu’il fait ce qu’il peut, il essaie bien de rejoindre les marcheurs blancs pour les tuer avec Rhaegal mais il manque de réussite ce garçon. On voit, à ce moment-là, la puissance du roi de la nuit qui lui envoie une tempête de glace, l’empêchant ainsi de les atteindre. Il était temps que le grand froid arrive.

J’ai trouvé touchant qu’Arya ait peur pour sa sœur et lui demande donc d’aller se réfugier dans la crypte, on voit que c’est sincère, qu’elle ne veut pas qu’elle meurt juste parce qu’elle a voulu être courageuse et à l’image de ce qu’elle souhaite donner de la dame de Winterfell. L’arme qu’elle lui donne ne servira que de doudou pour la rassurer puisqu’au final, elle ne va pas l’utiliser alors même qu’elle aurait pu aider lors du réveil des morts. Du coup, on se dit qu’heureusement qu’elle n’est pas restée sur les remparts, elle n’aurait pas été bien utile (voire gênante et ainsi faire risquer la vie d’Arya qui aurait tenté de la protéger). Ce n’est pas péjoratif, c’est juste une réalité. Difficile de savoir ce que nous ferions sous l’emprise de la peur d’autant plus dans un lieu clos où il y a une sensation d’être piégé. Et puis, comme elle le dit à Arya, si elle sait se battre avec son esprit, elle ne sait pas le faire avec une arme. C’est peut-être ce que D&D ont voulu faire passer comme message et ainsi rester cohérents avec son personnage.

Edd était un des derniers Frères réel de la Garde de Nuit (comme lui a subtilement dit Sam dans l’épisode précédent) et le voir mourir en sauvant ce dernier m’a fait mal aux fesses parce qu’hyper téléphoné. Non pas que je voulais que Sam meurt mais, pour le coup, il n’a plus de rôle à jouer, il aurait pu tout autant mourir en sauvant Edd, ça aurait changé de voir un personnage secondaire survivre au détriment d’un principal. Il est vraiment pénible de voir toutes les ficelles, ça retire pas mal d’émotion, on est quand même bien loin de la surprise des Noces Pourpres.

J’ai trouvé le silence de Sansa, lors de son entrée dans la crypte, respectueux et en accord avec ce qu’elle est en train de vivre. Elle est sans voix parce que sous le choc de ce qu’elle vient de voir du haut des remparts et, par là-même, dans l’incapacité de pouvoir rassurer les personnes présentes. Tyrion comprend, à son visage, que ça pue du c*l, du coup, ben, il fait comme sa sœur lors de la bataille de la Néra, il boit.

Lyanna fait ouvrir les portes de Winterfell pour permettre le repli des troupes. Nous entrons donc dans une autre bataille qui, cette fois, va se jouer au niveau des remparts. J’aime bien aussi, ça permet de voir autre chose. Le fait que le rythme reste soutenu permet de rester en haleine.

Pendant que Ver Gris impose à ses hommes de couvrir le repli, il referme le pont, les laissant de l’autre côté. Alors, même si ça faisait partie de leur stratégie, j’ai ressenti un réel sentiment d’abandon. C’était inattendu, du coup, ça m’a pas mal perturbée. Alors oui, Ver Gris a peur, il est amoureux donc il n'est plus l'Immaculé qu'il était. Oui, il continue à combattre au niveau des remparts par la suite. Mais, ce que je garde en tête de lui, c’est qu’il laisse ses hommes crever devant les portes de Winterfell. Et je n’aime pas cette image.

J’ai aimé voir toute l’évolution d’Arya au fil des armes qu’elle utilise lors de l’épisode. Elle commence avec l’arc - renvoyant à la p’tite fille du 1x01 qui battait, facilement, Bran - et en profite pour sauver Sandor qui était, à ce moment-là, en mauvaise posture.

On voit combien la tempête de glace handicape Daenerys, puisqu’elle n’arrive pas à voir le signal de Davos pour qu’elle enflamme la fosse. Ce sera donc Mélisandre qui le fera, tout en calme et élégance et, si c’est esthétiquement beau, on a quand même sacrément envie de lui foutre un coup de pied dans ses belles p’tites fesses pour qu’elle se les bouge plus vite. Elle y arrive cependant, ce qui permet à Daenerys d’avoir, de nouveau, une visibilité et ainsi utiliser Drogon contre l’armée des morts. Par contre, on perd Sandor qui, de par la taille des flammes, n’arrive plus à gérer sa peur du feu.

être dans la crypte donne le sentiment d’être enterré vivant, du coup, je crois que j’aurais préféré être à l’extérieur, d’abord parce que je suis claustrophobe, ensuite parce qu’au moins on voit d’où vient le danger, on peut s’en défendre. Être dans la crypte, c’est être dépendant de la réussite ou non de ceux qui se battent à l’extérieur. C’est flippant, je trouve. D’ailleurs Tyrion valide mon ressenti en laissant entendre que, s’il était à l’extérieur, il pourrait voir les choses et ainsi trouver à les aider. Sauf que Sansa a raison, il n’y a rien à voir, juste à mourir. Après, comme dit Varys, s’ils venaient à mourir aussi, ils sont au bon endroit.

Les interactions avec Sansa ont permis de reparler de leur mariage, il est bien qu’elle lui dise qu’il a été le meilleur de ses maris, ça lui permet de percevoir ce qu’elle a vécu, ce qui lui fait dire – avec, pour une fois, l’humour que l’on connait au personnage – que c’est une idée odieuse. Je comprends pas trop pourquoi Missandeï se fâche, il est vrai que Sansa laisse entendre qu’elle ne s’accorde pas avec Daenerys mais c’était via sa discussion sur son mariage avec Tyrion. Rien de très intelligent mais rien de bien méchant non plus, juste une réflexion immature de jeune fille qui cherche à savoir si on la préfère à sa rivale. Ça faisait un peu caca nerveux (de femme ayant ses règles), c’est dommage parce que, du coup, ça retire tout l’atmosphère dans laquelle on était jusque-là.

Ça pue de plus en plus le sapin pour Theon, qui doit le sentir aussi car il en profite pour s’excuser auprès de Bran. Tout comme pour Jaime (nan, nan, je ne veux pas le savoir, je n’entends rien), ce dernier laisse entendre que tout ce qu’il a fait l’a mené ici, au rôle qu’il se doit de jouer. En gros, quand il aura réalisé ce dernier, ben, il pourra crever. Je ne sais pas si c’est bien qu’il lui dise qu’il est ici chez lui, je ne suis pas certaine que ce soit très réconfortant mais ça aura au moins eu le mérite de lui assurer qu’il a été comme un Stark. Sur ces belles paroles, Bran se met, jusqu’à l’arrivée du roi de la nuit, en transe. Difficile de savoir réellement pourquoi : fait-il en sorte de le pousser à le rejoindre ou le surveille-t-il pour que le timing pour le tuer soit optimal. Je ne sais pas et nous ne le saurons sans doute jamais. C’était peut-être juste pour qu’on ait le sentiment qu’il ait été actif aussi.

Alors là, j’suis vénère, je me souviens m’être demandé pourquoi les morts ne s’étaient pas sacrifiés - au vu du nombre - pour traverser le lac et aller tuer Jon & co dans le 7x06, ben, non, apparemment, c’était pas possible. Sauf que là, ça l’est. Les morts, à la demande de leur roi, se jettent dans le feu jusqu’à ce que leurs corps permettent aux autres de traverser la fosse enflammée. Comme je travaille sur mon impulsivité et ma colère, je vais me dire que, dans le 7x06, ils n’ont pas bougé parce que le roi de la nuit était en attente de Daenerys et ses dragons afin de lui en tuer un et se l’approprier (dans le but de faire traverser le Mur à son armée).

Du côté des remparts, nos héros relèvent les archers sous le commandement de Jaime (et Jorah) qui assure pas mal depuis le début. Les morts font comme les rats, ils se grimpent dessus pour monter les murs de Winterfell jusqu’à en atteindre le haut. Ce que je retiens des remparts, c’est que ça pue de plus en plus du c*l pour les vivants. Mais cela permet aussi une très belle scène où Brienne sauve Jaime qui lui rend la pareille, telle une p’tite danse.

Arya a changé d’arme, elle n’est plus la gamine de Winterfell, elle est, à présent, l’élève des Sans-Visage et peut enfin montrer tout ce qu’elle a intégré lors de son apprentissage, on reconnait certains mouvements, c’est sympa, j’aime bien que ça prenne sens. Elle en tue donc gros avant d’être désarmée. Ce qui arrange Davos qui la regarde tranquillou. Il continue à ne pas être dans la bataille, son rôle étant, apparemment, de surveiller que Mélisandre crève bien comme elle lui a promis.

La mort de Lyanna m'a touchée parce qu’elle était jeune mais aussi très pertinente : elle avait tout pour gérer au mieux son île. En tout cas, elle a été badass jusqu’au bout puisqu'elle tue un géant avant de mourir, ce qui n’est pas rien. Davos avait raison, elle a su se battre férocement et a démontré que les ours pouvaient avoir la force de 10 hommes.

Dans la crypte la peur grandit à vue d’œil, ils savent, aux mouvements, que les morts sont dans l’enceinte de Winterfell et, par là-même, à la porte de la crypte.

Sandor a peur, Sandor n’y croit plus (et il a un poil raison de dire qu’on ne bat pas la mort mais, moi, je dis qu’il faut toujours essayer) mais il apparait en capacité de se transcender dès lors que Béric l’alerte sur le danger que court Arya. Il y tient drôlement à cette p’tite et ça tombe bien parce qu’elle apparait bien en difficulté. Elle a – comme tout le monde - la peur au ventre mais, de par son apprentissage chez les Sans-Visage, elle a acquis toutes les techniques pour pouvoir tuer ses ennemis : elle sait être silencieuse, se faire invisible… Et puis, elle bénéficie de l’aide de Sandor et Béric qui va jusqu’à se sacrifier pour permettre à Arya d’être encore en vie afin qu’elle puisse réaliser le rôle qui lui est destiné. Non pas que la mort de Béric n’était pas héroïque ou touchante mais, pour la lectrice que je suis, ce dernier est mort depuis longtemps, du coup, c’est un peu comme si j’avais fait un deuil anticipé.

Au discours de Mélisandre, on comprend ce qu’est le rôle d’Arya, du coup, cette dernière aussi, elle part donc le réaliser. Et, comment dire, ce n’est pas que j’ai été choquée, ni surprise d’ailleurs mais je crois que j’en ai eu rien à faire, ce qui est beaucoup plus inquiétant. Comme je ne me souvenais plus de l’histoire des yeux, je suis allée chercher la scène et, en effet, Mélisandre lui tient ces propos. D&D avaient donc déjà en tête que ce serait elle qui tuerait le roi de la nuit.

Du côté des dragons, on a du visuel, du très beau visuel même. La scène dans le ciel étoilé ressemble, il est vrai, à un poster des années 80 que j’avais au mur de ma chambre mais est vraiment superbe. Jon rate le coche pour se distinguer dans la bataille. Daenerys tente sa chance de le faire en tuant le roi de la nuit et, à son sourire, on perçoit combien elle est fière que ce soit elle qui se le fasse. Mais, ce ne sera pas elle non plus – nous, on le savait, mais elle, non, et se voit donc être toute déconfite - puisqu’il apparaît immunisé au feu du dragon. Et, là, même si on a compris qui avait ce rôle, on flippe quand même parce qu’on se dit qu’il est invulnérable, le bougre ! et qu’Arya ne pourra donc pas arriver à ses fins. D’autant qu’il se décide (enfin) à ressusciter les morts, les nôtres, ceux qui se sont battus à nos côtés. Une deuxième bataille s’annonce alors même que la première n’est pas terminée et que le peu de combattants qui restent sont épuisés. Bref, pas de jaloux, ça pue le sapin pour tout le monde.

Beaucoup avaient vu juste, les morts de la crypte se réveillent pour une grande partie de cache-cache, en moins rigolo puisque celui qui se cache mal meurt. Heureusement, Sansa et Tyrion sont bons, ils savent bien se cacher, et, ont même le temps de se compter fleurette. Décidemment, je crois que j’aurais préféré ne pas voir ce qui se passait dans la crypte tant j’ai trouvé ça insipide alors mêmes que cela aurait pu être hyper angoissant. En tout cas, ils avaient raison, c’était bien l’endroit le plus sûr puisqu’aucun mort - du côté des rôles principaux - n’est à déclarer (j'aurais pourtant bien vu Tyrion mourir pour sauver les faibles dans la crypte – lui qui faisait du boudin suite au choix de sa reine de ne pas le mettre au combat - ou encore Varys pour protéger les enfants, lui, qui a tellement utilisé ces derniers pour en faire ses oisillons). Rien, juste un peu de tension amoureuse, ce qui aurait dû me faire plaisir car j’ai toujours cru en leur mariage et le fait qu’ils finiraient leur vie ensemble. Mais, là, je n’ai pas trouvé ça approprié. En tout cas, Daenerys a du souci à se faire parce que Sansa commence à tisser sa toile et compte bien aller jusqu’au bout. Lui retirer Tyrion, même s’il n'a fait que mal la conseiller, ne peut que la fragiliser encore un peu plus.

La musique de Ramin Djawadi (encore lui) qui accompagne toute la fin de l’épisode est magnifique. Même si le roi de la nuit prend son temps pour venir tuer Bran, que ça renvoie aux vieux films où les tueurs prennent leur temps pour laisser le temps aux gentils de s’en sortir, la musique permet de rendre la scène jolie avec, en fond, Jon en train de continuer à essayer d’avancer, se désespérant de ne pas être à la hauteur de ce qu'on attend de lui, percevant son incapacité à progresser. J’avais presque envie de lui faire un câlin, c’est une première ! Et, tous les combattants, les chevaliers, les fragiles (dans leur crypte) en train de perdre face à la mort.

La fin de Theon m'a fait mal car il est un des personnages que j'aime le plus suivre dans les livres et, s'il a été héroïque (quel archer !), je n'en suis pas moins déçue car sa mort apparait gratuite au niveau timing et parce que j’en ai marre de cette notion de rédemption qui tue (ou va tuer) tous les personnages qui sont, bien souvent, les plus touchants. Je suis déçue aussi parce que l'acteur était excellent et que j’ai trouvé qu’il avait été sous-exploité. Enfin, je suis déçue qu’il le tue en mode kamikaze parce que ça a retiré toute l’élégance qu’il avait eue jusque-là avec ses flèches. J’en veux à Bran pour sa phrase finale d’absolution parce que j’ai trouvé que sa faisait très « Good dog » et, de par ce qu’il a vécu avec Ramsay, ça m’a fortement irritée. J’en veux aussi à Arya d’être arrivée un poil trop tard pour le sauver, juste parce qu’il fallait qu’il meurt. Je compte sur GRRM pour lui offrir une autre fin.

Jorah a - en dehors de l'aspect cliché de le voir mourir pour sauver celle qui l'aura respecté mais jamais aimé - une fin magnifique. Il a été partout tout au long de l'épisode : avec les dothrakis, devant Winterfell, sur les remparts, auprès de Sam (qu’il a sauvé avec l’épée de sa famille, symboliquement, c’est beau) et, enfin, aux côtés de Daenerys. Je suis très attachée à ce couple dans les livres, j’aime la complexité de leur histoire et la tension sexuelle qui existe entre eux. J’ai retrouvé le charme de ce couple le temps de leur dernière danse. Je suis contente qu’ils aient combattu ensemble, que Jorah ait pu voir Daenerys le défendre (à plusieurs reprises) et d’avoir pu mourir dans ses bras. J’ai trouvé qu’elle lui rendait bien son sacrifice, le pleurant sincèrement et j’ai été très émue par cette image de Drogon les entourant. C'est comme s'il protégeait ce moment qui n'appartenait qu'à eux. Au moins, on ne lui aura pas volé sa mort.

Alors, oui, ce ne sera pas Jon le héros, ni Daenerys mais je les ai trouvés touchants dans leur désespoir de ne pas réussir ce pour quoi ils pensaient être destinés. Jon ne lâche rien, jusqu’au bout, il essaie de rejoindre Bran pour le protéger. Il se voit même obligé de laisser Sam (et tous les autres) dans la m*rde pour se donner les moyens d’y arriver, se sentant responsable de la survie de l’humanité. C’est complètement en dehors des clous, ça donne le sentiment d’avoir été carrément cou*llonné mais, quand on s’en détache, on perçoit les événements différemment. Le fait que Jon et Daenerys ne soient pas les élus les rendent plus humains. Cela se perçoit d’autant plus que les deux sont dans des situations vulnérables en particulier Daenerys qui se retrouve à terre, se devant de laisser Drogon se débarrasser des morts accrochés à lui - comme des puces aux poils d’un vieux chien – pour qu’il puisse survivre. Les voir être ordinaires, ben, ça m’a plu : dans le contexte de la série, hein, dans le livre, j’attends bien plus que ça, mais, là, j’avoue que ça colle presqu’avec les personnages, chacun ne m’ayant jamais vraiment convaincue. Après, il est clair que ça rend le personnage de Jon obsolète parce qu’il a beau être Aegon, on ne peut pas dire que Jon soit intéressé par le trône, il risque juste, le pauvre, d’être utilisé par Daenerys (via un enfant ou un mariage ou les deux) et Sansa (via sa légitimité pour contrer Daenerys). Mais, on n’en est pas là.

On en est à Arya, la grande héroïne de la Grande Bataille. Arya qui aura été sur tous les fronts lors de cette dernière, démontrant tout ce qu'elle a appris chez les Sans-Visage, rappelant son premier maître d'armes à travers ce fameux « Not today » et tuant le roi de la nuit avec la feinte qu'elle avait faite à Brienne. D&D ont misé sur la surprise, sur le fait qu’elle était, de par son apprentissage, la plus à même de surprendre le roi de la nuit. Une manière peut-être aussi de donner un sens à toutes ses années d'entraînement avec les Sans-Visage, elle qui a su jouer à cache-cache avec la mort dans cette scène de la bibliothèque. Ça peut aussi expliquer le sourire de Jaqen quand elle les quitte. Je ne sais pas. En tout cas, c’est Sansa que ça va arranger tout ça parce que ce ne sera pas Daenerys qui aura sauvé Westeros mais une Stark.

Là, je fais la fille compréhensive, calme et posée mais j’avoue que ça m’a fait mal d’avoir attendu 8 saisons la longue nuit pour la voir se terminer ainsi. Avec une telle facilité scénaristique. Je continue à ne pas comprendre pourquoi le roi de la nuit s’est exposé en voulant tuer lui-même Bran alors même qu’il a eu l’intelligence de ne pas le faire avec ses sbires (nous retirant le plaisir de voir nos chevaliers les combattre et ainsi se donner une chance de gagner autrement). Un ego mal placé ? Le seul à le pouvoir ? Mais dans ce cas, pourquoi ? Là, les marcheurs blancs n’ont servi à rien, même pas à être des bons gardes du corps.

Terminer sur la mort de Mélisandre, ayant terminé sa mission, était poétique mais terrifiant car ça veut dire qu’on va se (re)bouffer du jeu du trône pendant 3 épisodes (pas étonnant que Varys soit encore en vie). Et les voir survivre à la plus grande menace de Westeros pour crever comme des c*ns face à Cersei (et Euron au charisme de nounours), je crois que j'vais chialer, pas de chagrin... de colère !

===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Mon 13 May - 01:03 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Je ne sais pas où D&D veulent nous mener ou plutôt je crains de le savoir et ne peut adhérer à ce type de fin qui va se vouloir surprenante et qui sent (mauvais) à plein nez la morale américaine bien pensante. Au rythme où l’on va, il ne restera plus que les Stark (je mets Jon dedans), Gendry et Tyrion, parce qu’ils ont souffert et, s’ils ont tué, c’était pour se défendre, ils méritent donc d’être en vie.

Episode, comme vous l’avez compris, qui m’a laissé un goût amer. Pour Daenerys qui se voit - alors qu’elle est vulnérable, fragile et blessée - perdre sa meilleure amie, son deuxième fils (on comprend mieux pourquoi Jon a préféré ne pas le monter cette fois-ci) mais aussi et surtout être remise en question par ses proches conseillers (surtout Varys, il est vrai) qui l’ont, il faut dire, tellement bien orientée jusqu’ici. Pour Jaime dont le langage verbale criait l’inverse de ce qu’il était en train de dire à Brienne, alors oui, cette dernière va avoir besoin d’un gros câlin mais, pour le moment, celui qui en a le plus besoin, c’est Jaime et, s’il-vous plait qu’on envoie un corbeau à Sandor et Arya pour qu’ils le rattrapent et l’empêchent de se sacrifier pour des c*ns qui se sont toujours foutu de sa tronche et qui diront, comme pour Theon, « Good man » en comprenant tout ce qu’il a fait pour Westeros (au moins Brienne lui dit parce qu’elle en est convaincue depuis bien longtemps). Enfin, pour Ghost parce que ça faisait abandon sur le bord de la route D240 en direction du grand nord.

8x04The Last of the Starks



Les funérailles des héros morts au combat ne rendent hommage qu’à ceux qu’on connait- on n’allait pas non plus montrer les figurants dont tout le monde se fout – alors, oui, je suis un poil de mauvaise foi parce que Jon n’oublie personne dans son discours, tout le monde est évoqué et ce dernier est plutôt réussi. La musique était sobre, ce qui a permis de rendre paisible tous les hommages réalisés en particulier celui à Jorah où j’espère juste que Daenerys ne lui glisse pas à l’oreille « tu as été mon meilleur ami » parce que le pauvre n’a pas forcément envie de partir pour l’éternité avec cette dure réalité (il en a eu suffisamment conscience tout au long de sa vie) et Theon qui reçoit de Sansa la broche des Stark et ça, pour le coup, c’est drôlement plus beau (et, par là-même, plus émouvant) que le « Good man » de Bran. On sent déjà la solitude de Daenerys quand on perçoit son clan qui se compose - à l’image - à 4 personnes (dont deux ne sont pas forcément fiables, l’une parce qu’elle aime à retourner son manteau dès lors qu’elle sent le vent tourner – pardon, qu’elle pense que le royaume est mal gouverné – et l’autre parce que son ex-femme lui plaît de plus en plus et qu’elle n’est pas vraiment du côté de Daenerys). Les dragons ne seront pas utilisés pour enflammer tout ce beau monde (et rendre un dernier hommage à Edd, Lyanna et Béric) et j’en suis bien aise, c’est quand même plus respectueux ainsi. A noter que Brienne et Jaime ne se quitte plus (et, ça, ben, c’est pour mieux nous foutre les boules par la suite) et que Ghost à une oreille en moins (et, ça, ben, Jon, il ne va pas le supporter et c’est ce qui explique qu’il va vouloir s’en séparer, sous couvert d’un acte de bienveillance pour pas qu’on appelle la SPA).

Après les funérailles et l’hommage aux morts, la vie reprend ses droits et c’est le temps de la célébration de cette dernière. Un banquet qui démarre mollement avec un Jon qui perçoit bien la souffrance de Daenerys mais qui ne sait pas quoi lui dire, ce qui n’est pas plus mal parce qu’il n’est pas loin de la maladresse de Bran dès lors qu’il lui est demandé d’avoir un poil d’émotion.

De son côté, Gendry cherche du regard sa girlfriend et j’ai aimé que Sandor - qui, habituellement, est tout sauf délicat - le soit à ce moment-là, lui rappelant qu’il y a encore l’odeur des morts et qu’il est déjà en train de penser à mettre sa p’tite au lit. En fait, c’était juste pour le faire ch*er en le faisant un poil culpabiliser. Du coup, Gendry se lève pour aller à la recherche d’Arya.

Je n’ai pas aimé (Sansa aussi d’ailleurs) le fait que Daenerys interpelle ce dernier et le légitime ainsi alors même qu’elle est au courant des actes de Robert envers sa famille parce que, même s’il est son bâtard, la génétique est là et rien ne dit qu’il n’aura pas, un jour, les ambitions de son père et/ou envie de lui faire obstacle. Je n’ai donc pas aimé, par ricochet, ce que ça peut laisser entendre pour la suite, si plusieurs personnages venaient à mourir. J’y crois peu car, pour le coup, la roue n’aura pas été brisée et ce sera un éternel recommencement (sauf s’il a sa Lyanna à lui : Arya). De toute manière depuis le 8x03, on sait que tout est possible. Je vais ignorer le fait que personne, dans la salle, ne sache qui est actuellement le seigneur d’Accalmie, je dois prendre soin de moi, du coup, on va dire qu’ils étaient tous tellement concentrés sur la grande bataille, que personne ne s’est intéressée, jusqu’ici, à Accalmie. Davos est sympa, il vient à la rescousse tant du malaise de Gendry que celui de la salle entière en levant son verre et en le nommant par son nouveau titre. Je comprends que Sandor soit exaspéré. Ce que je retiens, de cette scène, c’est que Tyrion continue à dire des c*nneries parce que rien ne dit que Gendry lui soit à jamais loyal, il est impulsif comme son père, l’impulsivité n’a rien de fiable. Daenerys n’est pas aussi maline qu’elle ne le croit sinon elle aurait repéré le regard de Tyrion à Sansa et compris que ça sent mauvais pour elle. Enfin, Gendry devrait, au minimum, être en vie à la fin de la série (parce qu’il est gentil).

Le premier verre est pertinent, Jaime a envie de voir Brienne lâcher un peu prise et il ne sait pas comment faire parce qu’à chaque fois qu’il a essayé de lui faire comprendre un peu les choses, elle a pris peur et s’est enfuie. C’est le jeu à boire de Tyrion qui était complètement c*n mais on y reviendra plus tard, là, j’ai aimé leur regard et le p’tit clin d’œil à la scène avec Roose Bolton quand Jaime lui touche la main pour éviter que Brienne lui plante son couteau dans la figure.

Un p’tit hommage à Mélisandre via Davos qui ne sait plus quoi penser depuis qu’elle a mis un terme à sa vie, reprochant surtout au Dieu de cette dernière de ne pas être très clair avec ceux qui le servent. Rien de bien transcendant, juste un p’tit hommage à cette dernière quoi. Et l’occasion de nous informer via l’optimisme de Tyrion que la guerre contre les morts est bien terminée, celle entre les vivants va donc pouvoir recommencer. Me voilà enchantée.

Comme il faut bien que Bran apparaisse à l’écran puisqu’il n’est pas mort pendant la grande bataille, Tyrion aborde, avec lui, la succession de Winterfell, s’inquiétant, au fond, pour l’avenir de Sansa. Du coup, ça tombe bien, Bran n’en veut pas, il n’a plus envie de rien. Le gamin est dépressif et tout le monde s’en fout. Le pire, c’est que je pense que, lui aussi, sera encore en vie à la fin de la série. Il n’a donc pas fini de se faire ch*er avec le passé.

Il est temps de tous se féliciter et trinquer, Tormund lève son verre à Daenerys, ce qui est étonnant mais démontre une belle reconnaissance, cette dernière à Arya, ce qui est plutôt bien parce qu’elle est, en effet, l’héroïne de Winterfell. Après, ce n’est pas bon pour son ego parce que l’enthousiasme est alors à son comble, ce qui n’était pas le cas lorsqu’elle a été citée.

Dès que Tyrion est à l’écran, le mauvais goût apparait avec lui, ce qui me rend furieuse quand on sait combien ce personnage est pertinent dans les livres. On dirait que D&D l’ont enfermé dans un rôle de bouffon aux blagues grivoises, ce qui m’irrite au plus haut point parce que, l’air de rien, ça renvoie au fait qu’il est nain. Avec son jeu à boire, il apparait crétin et entraine, avec lui, Brienne et Jaime. Après, quelques respirations (apprises en relaxation), on va dire que ce jeu immature avait pour but de montrer que Jaime connait bien la vie de Brienne (et s’est intéressé à en connaitre plus en interrogeant, semble-t-il, Podrick) et qu’il lui a confié certains secrets concernant sa famille (puisqu’elle est au courant pour le mariage de Tyrion avec Tysha). Pour ce qui est de l’évocation de sa virginité, là, je jette les armes, je ne peux vraiment pas justifier (ni comprendre) l’intérêt d’en parler, on est tous au courant qu’elle l’est, Jaime a perdu sa main d’épée pour qu’elle puisse la conserver. Elle pouvait tout autant être évoquée lors de la scène suivante, avec beaucoup plus d’élégance et de poésie via justement cette réalité. J’aurais vraiment aimé que Tyrion démontre de la finesse, ne serait-ce que par respect pour les sentiments de Jaime.

Alors que Jon apparait très entouré (et mis en avant) par Tormund et les sauvageons, Daenerys, elle, apparait délaissée, Jon n’essayant même pas de l’intégrer au groupe. Une pensée pour Carrie, sachant que Daenerys a tout pour endosser le rôle mais ce ne sera pas pour tout-de-suite, pour le moment, elle observe et prend conscience qu’elle n’a aucun vécu commun avec les personnes qui l’entourent, si ce n’est la grande bataille et, même là, elle n’est pas mise en valeur, seul, Jon se voit être glorifié jusqu’à laisser entendre qu’il ne peut qu’être un roi pour avoir su monter sur un dragon et réalisé tout ce qu’il a fait jusqu’ici. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il jette un œil sur Daenerys qui se la joue fair-play mais qui encaisse difficilement le coup. J’en arrive à avoir envie de m’assoir à côté d’elle pour papoter et ne pas la laisser dans cette solitude grandissante. Au lieu de faire ce que je ne peux pas (coincée derrière mon écran), l’araignée préfère l’observer s’enliser dans son mal-être, se disant qu’il a misé sur le mauvais cheval et qu’il va falloir qu’il en cherche un nouveau. Sympa le mec.

Tyrion se sent un poil c*n lorsqu’il voit Brienne se lever de table parce que, même si elle justifie son départ par une envie pressante, personne n’est dupe, elle les fuit suite à l’évocation de sa virginité. Heureusement, l’arrivée de Tormund permet d’aller au-delà de cette immaturité, laissant entendre que, lui, il s’en fout si elle l’est ou pas, ce qui l’intéresse, c’est elle. Rien que, pour ça, il aurait bien mérité un gros bisou baveux. Sauf que Jaime est bien décidé à aller au bout de ses sentiments et lui fait bien comprendre, en le stoppant dans son élan et en rejoignant Brienne. Heureusement, ses larmes seront vite séchées mais j’ai trouvé choupi qu’il soit ainsi bousculé, laissant entendre que Jaime lui a volé, ignorant le vécu commun de Brienne et ce dernier. Le fait qu’il se confie à Sandor est tellement improbable que s’en est sympa.

La scène Sansa / Sandor était attendue, c’est bien qu’elle soit arrivée, le p’tit oiseau a grandi mais, personnellement, j’aurais préféré qu’elle grandisse autrement. Je comprends ce qu’elle dit et le fait qu’il lui a été essentiel pour se s’en sortir (et continuer à avancer) d’intégrer son vécu à son évolution mais il est important de souligner que cela était tout autant possible sans avoir à passer par Ramsay (ce qui est le cas dans les livres). La vie n’a pas forcément besoin d’être dure pour ne plus être un p’tit oiseau. J’aime beaucoup leur relation, dès lors qu’il est avec Sansa, il a une douceur qu’on ne lui connait pas.

Pendant que la beuverie bat son plein, Gendry finit par trouver Arya en train de s’entrainer à l’arc. Or, si elle continue à le faire, c’est qu’elle n’a pas terminé ce qu’elle pense avoir à réaliser. Du coup, forcément, sa proposition de mariage tombe à l’eau d’autant plus que c’est un poil précipité après une seule nuit d’amour. C’est d’autant plus c*n qu’elle lui a dit maintes fois qu’elle n’était pas une lady. Après, je pense qu’elle ne le rejette pas pour les raisons qu’elle avance (sinon pourquoi l’embrasser comme elle le fait) mais, tout comme Jaime plus tard, elle préfère le repousser pour terminer ce qu’elle a en tête de faire (= tuer Cersei). Et, comme elle ne sait pas si elle en reviendra vivante, elle préfère stopper son élan en lui refusant sa main. Cela ne veut pas dire qu’elle ne l’acceptera pas plus tard voire, comme elle se veut indépendante, le lui demandera elle-même.

Pour Jaime, je crains fortement que la fin soit moins heureuse, rédemption oblige. En attendant, il se retrouve à la porte de chambre de Brienne. Il est dommage qu’il ait continué cette histoire de vin, c’était maladroit et il y avait bien des possibilités pour lui donner une excuse d’entrer dans cette dernière ou encore de se donner du courage de le faire. Après, même si c’est maladroit, on comprend que c’est parce que ça lui est difficile et je trouve bien que ce soit lui le plus perturbé. Il ne sait pas comment si prendre parce qu’il n’a connu que sa sœur et qu’il n’a jamais eu à la séduire, la connaissant depuis sa naissance. De son côté, Brienne est vierge mais elle n’a plus 16 ans, elle est adulte, elle a une notion de la sexualité, elle connait son corps, ses pulsions et les hommes (elle a vécu et combattu avec ces derniers). Jusque-là, elle était dans la fuite parce que pas certaine de bien comprendre les sentiments de Jaime et, par là-même, dans l’appréhension de se tromper. Mais là elle voit très bien ce qu’il cherche (qui ne le verrait pas), je ne vois donc pas pourquoi elle ne ferait pas ce qu’il faut. Le regard de Jaime quand elle se déshabille montre combien il ne croyait pas la mériter, il la regarde limite comme une déesse. J’aurais voulu qu’il y ait les marques des griffes (de l’ours) autour de son cou, qu’il en touche les cicatrices, c’est tellement symbolique de leur histoire. Après, j’ai trouvé bien que Jaime lui dise qu’il n’a jamais couché avec un chevalier parce que ça permet à Brienne d’être plus à l’aise par rapport à sa virginité. L’alchimie entre les deux acteurs est bien réelle, ce qui permet de croire pleinement à la fougue de leur baiser.

J’ai été surprise de lire, à de nombreuses reprises, qu’on percevait leur relation comme platonique, basée sur le respect et l’honneur parce que, s’il y a bien une histoire d’amour dans ASOIAF / GoT, c’est bien Brienne et Jaime. Alors, oui, la série a mis à mal leur histoire en faisant revenir Jaime à Port-Réal auprès de sa sœur (alors que, dans les livres, il ne la revoit plus à partir du moment où il est envoyé au siège de Vivesaigues) mais il suffit de regarder le langage du corps. On n’est pas dans du fan service. D’ailleurs le passage où ils se battent –au début de leur rencontre – est décrit (dans les livres) comme s’il faisait l’amour. Il faut juste, à Jaime, le temps d’intégrer ses sentiments parce qu’il a tellement été fidèle à Cersei qu’il se doit d’en faire le deuil pour comprendre ses sentiments pour Brienne. Il a quand même perdu sa main d’épée pour préserver sa virginité.

De son côté, Daenerys tente sa chance avec Jon en allant le rejoindre dans sa chambre, les rôles, cette fois, sont inversés. Le jeu des acteurs est, pour le coup, moins bon, ce qui rend le chancellement de Kit surjoué. Je n’ai pas aimé qu’il évoque Jorah, même si je comprends sa démarche qui se voulait réconfortante, ayant perçu la tristesse de Daenerys pendant le banquet. Du coup, j’ai apprécié qu’elle lui renvoie que c’était bien plus important puisqu’il l’aimait. Après, forcément, elle en profite pour lui faire comprendre que ce n’était pas réciproque puisqu’elle est amoureuse de lui. Dès lors que le jeu n’y est pas, il est plus difficile de croire en ce qui se dit. Pourtant Emilia essaie vraiment de faire passer les sentiments de Daenerys. Jon finit par interrompre leur baiser, n’arrivant pas à aller au-delà, l’inceste ne faisant pas partie de son éducation, comme cela l’est chez les Targaryen. On aurait pu penser que Daenerys soit perturbée par son refus de poursuivre leur histoire sauf qu’elle évoque, de suite, sa légitimité, seule cette dernière semble être la source de son mal-être. Elle lui demande donc de ne rien dire y compris à ses sœurs car elle sait, à juste titre, que Sansa est en capacité d’utiliser cette réalité en sa faveur.

C’est l’heure de faire le bilan des pertes (pour faire facile - et pas trop perturber nos cerveaux - , ils ont tablé sur la moitié de chaque armée : nord et Immaculés, les dothrakis, c’est pas bien clair mais, au vu de leur charge, sans doute pas beaucoup) et de monter une stratégie, comme ils savent si bien le faire. Après Jon, c’est Tyrion qui s’y colle, on pourrait se dire que ça ne peut qu’être mieux sauf que non parce que, si on se rappelle de la dernière qu’il a mise en place, ben, ça fout les boules parce qu’il s’était bien vautré face à Jaime. N’est pas militaire qui le veut mais, apparemment, c’est à l’ère du temps de penser que les compétences ne servent à rien, que seule la volonté (et l’autorité) est source de réussite. Pour une fois, Daenerys voit juste, Cersei va faire en sorte que le peuple ne la perçoive pas comme une bienfaitrice. Elle veut donc taper fort. Tyrion, comme toujours, la stoppe, lui rappelant que le but est de destituer Cersei, pas de détruire Port-Réal. On ne peut que le rejoindre dans son désir de ne pas tuer des innocents sauf qu’il ne semble toujours pas avoir compris que sa sœur ne lâchera pas le trône sans s’assurer que Port-Réal part en fumée avec elle. En même temps, ça l’arrange bien de ne pas comprendre, ce n’est pas lui qui va devoir faire le boulot, c’est Jaime. Varys donne le sentiment d’être bien informé (sauf, apparemment, du principal : l’accueil que leur réserve la flotte d’Euron), du coup, Daenerys accepte la proposition de Tyrion concernant la mise en place d’un siège (si j’ai bien compris).

Sansa, même si elle n’a pas complètement tort, fait ch*er Daenerys en mettant en avant l’importance d’attendre que les hommes récupèrent, ce que cette dernière ne veut pas entendre, ayant attendu bien assez. Même si ça fait p’tite fille qui veut récupérer son trône, il est compréhensible qu’elle en ait marre. Elle est venue dans le nord les aider (et s’aider elle-même par la même occasion mais ce n’est pas le sujet), perdant plus de la moitié de son armée, et elle voudrait, à présent, que le nord lui rende la pareille. Je trouve cela légitime. Pour une fois, Jon se positionne par rapport à Sansa en validant Daenerys, ce qui lui vaut, du coup, une réunion de famille. Et, au vu de la manière dont Arya lui dit, il a plutôt intérêt à accepter. Après avoir tenté de justifier son choix, rappelant encore ce qu’a fait Daenerys pour eux, Sansa lui rappelle (comme c’était à prévoir) que c’est Arya qui a tué le roi de la nuit, bien pratique cette histoire. Heureusement, cette dernière valide les sacrifices de Daenerys sans pour autant la valider elle comme étant leur reine. Elle lui dit clairement qu’ils ne lui font pas confiance parce qu’elle n’est pas des leurs. Apparemment, seuls les derniers Stark comptent (je crains que ce soit aussi le cas pour D&D), du coup, ce n’est pas gagné pour que les choses évoluent. Ça fait un peu sectaire tout ça. Du coup, ben, Jon demande à Bran de leur révéler ses origines (comme ça, il n’a pas complètement trahi Daenerys, ce n’est pas lui qui l’a dit) en leur faisant promettre de ne le répéter à personne mais Sansa le dira à Tyrion qui le dira à Varys qui, c’est bien connu, est la personne la plus fiable de Westeros.

L’air de rien, on apprend que Jaime reste dans le nord, en tant que hôte de Winterfell. C’est c*n, hein, mais ça aurait pu être une solution mais on sait déjà que ça ne le sera pas. Ils sont trop des billes pour qu’il puisse profiter de Brienne pendant 2 épisodes, tranquillou en amoureux.

Toute la scène de Bronn m’est sortie par les trous de nez. La taverne qui ne ressemble à rien tant elle est vide. Jaime qui n’est pas à l’aise par rapport aux questions de Tyrion en lien avec sa relation avec Brienne. La grossièreté de ces dernières. L’entrée de Bronn est à la limite du grotesque : il entre, il dit les faits, il réclame une récompense à la hauteur de ce que lui a proposé Cersei et il repart. Par contre, j’ai aimé qu’il frappe Tyrion, c’est c*n, ça m’a fait rire, tout comme la tête outrée de Jaime quand il plante une flèche juste à côté de son visage. Jaime était déjà pas mal hanté par ce qui était en train de se jouer à Port-Réal mais savoir que Cersei ne connait plus de limite allant jusqu’à commanditer un mercenaire pour les tuer l’a encore plus bousculé.

De son côté, si Arya s’est dépêchée de tuer le roi de la nuit, elle n’est cependant pas pressée de terminer sa liste (Cersei) - ce qui n’arrange pas mon affaire parce que j’aimerais bien qu’elle aille un peu plus vite, histoire qu’elle la tue avant que Jaime se fasse tuer - , du coup, elle décide d’y aller avec Sandor (qui a entendu parler du Cleganebowl et qui s’est dit que ça pouvait être sympa d’y participer). Le duo est de retour le temps de boucler la série et ça fait plaisir.

Sansa est toujours en attente de réponses de la part de Tyrion concernant son choix d’être la Main de Daenerys. Mais, dès lors qu’il essaie de la défendre, elle se ferme. Il lui fait cependant comprendre que, si Jon est à Port-Réal (avec Daenerys), elle sera celle qui gouvernera le nord et qu’il serait bon alors de s’entendre avec elle. Mais il n’y a pas moyen, Sansa ne veut pas entendre que Daenerys est sa reine. Ce qui est inquiétant pour cette dernière, c’est que Tyrion a, en effet, peur d’elle et qu’il va finir par la lâcher. Du coup, ses mots sonnent faux, on voit qu’il essaie de s’auto-persuader qu’elle est une bonne personne et qu’il croit en elle. C’est sans doute ce qui va décider Sansa de l’informer de la légitimé de Jon, laissant entendre qu’il peut être mieux qu’elle.

C’est l’heure du départ des personnages dont on n’a plus besoin mais qu’on ne veut pas tuer parce que, ben, ils sont gentils. Tormund a raison de relever la c*nnerie de ne pas faire monter Jon sur Rhaegal. Avant D&D s’excusait de leurs facilités scénaristiques après es avoir faites, maintenant ils les devancent, c’est plus malin, ça laisse entendre qu’ils nous avaient prévenu. Bref, ils vont pouvoir tuer Rhaegal sans prendre le risque de tuer Jon dans sa chute. On apprend que Tormund repart au pays avec le peuple libre. Du coup, Jon, qui n’a plus besoin de Ghost (puisqu’il pense avoir un dragon), lui demande de l’emmener avec lui. Et, s’il est capable de faire un gros câlin à Tormund, il est en incapacité d’en faire un à Ghost (qui pourtant le réclamait) parce qu’il ne faut pas déc*nner, il est tout moche avec son oreille en moins. Ça m’a fait mal pour ce dernier, il fait carrément abandonné. Ou alors il va y avoir, à terme, des retrouvailles puisque Tormund ne cesse de dire à Jon qu’il est u nord aussi, que c’est là-bas qu’il se doit d’être. Après, ça n’excuse pas le fait qu’il ne l’approche même pas. Ça s’enchaine avec Sam et Gilly qui repartent à 4 au lieu de 3 puisque cette dernière est enceinte. Et, naturellement, si c’est un garçon, ils l’appelleront Jon. Du coup, ben, ils sont partis pour vivre heureux et avoir tout plein d’enfants (parce qu’ils sont gentils). Après, ça marche pas avec tout le monde, par exemple, Missandeï est gentille, ce n’est pas pour ça qu’elle va vivre, en même temps, ce n’est pas pour ça, non plus, qu’elle aurait pu avoir tout plein d’enfants (je sais, je sais, Tyrion a une mauvaise influence sur moi).

Tyrion fait le bilan de GoT : tout plein de morts (et d’autres à venir) parce que Robert aimait une femme qui ne l’aimait pas. Mais Varys, lui, il s’en fout, il est centré sur le présent et sur la nouvelle que vient de lui donner Tyrion : Jon est l’héritier légitime au trône. Il est tellement excité à l’idée de laisser tomber la blonde platine pour le brun à bouclettes que s’en est indécent. D’ailleurs il n’écoute même pas Tyrion quand il lui dit que Jon ne voudra pas du trône. Alors, oui, on retrouve un peu des complots qu’on a connus mais c’est forcément beaucoup moins passionnant puisqu’il ne reste plus beaucoup de prétendants au trône et qu’ils sont, tous les deux, dans le même camp pour comploter. Tyrion reste relativement loyal envers Daenerys, même s’il n’apparait pas convaincu. Ce qui me gêne dans tout ce qui se dit, c’est que ça donne le sentiment que seul un homme est en capacité de tenir correctement le trône, ça perturbe pas mal parce qu’on est loin de la perception des femmes de GRRM et ça chatouille mon côté féministe (qui ressort dès lors qu’il est atteint). Tyrion cherche à satisfaire tout le monde en proposant de les marier.

Rhaegal meurt donc comme un c*n, la flotte en prend un coup et Missandeï a disparu, ce qui inquiète, à juste titre, Ver Gris, même si on ne comprend pas vraiment pourquoi il l’a foutue dans une barque, toute seule, parmi la flotte d’Euron. Bref, c’est le Bronx comme à chaque fois avec les plans de Tyrion. Daenerys ne crame pas Euron, il a donc encore un rôle à jouer, en même temps, il y a encore deux épisodes, si on le fait déjà sauter, il restera plus grand-chose du côté de Cersei mais suffisamment pour bien nous faire ch*er. Il serait temps que Tyrion prenne pleinement conscience de ce qu’il a assuré à Varys avant l’attaque : les conseillers se doivent de veiller à l’état d’esprit de leur roi parce que, là, ils se font encore laminer, il apparait donc difficile d’avoir un bon état d’esprit après ça.

Jaime a raison de s’inquiéter, ce qu’il appréhendait depuis le début s’avère vrai, Cersei et en train de bien les cou*llonner y compris la population de Port-Réal qu’elle fait entrer dans Donjon Rouge pour se faire un bouclier humain mais en leur laissant entendre qu’elle les protège, bien joué madame, de quoi faire bouger les fesses de ton p’tit frère. Elle double la mise en annonçant sa grossesse à Euron, laissant entendre que l’enfant à venir est de lui, le pauvre en est tout ému, ce qui n’est pas le cas de Cersei qui a la nausée de savoir qu’elle va devoir se le taper. Et la triple même avec la mort annoncée de Missandeï qu’elle a (re) enchainé pour faire ch*er Daenerys qui lui avait retiré ses chaines.

Ver Gris veut tous les buter, Varys lui dit qu’elle fait une erreur d’agir dans la force car des milliers d’innocents vont mourir. Là encore, on peut l’entendre et on sait que, si elle tue des innocents, elle ne pourra pas être reconnue comme une bienfaitrice mais b*rdel qu’ils proposent quelque chose qui marche, ce serait sympa. Pour le moment, plus, elle les écoute, plus elle perd ses hommes. Daenerys ne devient pas folle, elle est mal entourée, mal conseillée et sur le point d’être abandonnée. Ce qui est fou, c’est que Daenerys a mieux compris le fonctionnement de Cersei que son propre frère, qui lui propose une énième rencontre pour négocier avec elle. Et, si elle accepte encore sa proposition, je crains que, s’il échoue, elle ne réponde plus de rien. C’est d’ailleurs ce qu’elle lui fait plus ou moins comprendre.

Du coup, même si elle a été bonne élève en acceptant de suivre leur idée, Varys est déjà en train de la condamner auprès de Tyrion, laissant entendre qu’il connait parfaitement les tyrans et qu’elle a le même discours que ces derniers. Dans les livres, la folie de Daenerys est progressive et très bien amenée, elle n’est pas reliée aux bourdes des autres, là, ce sont celles de ses conseillers qui vont l’amener à ma folie et ça me touche. Je trouve cela injuste. Tyrion tente encore de persuader Varys de la marier avec Jon pour que ce dernier puisse temporiser sa belle mais c’est plus pour se donner bonne conscience parce qu’on voit qu’il n’y croit plus.

Brienne, avec l’accord de Sansa, annonce les pertes de Daenerys à Jaime. Et, là, ben, c’est fini, on a perdu Jaime, il sait que, si Cersei se sent menacer, elle fera tout sauter avec elle, elle l’a déjà fait avec le sanctuaire de Baelor. Il va donc vouloir aller l’arrêter comme il l’a fait avec le roi fou. Et, savoir que Missandeï a été capturée lui fait comprendre qu’elle pourra en faire de même avec Brienne (d’autant qu’il sait qu’elle a perçu son amour pour lui). D’où la scène suivante qui m’a déchirée mon p’tit cœur.

Jaime souffre tellement de la quitter qu’il n’arrive même pas à la regarder, c’est elle qui l’oblige à lui faire face. C’est une femme amoureuse, rien ne peut être ridicule que ce soit ses mots que ses larmes. D’autant qu’on sait que, derrière son armure, Brienne est hyper sensible et fleur bleue. il ne peut qu’être douloureux, après s’être enfin autorisée à y croire et à aimer, de voir l’autre s’en aller. Le regard de Jaime et les larmes qui s’y trouvent m’ont sincèrement déchirés le cœur (l’acteur est vraiment très bon) autant que le sanglot de Brienne quand elle comprend qu’il va réellement partir (et qu’elle ne le reverra très certainement pas). Si on observe le langage du corps, le non verbal, il est clair que Jaime ne part pas pour rejoindre et protéger Cersei, il part l’arrêter parce qu’il la connait mieux que quiconque et sait qu’elle peut détruire Port-Réal pour s’en sortir (il a vu ce qu’elle a fait au sanctuaire de Baelor). Il se sacrifie pour être ce qu’il perçoit dans les yeux de Brienne depuis le bain de Harrenhal : un chevalier juste et honorable. Il sait qu’il ne pourra pas être heureux et en harmonie avec ses valeurs de chevalier s’il ne fait rien. Il n’a pas tué le roi fou pour voir Cersei faire pareil. Et, comme il sait que Brienne se mettra en danger si elle l’accompagne, il préfère lui mentir (comme il a fait avec Edmure pour le pousser à accepter sa proposition et ainsi éviter un bain de sang) et lui briser le cœur plutôt que de voir mourir celle qu’il aime (plus que sa vie apparemment). La scène est triste mais aussi terriblement romantique. Il est terrible de voir la douleur de Brienne de ne pas être aimée alors même qu’elle l’est follement.

J’ai beau essayé de rester positive, de me dire que D&D voudront peut-être nous surprendre en laissant Jaime en vie mais j’y crois peu parce qu’ils sont fans du couple Cersei / Jaime et qu’ils vont avoir envie de les faire mourir, comme ils sont nés, ensemble, parce qu’ils sont attachés à la notion de rédemption et parce que sa mort semble annoncée (Bran lui a laissé entendre qu’il n’y aura pas forcément un après, Olenna que Cersei sera sa fin). Reste Brienne qui est gentille, qui ne devrait donc pas mourir (j’espère ! ) : je redoute donc qu’il lui offre une grossesse pour la consoler et permettre un peu de Jaime d’être encore en vie. Et, hop, hop, hop , le tour est joué, ces c*ns de fans seront contents. Rien que d’y penser j’ai envie de vomir.

Daenerys se retrouve donc face à Cersei, perchée en haut des remparts du Donjon Rouge, Missandeï enchainée à ses côtés. J’ai beaucoup aimé Qyburn qui a renvoyé direct Tyrion dans ses but en lui démontrant, à juste titre, qu’il n’est pas en position de négocier. Voyant qu’il ne peut pas le contrer, Tyrion tente, pour la énième fois de convaincre sa sœur de se rendre, cette fois, au nom de son bébé. Ce serait bien d’arrêter avec les ascenseurs émotionnels incohérents de Cersei, ça enlève beaucoup du talent de l’actrice. On arrive plus à y croire : dès lors qu’elle fait celle qui est émue, on sait que le vieux sourire de bad girl va revenir et qu’elle va buter quelqu’un. Elle décapite donc Missandeï, sachant qu’elle va déclencher la colère du dragon. Stratégiquement, elle est meilleure que Tyrion, ce qui fait bien mal à mes fesses de lectrice parce qu’il n’y a pas plus c*n que Cersei en matière de stratégie dans les livres. Mais nous sommes dans la série, elle compte donc utiliser la colère de Daenerys pour se faire son dernier dragon et l’accuser de violence auprès de la population qui va crever, prise en otage entre deux cinglées. Parce qu’il est clair que Daenerys perd pied, elle ne peut plus être dans la bienveillance, ayant perdu sa meilleure amie, son plus fidèle chevalier, la moitié de son armée… Ce n’est pas qu’elle est folle, elle est détruite. Sans compter le Dracarys de Missandeï qui lui donne sa bénédiction pour utiliser le feu dragon (ce qui est étonnant pour une personne qui vient d’un peuple pacifique). C’est aussi une manière de lui dire d’y aller, de ne plus se poser de question (si elle ne veut pas tout perdre). Ça rejoint ce que lui avait dit Olenna concernant l’importance qu’elle écoute le dragon qui est en elle.

Reste à voir aussi comment Euron va prendre le fait que Tyrion soit au courant de la grossesse de Cersei qu’il vient seulement d’apprendre. Je crains qu’il veuille plus se faire Jaime que Cersei et voir un combat de coqs entre les deux, je crois que je ne le tolérerai pas.

PS : Je ne me suis pas vraiment relue, je m'excuse donc pour les éventuelles fautes et tournures de phrase pas correctes.

===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
antoinette


Offline

Joined: 05 Nov 2009
Posts: 934
Localisation: carcassonne
Personnage(s) préféré(s): house
Episode(s) préféré(s): saison 3

PostPosted: Tue 14 May - 10:07 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Ouf ! je viens de relire pour la seconde fois ton époustouflante analyse de got , Merci encore Mnémosyne.
Hou la ! la ! quelle saloooooope cette briseuse de chaînes , reine des dragons etc........... j'ai vu l'épisode 5 dans la nuit de dimanche à 3 h du mat , je me le suis revu le lendemain en français et je redécouvre à chaque fois de nouvelles faces cachées des personnages !
Dans cet épisode , pas de Brienne , de Sansa ni de Corneille à 3 yeux , mais alors , quelle violence et que de cadavres !!
Vu la tournure des évènements , je suis incapable de dire lequel ou laquelle posera ses fesses sur le trône de fer la semaine prochaine . Ce qu'il y a de bien dans cette série , c'est que les méchants meurent mais les gentils meurent aussi , bref comme dans la vraie vie quoi , à part que la façon de mourir est plus spectaculaire dans chez les gens de got !
Vivement dimanche pour le clap de fin !!!!! Qu'est ce que je la "kiffe" cette série !!
===============
je sais pas pourquoi j'avais 1000 en année de naissance! j'ai du me tromper , mais pas dans le bon sens! j'ai 65 ans et je pète la forme ! (mais hélas moi je suis + forte que Greg , im me faut 2 cannes pour avancer!
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Tue 14 May - 12:02 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

@ antoinette : Je suis tellement heureuse de pouvoir encore te croiser sur le forum ! Ton enthousiasme pour cette dernière saison fait plaisir ^^ Pour moi, c'est plus compliqué, je te mets mon ressenti de suite. Je t'embrasse bisou

Mon cœur est en cendres. Comme D&D ont mis en cendres GoT et ses personnages. C’était l’apocalypse. Plus rien avait de sens, retirant toute crédibilité aux personnages et, par ricochet, au jeu des acteurs, tous particulièrement mauvais (y compris Lena, avec sa coupe de Playmobil). Aucune émotion, juste une envie de pleurer et de vomir devant un tel gâchis. Même la photographie n’a pas réussi à me consoler tant je me demandais ce que j’étais en train de regarder (et pourtant qu’est-ce-que j’aime la photographie). L’épisode a regroupé tout ce dont je craignais, aucune surprise donc dans ma déception. Ils ont réalisé mon pire cauchemar, je ne pensais même pas que cela puisse être possible. J’ai été jusqu’à vérifier si je regardais bien GoT et non une autre série mais, non, Tyrion était bien devant moi, un visage que je ne lui reconnaissais pas (un des plus gros gâchis, selon moi, avec Jaime).

Ce n’est qu’une série, tout comme Star Wars n’est qu’un film mais j’ai jamais aimé qu’on fasse des zizis sur le dessin des autres, c’est irrespectueux et c*n. Ben, comme Rian Johnson pour l’épisode 8 de Star Wars, D&D l’ont fait pour GoT. C’est leur choix, après tout, c’est leur adaptation.

C’est la première fois que je n’arrive pas à parler de l’épisode, dès lors que j’essaie, rien ne me vient que de l’incohérence et de l’incompréhension.

Je vais cependant exorciser mon ressenti en abordant les quelques points de l’épisode.

8x05 - Les cloches



– La menace n’était pas la mort mais la folie humaine (ou la mort est venue de la folie humaine au choix), l’idée est bonne, le fait de nous la faire percevoir via la destruction de Port-Réal et sa population permet des images fortes et ainsi une meilleure immersion et compréhension. Là, pour le coup, on peut dire qu’on le ressent pleinement.

– Daenerys passe du côté obscur, D&D nous y préparaient à l’aide de grandes pancartes signalétiques depuis, ben, l’épisode précédent, cela ne veut pas dire que son évolution n’allait pas tendre vers de la folie mais la manière d’amener les choses, là encore, est grossière. Aerys n’aura pas pu le faire (puisque stoppé par Jaime), ce sera donc sa fille qui le fera (poussé – en quelque sorte – par Tyrion via ses conseils et ses stratégies des plus pertinents, engendrant la perte progressive de tout ce qu’avait Daenerys). A noter que j’ai trouvé Emilia plutôt juste dans son jeu, je suis suffisamment dure avec elle pour ne pas mettre en avant quand elle est bonne.

– Varys n’a servi à rien depuis bien des saisons mais meurt avec une grande élégance n’offrant même pas un hurlement de souffrance pour faire plaisir à Daenerys. Élégant jusqu’à pardonner la trahison de Tyrion qui l’a dénoncé, là, j’avoue que je ne peux que le féliciter parce que, moi, s’il m’avait touché le bras, comme il le fait, je lui aurais mis une branlée. Tyrion s’est donc positionné, il soutiendra (presque) jusqu’au bout sa reine. Au vu du massacre qu’elle vient de réaliser et la colère que ne peut qu’engendrer la libération de Jaime, il va bien être obligé de s’en détacher.

– Jon apparaît complètement perdu dans le chaos – tout comme il l’a été lors de la grande bataille – , prenant conscience de la folie de sa reine et de l’impact de cette dernière sur la population de Port-Réal et, par ricochet, sur Westeros. Il n’a rien fait de la saison, il devrait donc être celui qui tue Daenerys parce que je ne vois pas D&D avoir le cran de faire une fin avec une reine folle régnant sur des cendres.

– Les adieux entre Tyrion et Jaime ne m’ont pas convaincue et pourtant j’aime follement leur relation et les acteurs. J’ai trouvé ces derniers complètement paumés (ils donnent l’impression de ne pas savoir pourquoi ils sont là, moi aussi d’ailleurs, si ce n’est pour leur offrir ce dernier moment) sauf peut-être à la toute fin de la scène où l’émotion était plus palpable. Tyrion donne à Jaime le conseil le plus m*rdique qui soit (et pourtant il en a donné un paquet à Daenerys) – l’envoyant à la mort – alors même qu’il s’est toujours vanté de détester Cersei et qu’il sait qu’elle a commandité Bronn pour les tuer (dans l’épisode précédent !) et il laisse entendre qu’il se sacrifie, qu’il se met en danger pour sauver des innocents alors que je suis certaine qu’il va être le seul à s’en sortir. Son personnage est aussi détruit que celui de Jaime mais, bizarrement, il reste le gentil nain qui se faisait rejeter par sa famille.

– Je ne parlerai même pas du combat Euron / Jaime parce que je l’avais dit dans mon post du 8×04, je ne tolérerai pas ce type de combat de coqs. Voir le personnage que j’aime le moins de la série hurler – après un combat des plus ridicules – « J’ai tué Jaime Lannister » m’a mise  carrément la nausée.

– Cersei m’a totalement perdue, alors, oui, D&D ont mis en place sa grossesse pour continuer à lui donner un brin d’humanité mais, non, ça ne peut pas fonctionner : on ne peut pas faire croire qu’elle est la menace de Westeros (après celle du roi de la nuit), on ne peut pas montrer son sourire sadique (toujours le même) quand elle tue la fille d’Ellaria, Missandeï ou encore l’ensemble des personnes se trouvant de le sanctuaire de Baelor et foutre tout ça à la benne et la transformer en p’tit fille apeurée. Je n’ai pas été surprise (D&D ne cessent de nous imposer leur amour pour son personnage depuis 8 saisons), j’étais juste dans l’incompréhension (et la nausée). Il ne faut pas surprendre pour surprendre, il faut, pour le faire, qu’il y ait un minimum de cohérence. Là, personnellement, j’en ai pas vu, du coup, comme pour Jaime, Tyrion, Daenerys ou encore Euron (qui a été, au final, juste un c*n), je me suis demandée qui étaient ces personnages.

– Le personnage de Jaime a été, selon moi, un des plus abîmés. Que D&D se fassent leur propre fanservice en s’offrant une fin dramatiquement romantique à leur ship Cersei / Jaime, c’est leur choix, c’est leur série. Mais c’est ce qu’ils ont fait au personnage propre de Jaime qui m’a fait mal : il a tué Aerys pour sauver la population de Port-Réal  et il assure, à présent, qu’il se fout des innocents. Pas étonnant, du coup, que Bran n'en parle pas pendant son procès à Winterfell : hop, hop, l'air de rien, on enterre cette réalité (ça y est la nausée me revient).

– Le Cleganebowl était très (trop) attendu et, là, ben, D&D ont bien voulu répondre à cette attente des fans (après avoir viré du champ ce pauvre Qyburn qui meurt dans l’indifférence totale après n’avoir servi à rien depuis pas loin de 3 saisons), ils ont dû y voir un intérêt au niveau visuel certainement parce qu’au niveau scénaristique, c’était vide. Il fallait juste que Sandor tue son frère afin très certainement de fragiliser Cersei et permettre… aux éboulements de la tuer. Sauf que le visuel ne suffit pas, j’ai besoin d’un poil d’émotion pour que ce dernier prenne toute sa puissance. Même un match de catch présente mieux les adversaires et mettent en place un poil d’histoire pour qu’on s’attache à l’un de deux. Là, je me suis ennuyée alors même que j’adore le personnage de Sandor. Du coup, j’aurai préféré qu’il fasse ce qu’il dit à Arya, ne pas répondre à son besoin de vengeance, ça aurait permis une vraie évolution du personnage. J’ai cependant aimé le parallèle Sandor (et son combat à mort) / Arya (et sa fuite pour sa survie).

– Pour ce qui est de la fin Cersei / Jaime, je vous autorise, pour commencer, à me jeter des cailloux, tout plein parce que je le mérite vraiment pour avoir encore pu espérer que D&D auraient un minimum de respect pour les personnages de GRRM en particulier Jaime et son évolution. Je vous autorise à vous moquez de moi pour avoir pensé qu’ils avaient fini par faire le deuil de leur ship fétiche pour revenir un poil à l’histoire mais ils ont fait encore plus fort que ce que je pouvais imaginer : les laisser mourir ensemble, en amants éternels. Mon post du 8×04 est à mourir de rire pour le coup : langage non verbal et du corps, des clopinettes, oui ! Ce c*n partait bien retrouver sa sœur pour la sauver. J’suis définitivement une sweet summer child. Ils auraient dû faire mourir Brienne pendant la grande bataille, elle n’aurait pas eu à vivre cette grosse farce. Ou faire de sa relation avec Jaime, ce que, finalement, beaucoup pensaient, une relation platonique et basée sur l’honneur et le respect et ainsi poursuivre sur leur idée de Cersei / Jaime jusqu’à la fin qu’ils nous ont donnés. Ça aurait été cohérent et on aurait pu adhérer et percevoir l’aspect romantique de leur mort (remarquez, c’est ce que certains de mes amis ont perçu, ça a donc fonctionné pour eux). Mais, du coup, il fallait qu’ils restent en accord avec la vision que lui apportait Brienne : l’honneur et les valeurs chevaleresques. Or, là, ils détruisent complètement cet aspect-là de l’histoire de Jaime, laissant entendre qu’il se fout des innocents, que tout ce qui compte c’est sa sœur (pour qu’on oublie jamais que l’histoire de Jaime n’est centrée que sur l’amour qu’il porte à cette dernière). Du coup, même si on voulait y croire, il est difficile de ne pas en perdre son latin. Introduire une histoire de c*l (ça s’appelle comme ça pour le coup) entre Brienne et Jaime enlève, là encore, de la crédibilité au personnage puisque ça ne colle pas avec la fidélité dont il s'est toujours vanté. Soit, D&D ont voulu surprendre en trompant les téléspectateurs, mais, là, ben, c’est complètement stupide parce que ça n’engendre pas une surprise mais une incompréhension, soit ils ont voulu faire plaisir aux fans qui croient au couple Brienne / Jaime et c’est une manière de les tromper, ce qui est complètement nul et immature. De même, si Jaime n’a aucun honneur et que sa seule préoccupation est Cersei pourquoi quitter cette dernière pour aller risquer de se faire buter à Winterfell pour soi-disant tenir sa promesse. Promesse de quoi puisqu’il se fout des innocents. Bref, j’ai beau faire le tour de la question, je ne comprends rien à ce qu’ils ont voulu nous faire passer comme message. J’ai juste eu (encore) la nausée quand, pour la énième fois, D&D utilisent la fibre maternelle de Cersei pour faire pleurer dans les chaumières.

– Arya ne sert à rien mais elle représente le ressenti du téléspectateur face à l’horreur de ce qui est en train de se passer et de se jouer. Son dernier échange avec Sandor et ce qu’elle est en train de percevoir de l’humain et de la mort (dans le lieu où elle a vu son père se faire décapiter) lui permet de redevenir totalement Arya. C’est symboliquement beau mais bien pratique aussi, j’espère juste que D&D n’iront pas jusqu’à mettre Gendry sur le trône et la marier avec lui. Moi, je serais elle, je quitterais tout, pour me reconstruire ailleurs.

En conclusion, la photographie était belle mais servait des scènes que je ne comprenais pas (concernant l’évolution des personnages) et qui laisse peu de suspense pour la fin. J’ai eu l’impression que D&D faisait leur CV pour Disney : une réalisation explosive et de qualité au détriment de la cohérence des storylines mises en place depuis 8 saisons. Tout est apparu bâclé, donnant le sentiment qu’ils avaient juste envie d’en finir ou de surprendre pour surprendre, oubliant ainsi la cohérence de la narration (qui apparaît pourtant indispensable pour adhérer à cette dernière et, par là-même, en ressortir de l’émotion).

Daenerys aura bien libéré Westeros d’un de ses tyrans, elle peut donc, à présent, disparaître avec son dernier dragon pour laisser la place aux (gentils) survivants et leur permettre de tout reconstruire.

===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
antoinette


Offline

Joined: 05 Nov 2009
Posts: 934
Localisation: carcassonne
Personnage(s) préféré(s): house
Episode(s) préféré(s): saison 3

PostPosted: Thu 16 May - 10:25 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Eh me...de !!! j'en ai marre d'être vieille !! dans ma tête Cersei et son jumeau s'en sortaient ! je ne les croyait pas morts .
Ensuite , je n'ai pas compris pourquoi Varys est brûlé , j'ai loupé un truc et pourtant je me les regarde plusieurs fois les épisodes !
Je trouve aussi que Qyburn a dégagé bien vite de la série et d'une manière trop brutale .
Enfin , la transformation de Daenerys m'a parue trop brutale , je ne l'aurai jamais imaginée aussi "pétocasquée" , c'est peut être moi qui n'ai pas vu son changement de caractère . De toute façon , vu ses origines ç'aurait dû me paraître normal de la voir péter les plombs , ça arrivé trop vite à mon goût.
Enfin , le quart d'heure supplémentaire de l'épisode a juste servi a voir le dragon brûler toute la population en , en large , et en travers , ça m'a paru assez inutile , on avait déjà compris !
Enfin vivement dimanche pour le final , je croise les doigts pour que Tyrion ne crame pas !!

Encore un immense merci Mnémosyne pour ton super compte rendu !
===============
je sais pas pourquoi j'avais 1000 en année de naissance! j'ai du me tromper , mais pas dans le bon sens! j'ai 65 ans et je pète la forme ! (mais hélas moi je suis + forte que Greg , im me faut 2 cannes pour avancer!
Back to top
antoinette


Offline

Joined: 05 Nov 2009
Posts: 934
Localisation: carcassonne
Personnage(s) préféré(s): house
Episode(s) préféré(s): saison 3

PostPosted: Sat 18 May - 10:13 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Décidément je ne décolle plus de got sur ce forum !
J'ai regardé les 4 épisodes de ABC contre Hercule Poirot because j'adore John Malkovich mais j'ai détesté !!!
Dans mon esprit HP est petit , assez rondouillard , très imbu de lui même et je n'ai rien retrouvé dans ce
personnage , las , fatigué et poussif . Voilà , c'est tout , grosse déception.......
===============
je sais pas pourquoi j'avais 1000 en année de naissance! j'ai du me tromper , mais pas dans le bon sens! j'ai 65 ans et je pète la forme ! (mais hélas moi je suis + forte que Greg , im me faut 2 cannes pour avancer!
Back to top
Mnémosyne
House Addict

Offline

Joined: 29 Oct 2009
Posts: 1,930
Localisation: un p'tit village perdu dans le Berry
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Personnage(s) préféré(s): House, Wilson et Foreman
Ships: Huddy

PostPosted: Wed 22 May - 21:05 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

@ antoinette : J'espère qu'on pourra se retrouver un peu sur le forum, même si GoT est terminé, en attendant, saches que ce fut toujours un plaisir de t'y croiser et d'échanger avec toi bisou
Si tu ne connais pas encore, regardes This is us, c'est une série juste incroyable de sensibilité love

Bon, ben, voilà, j’ai regardé le dernier épisode, je vais pouvoir tourner la page et j’ai beau avoir aimé follement cette série - permettant de mettre en image l’univers d’ASOIAF - , j’avoue qu’il était temps d’en terminer. Ça devenait trop douloureux.

Mon cœur ayant été réduit en cendres lors du 8x05, il ne risquait plus rien. J’ai donc regardé l’épisode d’une manière passive et neutre, connaissant le passé, vivant le présent et ayant deviné quasi tout le futur, tel Bran. Du coup, autant vous dire, la vie à Westeros va être tout sauf fun !

Aucune surprise parce que plus ou moins attendu tant D&D avaient épuré les personnages. Il ne restait pas grand monde pour mettre des nuances et, par là-même, de l’humanité. Je ne reproche pas à D&D de ne pas avoir répondu à mes attentes, je leur reproche de ne pas m’avoir convaincue et, par là-même, touchée par leur vision de la finalité de l’histoire. Je ne rêvais pas que Robb et Catelyn meurent, cela n’a pas empêché aux Noces Pourpres de me mettre une claque émotionnelle (et pourtant je savais à quoi m’attendre, ayant lu les livres), j’ai chialer pendant 15 minutes après le hurlement de louve de Catelyn. Là, il n’y a rien parce que rien n’a été amené pour percevoir ce type d’émotion brute.

La scène de Port-Réal sous les cendres était belle, le silence de rigueur, le jeu d’acteur de Peter Dinklage (Tyrion) très juste. Celle de Daenerys donnant le sentiment d’avoir fusionner avec Drogon, visuellement et symboliquement, intéressante. La mort de cette dernière expéditive mais bien jouée et relativement cohérente par rapport à là où Jon et Daenerys ont été amenés (depuis l’épisode précédent). Celle de Brienne touchante parce que très élégante et en accord avec son personnage dans le geste qu’elle fait. Enfin, même s’il y a pas mal de choses à redire dans l’indépendance du Nord, le sacre de Sansa esthétiquement joli (j’ai particulièrement aimé sa robe).

Le souci de l’épisode, c’est que c’est une ode aux Stark (et Tyrion), une ode aux gentils, une ode hyper fadasse. Non pas que ce ne sera pas la même dans les livres, mais, là encore, D&D ont tué trop de personnages pour que ce soit humainement beau. Il n’y a plus personne à Westeros pour se réjouir pour les Stark qui, par là-même, donnent le sentiment de dominer le monde.

Du coup, ben, je vais faire par personnage, ce sera plus vite fait. Et, même si je sais que ce n’est pas bien de comparer avec les livres, qu’il est essentiel – pour tout bien comprendre - de rester centré sur la série, ne pas extrapoler, je vais quand même le faire parce que c’est le dernier épisode et qu’on n’a pas cessé de dire aux lecteurs qu’il fallait se faire une raison puisque GRRM, ayant donné les grandes lignes de la fin à D&D, il est convenu que ce sera la même dans les livres.

8x06 - The Iron Throne



Tyrion

Mon cœur a de nouveau souffert en m’imposant, une fois encore, la mort de Jaime et Cersei via Tyrion retrouvant leurs corps. Si les larmes et l’émotion de ce dernier étaient justes, elles ne m’ont que peu touchées car, étant en grande partie responsable de la perte de sa Maison, que ce soit dans le meurtre de Tywin que la libération de Jaime l’incitant à rejoindre leur sœur en plein cœur de son conflit avec Daenerys, j’ai trouvé cela facile. Tyrion est, pour moi, une incompréhension. Comment continuer à apprécier le personnage alors même qu’il est responsable, dans la série, non seulement de la mort de sa Maison mais aussi de la destruction de Port-Réal (ayant mal conseillé Daenerys, pas écouté Varys – le trahissant par la même occasion - , pas perçu et, par là-même, pas réalisé ce que son frère avait été en capacité de faire en tuant le Roi Fou, sauvant ainsi la population) et, par ricochet, de la (presque) mort de la Maison Targaryen (ayant incité Jon à tuer Daenerys – il faudrait pas qu’il se salisse les mains pour se laisser une chance de rester Main – le poussant ainsi à l’exil). Sans compter le fait qu’il conseille Bran comme roi mais on y reviendra plus tard. Bref, le mec, dans la série, il a cumulé les c*nneries et il est Main à la fin, Bran faisant le pari qu’il sera en capacité de réparer ces dernières. Il n’est vraiment pas logé à la même enseigne que les autres personnages, ce qui le rend, pour moi, inintéressant (ce qui n’enlève en rien la qualité du jeu de Peter Dinklage, ce qui est d’autant plus frustrant), surtout qu’on termine avec ses blagues à la c*n.

Arya

Ça va être rapide, on se demande pourquoi elle est toujours à Port-Réal alors qu’elle était partie sur son cheval blanc. Elle ne semble être là que pour les adieux à Jon et menacer de tuer si on touche un membre de sa famille, les gentils Stark ne font pas dans la terreur, juste dans j’impose ce que je veux, vous faites avec. Cela fait, elle part – très certainement comme dans les livres – sur son bateau à l’effigie des Stark. Le fait que rien ne soit amené, tout au long des 8 saisons, pour laisser entendre qu’elle a une âme d’exploratrice et ainsi permettre de comprendre son choix donne le sentiment d’une adolescente qui veut prendre son indépendance en partant jouer à Dora l’exploratrice.

Jon / Daenerys

Alors, oui, il est possible, dans les livres, que Jon s’exile dans le nord (avec Val à ses côtés), mais ce sera son choix et il y aura une logique à ce dernier : il y est attaché, il y a été actif, il n’est, en effet, pas dans le désir de monter sur le trône de fer. La sensation qu’il est le dindon de la farce, dans la série, ne pourra être dans les livres parce que, pour commencer, il n’y aura pas, selon moi, de romance avec Daenerys et, même s’il est bien le fils de Lyanna et Rhaegar, il ne se nommera pas Aegon. Du coup, si la fin est la même, elle n’aura pas la même saveur parce qu’il y aura un sens à cette dernière. Heureusement, il y a les papouilles avec Ghost, seul moment où on le voit un poil heureux parce que, sinon, ça sent la punition et le mal-être (à revenir là où tout a commencé) et, pourtant, l’idée est bonne.

De son côté, il est clair que, dans les livres, Daenerys continuera à ne pas être parfaite, à faire des bourdes et à être borderline mais elle bénéficiera de conseils bien plus pertinents parce que, si ses conseillers sont les mêmes (Barristan en plus !), ils sont bien plus intelligents que dans la série. Je ne la vois donc pas mourir dans les livres, je la vois retourner à Essos, là, où elle est reconnue pour ce qu’elle a fait. Sa mort, dans la série, semble être là pour compenser celle qu’aurait dû avoir Cersei. Je reste dans l’idée que D&D ont foutu en l’air toute la fin de GoT avec ce choix de faire mourir Cersei dans les bras de son frère, en amants romantiques. Là, pour le coup, je pense que ce sera différent dans les livres. Cersei n’écoute personne d’autres qu’elle, elle fait bourde sur bourde, elle n’est pas enceinte, Jaime ne répond pas à son appel au secours, et elle perd pied face à Margaery et le Grand Moineau. Elle devrait donc utiliser le feu grégeois, quitte à détruire la ville pour ne pas être la seule à crever et ne laisser que des cendres à son (sa) successeur (rice). Et, s’il s’avère que je me suis trompée, ce ne sera pas grave parce que j’ai confiance en l’écriture de GRRM, ce sont ses personnages, son histoire et il sera le plus à même de nous emmener jusqu’à la fin qu’il aura décidé.

En attendant, Drogon apparait le plus touchant. Et, s’il ne tue pas Jon, ce n’est pas bien grave, après tout, il ne l’a pas vu faire (même s’il est le seul à être entré dans la salle du trône) et avait intégré que sa mother en était amoureuse. Même si je comprends la symbolique, la destruction du trône par Drogon m’a été indifférente. C’était une manière comme une autre de le détruire. Mon souci, c’est plutôt que, si le trône disparait, pourquoi ne rendre indépendant que le Nord et non l’ensemble des royaumes de Westeros.

Arrive alors le flot d’incohérences en commençant par Ver Gris qui a démontré une grande sauvagerie depuis l’épisode précédent mais qui ne tue ni Jon, ni Tyrion, il va même jusqu’à laisser ce dernier proposer, en toute logique, Bran comme roi. Et, après, un poil de révolte de la part de Yara (qu’avait prévu de mettre Daenerys - le courant ayant bien passé lors de son passage à Meereen - dans son lit et non Bran), la minute ridicule offerte à Edmure (p’tit cadeau de D&D qui montrent combien ils aiment ce personnage) et le bide total de Sam (en lien avec sa proposition de démocratie), tous les grands de Westeros valident non seulement cette légitimité qui n’a pas lieu d’être (d’autant qu’ils ne le connaissent absolument pas et qu’il n’a pas forcément été actif lors des derniers évènements) mais, en plus, laissent passivement ce dernier réaliser la première injustice de son règne : accepter l’indépendance du Nord au détriment des autres royaumes. Personne ne dit rien, personne n’a idée de demander la sienne aussi. Ce qui rend risible une scène qui aurait pu ne pas l’être.

Ver Gris décide d’emmener les Immaculés et très certainement les dothrakis (puisqu’ils ont disparu de la circulation) finir leurs jours à Naath. Là encore, c’est hyper logique, les deux armées les plus violentes sur une île où le peuple est pacifique. Ce n’est pas parce que Ver Gris a été amoureux de Missandeï et a su s’apaiser que c’est le cas pour les hommes de ces deux armées. Heureusement pour les Naathis, leurs papillons devraient faire ce qu’il faut pour les protéger de tout ce beau monde.

Bran

Bran se fichait de Winterfell parce que son ambition était plus grande : roi des 7 royaumes le temps d’un battement de cils de Sansa puisqu’il donne l’indépendance au Nord dès lors qu’elle lui en fait la demande. Un Stark faisant une fleur à un autre Stark, rien de plus juste d’un point de vue politique. Mais ce n’est pas grave, les autres ne mouftent pas, ils ont zéro ambition, ils sont juste contents d’être là (alors que d’autres sont morts). La suprématie des Stark en devient écœurante au lieu de me réjouir (et pourtant je les aime depuis le début les p’tits !).

Le fait que Bran laisse entendre qu’il a tout orchestré pour en arriver là apparait plus qu’inquiétant d’autant que son seul souci semble être de retrouver Drogon. Alors, oui, on peut concevoir qu’il ait envie d’avoir, de son côté, l’arme de destruction massive qu’il représente mais, ayant laissé se réaliser le massacre de Port-Réal, on peut se demander si ce n’est pas pour pouvoir – en cas de besoin – l’utiliser. Sans compter qu’il est en capacité de contrôler tout le monde parce qu’au courant de tout, ça peut donc vite tourner en régime totalitaire (cf. 1984 de G. Orwell).

Pour le coup, je ne suis pas convaincue que Bran soit le roi des 7 (6) royaumes dans les livres mais, si cela devait se faire, l’intérêt serait de savoir si c’est une revanche de Bran ou de Freuxsanglant.

En attendant, le conseil restreint de Bran répond plus au fan service qu’à ce qui peut lui être demandé en matière de compétences , regroupant les gentils personnages encore en vie : Davos (qui ne sait pas trop ce qu’il fait là, peut-être est-ce pour le remercier de sa loyauté et/ou de son discours auprès de Ver Gris, ayant permis de mettre un terme aux hostilités), Sam (là, je trouve que ça colle avec ce qu’il a été tout au long de la série et avec sa capacité de mestre), Brienne (je n’ai pas souvenir de la présence d’un lord commandant au sein du conseil restreint mais ce n’est pas une buse donc pourquoi pas) et Bronn (parce que, ben, je ne sais pas, il fallait le placer pour montrer que Tyrion payait ses dettes, qu’il est donc bien seigneur de Hautjardin). D&D ont tellement tué de personnages qu’ils n’en ont même plus assez pour avoir un conseil au complet (et digne de ce nom), ils auraient pu y mettre quelques nouveaux personnages, histoire de ne pas faire aussi vide (de sens). Enfin, entendre Bran faire la réflexion qu’il n’y a pas de maitre chuchoteur était risible ou alors il faisait de l’humour - mais étant coupé de toute émotion, c’est peu probable – parce qu’il est le plus à même d’être au courant de ce qui se passe dans tout Westeros.

Je ne dirais rien sur le livre que dépose Sam sur la table du conseil restreint, je préfère ignorer ce qui peut être perçu, en fonction de ce qu’on a envie d’y voir, soit comme un hommage à l’œuvre de GRRM, soit comme une insulte aux lecteurs. Du coup, je sors mon joker afin de me préserver.

Sansa

Peut-être le personnage le plus crédible dans son évolution – et sans doute le plus proche de celui des livres qui, en plus, ne sera pas passée par la case Ramsay (et j’en suis bien heureuse pour elle, on peut grandir sans les atrocités qu’il lui a fait !) – elle est un mélange de Cersei (dans son ambition et sa ténacité à être reine) et de Littlefinger (dans sa manipulation d’autrui pour atteindre son but : confier les origines de Jon à Tyrion ne peut être anodin, elle savait très bien ce que ce dernier en ferait et l’impact sur l’ego de Daenerys). L’indépendance du Nord aussi crétin soit-il – parce que le seul royaume à le devenir - permet de la mettre bien en valeur à travers la scène de son sacre.

Brienne

Une des seules scènes à m’avoir touchée. La voir réhabiliter Jaime est complètement en accord avec ce qu’elle est : pure parce que, personnellement, je n’aurais pas eu l’élégance de le faire. D&D ont été au-delà de la destruction de la relation Jaime / Brienne, ils l’ont complètement effacée, comme Brienne s’est effacée, dans le livre blanc, de l’histoire de Jaime, laissant la place d’honneur à Cersei puisqu’elle termine sur cette phrase plus qu’honorable : mort pour protéger sa reine. Grande classe.

On finit la série, avec les personnages avec lesquels elle a commencé, les Stark, la boucle est donc bouclée. D’autant plus avec les dernières images de la forêt hantée en train de se repeupler. Non pas que l’idée ne soit pas bonne, ni dénuée de cohérence, c’est juste que le mal a été fait et que rien ne peut rattraper ce que la série m’a infligé de déceptions.

Comme quoi, répondre au fan service, ça ne fonctionne pas toujours parce qu’en dehors de la mort de Daenerys (et encore, ils l’ont tellement rendue folle que tout le monde ne pouvait que souhaiter cette dernière), il n’y a eu que du fan service.

Voilà, je suis d’autant plus triste de cette fin que les premières saisons m’ont fait vibrer, que (presque) tous les acteurs ont été parfaits dans leur rôle, que les techniciens, costumiers, réalisateurs… ont fait un boulot magistral. Beaucoup de scènes resteront visuellement gravés dans ma mémoire, je vais garder en tête cette réalité pour ne pas rester sur mon ressenti actuel.

Reste, heureusement, les livres (et l’écriture de GRRM) car, même si l’attente risque d’être encore longue, la fin ne pourra qu’être meilleure.

===============

Wilson : "Tu es un être diabolique et néanmoins un marionnettiste bienveillant "
Back to top
antoinette


Offline

Joined: 05 Nov 2009
Posts: 934
Localisation: carcassonne
Personnage(s) préféré(s): house
Episode(s) préféré(s): saison 3

PostPosted: Fri 24 May - 10:20 (2019)    Post subject: Game of Thrones Reply with quote

Bon , là , je viens de te lire une première fois Mnémosyne , et le temps de digérer ton analyse , je dois encore attendre quelque temps pour que mon cerveau s'imprègne bien de ta critique que je trouve tout à fait phénoménale !
Je n'ai pas lu le livre , par contre ma fille ayant commencé par là , trouve que cette ultime saison est à ch..r !!!
Je suis encore pleine de l'émotion qui m'a envahie lors de ce dernier épisode !! Jon qui passe par la fameuse porte de l'immense mur glacé m'a tout de suite ramenée à la saison 1 ep. 1 .
J'ai été choquée par la mort de Dany , jamais j'aurai imaginé qu'elle meure de cette façon et surtout pas par son " amoureux " .
Le petit Bran a bien grandi depuis la saison 1, il fera un excellent roi , tout comme Tyrion sera encore une excellente la Main du roi .
La question qui va monter sur le throne de fer est réglée une fois pour toutes , je ne pensais pas que le dragon brûle ce symbole , heureusement qu'il s'est arrêté là !!
Je n'ai pas ton vocabulaire Mnémosyne par écrire d'une façon compréhensible tout ce que j'ai pu ressentir finalement dans cet épisode.
J'ai aimé Brienne qui rend hommage à Jamie . Ce qui aurait été bien pour elle c'est qu'elle se retrouve enceinte de son "bien aimé ", je suis une grande romantique !
Bon , en attendant la sortie dvd de cette saison , je vais regarder encore l'épisode 6 en VO , je vais relire ton analyse et du coup je vais passer une bonne journée !
Je regarde This is us , ma fille me l'avait conseillé , mais j'avoue qu'au début j'ai eu du mal avec les personnages , on les voit jeunes , puis vieux , morts , vivants c'est beaucoup demander à mon cerveau de mémé ! L'autre jour Justin Hartley était invité chez Jimmy Fallon et il a annoncé que la prochaine saison devrait sortir en automne .
Je te souhaite une bonne journée et à bientôt sur le forum de House ! House dont je n'ai plus regardé un épisode depuis des mois !!
===============
je sais pas pourquoi j'avais 1000 en année de naissance! j'ai du me tromper , mais pas dans le bon sens! j'ai 65 ans et je pète la forme ! (mais hélas moi je suis + forte que Greg , im me faut 2 cannes pour avancer!
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Forum Dr. House FAN Forum Index -> House Fan -> Salle de Repos -> Loisirs -> Séries All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 312, 13, 14
Page 14 of 14

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group |

TOUS DROITS RESERVES http://dr-house.xooit.tv © 2007-2017 Forum Dr. House FAN